Oula Stéphane N’GORAN: L’avenir des pays producteurs du pétrole face au dévellopment des voitures électriques.

Oula Stéphane N’GORAN: L’avenir des pays producteurs du pétrole face au dévellopment des voitures électriques.

INTRODUCTION

Les théories classiques et HOS du commerce international supposent que chaque pays doit se spécialiser dans un secteur ou domaine de production (produits) dans lequel il est compétitif afin d’être efficace dans les échanges internationaux. Ainsi, dans la logique de cette théorie, certains ayant dotés en abondance le pétrole se sont spéciale dans ledit produit afin de commercer avec les autres économies du monde. C’est le cas des pays africains et asiatiques possédant d’énormes ressources potentielles en pétrole. Ces pays subissent parfois les problèmes liés à la baisse terme de l’échange du pétrole. Ce qui crée parfois les soucis de contrainte budgétaire dans les pays producteurs. Ce fut par exemple le cas de l’Algérie sur la période 2014-2017.

La demande du pétrole dépend de plusieurs facteurs tels que la croissance mondiale (la demande de toutes industries et des produits semi-finis et finis (voitures) qui utilisent le pétrole pour leur fonctionnement) et des situations géopolitiques.

Cependant, cette demande serait impactée par le développement des voitures électriques. C’est ce qui nous amène à analyser l’impact du développement des voitures électriques sur les pays qui ont basé potentiellement leur économie sur la production de pétrole

VOITURES ELECTRIQUES 

Une voiture électrique est une automobile qui un moteur qui fonctionne grâce une batterie ou une pile combustible alimentée par de l’électricité. Elles sont plus écologiques que les automobiles.

EVOLUTION DES VOITURES ELECTRIQUES

Selon les estimations, le nombre de voitures électriques a augmenté de manière significative. Il est passé de 1,2 million en 2015 à environ 100 millions en 2035 (6% de la flotte mondiale). Environ un quart de ces véhicules électriques sont des hybrides rechargeables, qui fonctionnent avec un mélange d’énergie électrique et d’huile, et les trois quarts sont des véhicules électriques à batterie pure.

Le nombre de véhicules électriques circulant dans le monde était 500 000 en 2014. Il est passé à 2,7 millions en 2018 (+ 500 % en quatre ans) selon une étude de l’Université of California UC Davis)

Le graphique ci-dessous présente les estimations du nombre de voitures électriques et la baisse du coût des batteries d’ici 2035

IMPACT DES VOITURES ELECTRIQUES SUR LA CONSOMMATION ET DU PRIX DU PETROLE DANS L’AVENIR

Le marché des véhicules électriques connait une croissance. Cet essor peut entrainer une chute de la demande de deux millions de barils par jour d’ici à 2025 selon plusieurs estimations faites par les ONG et les institutions, en particulier celle de « l’ONG Carbon Tracker et le Grantham Institute ».

Certaines estiment même que le marché des voitures électriques représenterait 1/3 du marché mondial en 2035. D’autre comme Bloomberg New Energy Finance, prévoit une part de 22% du marché d’ici 2035.

Cette croissance entraînera une baisse de la demande de pétrole d’1,3 millions de baril par jour et la baisse des prix du pétrole. Cela traduit un cas pareil en 2014. Une situation qui a précédé la chute des prix du pétrole en 2014.

IMPACT SUR LE BUDGET DES PAYS PRODUCTEURS

Le corollaire de la baisse de la demande mondiale du pétrole est la chute des prix et la baisse des recettes provenant de la vente du pétrole et modification de l’équilibre budgétaire. L’on pourra aussi assister à l’accroissement de la dette pour faire face au besoin budgétaire.

QUE DOIT FAIRE LES PAYS PRODUCTEURS FACE A CE PHENOMENE

Bien que l’effet soit beaucoup plus faible, c’est-à-dire l’augmentation de 100 millions de voitures électriques réduit la croissance de la demande de pétrole de 1,2 millions de baril par jour en 2035, selon les études.

Cependant, et comme venons de démontrer, l’essor des voitures électriques constituent une véritable menace dans l’avenir lointain pour les pays dont leur économie est majoritairement basée à plus 50% sur les recettes d’exportation du pétrole. Cet essor pour pourrait réduire la demande mondiale du pétrole et donc la baisse des prix de ce dernier.

Pour pouvoir faire face à ce phénomène, nous conseillons ces pays à diversifier leur économie tout en dynamisant leur avantage comparatif. En effet, ces pays pourraient passer au stade l’industrie lourde, mais ce passage nécessite un investissement de qualité en capital humain qui pourra être capable de tenir cette industrie lourde.

Oula Stephane N'GORAN
OULA STEPHANE N'GORAN
PROFILE

Posts Carousel

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

Cancel reply

Leave a Reply

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos