Williams TEPINHI: Quand tout est question d’intéret. Que faire dans un monde ou les plus forts ecrasent les plus faibles.

Williams TEPINHI: Quand tout est question d’intéret. Que faire dans un monde ou les plus forts ecrasent les plus faibles.

Notre monde fonctionne sur des principes qui pour ma part sont parfois bonnes ou parfois destructifs. Alors parlant de La souveraineté d’un état qui se définit, en droit, comme, c’est-à-dire d’un pouvoir absolu (dont tous dépendent) et inconditionné (qui ne dépend de qui que ce soit). Dans les régimes despotiques, la souveraineté est le plus souvent détenue par un seul homme. Dans les démocraties, elle est détenue par le peuple, constitué en un corps politique, la Nation : on parle dès lors de souveraineté nationale.

Constatant les relations dégradées entre certains états nous pouvons purement affirmer que chacun cherchent ses intérêt et à imposer sa suprématie.

Partant de ces points majeurs:

  • Le système financier est conçu pour faciliter l’allocation efficace des ressources et aider les gens et les entreprises à financer, investir, épargner et gérer les risques». Malheureusement, cet objectif représente de nos jours une partie bien moins importantes, des activités du secteur financier et est bien moins rigoureux qu’auparavant. En effet, ce système est tellement sujet aux conflits d’intérêts qu’on ne peut pas le laisser fonctionner librement sans en subir des dommages importants. En plus, la réglementation ne permet pas de punir les responsables de ses dérapages de plus en plus fréquents et graves.

  • La géopolitique comprise comme un outil de politique étrangère servant à la compréhension des relations internationales dans un souci de prédiction. Si l’on a l’habitude d’évaluer la position stratégique d’un Etat selon des critères bien définis (sa localisation géographique, sa superficie, la taille de sa population, son climat, sa topographie, ses matières premières et son avancement technologique), la géopolitique va plus loin et propose quant à elle d’analyser les relations internationales entre Etats. Il est dès lors possible d’identifier les acteurs et enjeux de pouvoir au sein d’une zone donnée, par exemple à l’aide de cartes et de statistiques.

  • La géostratégique constitue ainsi une pratique et une méthode d’action concrète : action militaire, menée sur plusieurs théâtres à échelle macrogéographique avec comme objectif l’acquisition d’espaces ou ressources considérés comme vitaux. Avec le recul, relatif, des opérations armées et le développement des nouvelles formes d’affrontements (cyber-guerre, soft power, criminalité organisée etc.), le terme de géostratégie est utilisé dans des contextes variés et pose à moyen terme la question de son adaptation conceptuelle afin de la distinguer au mieux de la notion de géopolitique.

Nous voyons que tout cela n’est qu’un scenario mise en place pour fragiliser certains états.

L’occident a longtemps dominé le monde, depuis ces découvertes scientifiques, la révolution industrielle, son développement militaire, lui a donné une longueur d’avance sur les autres continents.

Un continent africain fragile économiquement et militairement dont la démographie évolue à une croissance exponentielle, constitue déjà un problème important. Continent qui longtemps a été marginalisé dont le sol a constitué un champ de toute sorte de conflits, a eu du mal à se relever, pourtant on dit que ce continent regorge la plus grande partie des ressources naturelles mondiales.

Le continent asiatique, on s’intéressa ici à la chine et à l’inde : deux mastodontes selon leur population, ont eux aussi longtemps peiné dans la pauvreté.

Aujourd’hui avec l’exemple de la chine qui dans le secret travaillait parce qu’elle était conscient qu’a un certain moment il faut savoir se faire respecter pour ne pas se faire écraser. La chine qui était renfermée a commencé à s’ouvrir au monde pour ça main d’œuvre pareil pour l’inde et aussi en recopiant toute technologie extérieure. Elle est aujourd’hui la deuxième puissance économique et troisième puissance militaire du monde.

Certain pays africains sont entrain de connaitre une croissance économique exponentielle, tandis que d’autre stagne encore à se mettre dans la compétition, pour des raisons de retard de la compréhension du monde dans lequel nous vivons.

-Les pays africains doivent prendre leur destin en main, s’unir comme le sont les autre pays -sinon impossible de s’en sortir. La théorie du diviser pour mieux régner est un stratège utilisée par les plus puissants

-Il faut sortir de cette colonisation culturelle, qui fait perdre notre propre culture, chaque -peuple doit rester intègre à sa culture.

-Il faut repartir sur de nouvelles bases, miser sur l’éducation.

-Bannir tout complexe d’infériorité, à force de se sentir inferieur ont demeure toujours inferieur.

-Il faudrait plus tendre la main aux autres pour des endettements qui déséquilibreront

Croissance économique.

-Afrique doit former une armée continentale très solide

Alors comment seront les relations entre les états à l’horizon l’an 2050

Les statistiques montrent que l’occident a atteint son niveau de maturité, avec un PIB stagnant, et une population vieillissante.

Dans un monde où on ne peut s’en sortir s’en l’autre, nous ne serons pas étonner de voir des états pauvres hier devenir très puissant. Pour des états où la population est jeune constitue un facteur de richesse cela est connu.

On commence déjà à constater un renversement de tendance et tant que les états n’innovent pas ils traineront les pas tandis que d’autre deviendront de plus en plus riches.

Alors si tout est question d’intérêt, je pense que ces pays faibles doivent changer de stratégies, passant à la transformer de leur ressource, penser au sujet comme le développent militaire car c’est sa s’assoit ces puissances.

Williams TEPINHI
WILLIAMS TEPINHI
PROFILE

Posts Carousel

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

Cancel reply

Leave a Reply

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos