Mamadou FOFANA: La culture de l’anacarde et ses conséquences sur la société

Mamadou FOFANA: La culture de l’anacarde et ses conséquences sur la société

En 1960, vu les problèmes de reboisement au nord de la côte d’Ivoire , l’idée d’introduire l’anacarde fait son chemin et ce n était pas pour une raison économique mais écologique mais en 1970, les objectifs de départ qui portaient pour l’essentiel sur les qualités végétatives de l’anacardier vont se trouver élargis quand ses fruits commencent à acquérir sur le plan international de la valeur marchande. L’on ne regarde donc plus l’anacardier comme un arbre forestier destiné uniquement au reboisement et dont les pommes sont consommées sous la forme de fruits frais par les populations. Il est désormais vu comme une plante dont les noix peuvent être exploités et faire l’objet de spéculation à l’instar du cacao et du café. La côte d’Ivoire étant un pays producteur et même le premier en cacao et 3 ème en café n’avait pas vraiment besoin de l’anacarde tant son prix était en dessous des deux premiers cités. La prospérité de la côte d’Ivoire étant basée sur les cultures qui poussaient uniquement au sud a eu comme conséquence le développement et l’avance du Sud sur le nord dans tous les domaines de développement d’où l’afflux des populations du Nord vers le sud.

Pendant de nombreuses années les populations du Nord ont essayés de développer la culture du Cotton sans succès jusqu’à dans les années 2000 où il y a eu un essor dans la culture de l’anacarde simultanément avec l’augmentation et la valorisation de l’anacarde. Les jeunes qui auparavant vivaient de la culture du fonio maïs et soja ont subitement découvert la Marne financière de la culture de l anacarde et donc ce sont empressés pour développer cette culture . Voyant les premières récoltes après 4 ans en moyenne les autres jeunes en ont fait leur culture de prédilection. Motivés par la concurrence entre les jeunes , cette culture s’ est rapidement développée dans cette région de la côte d’Ivoire faisant ainsi de ce pays le premier producteur de l anacarde au monde. Aujord’hui au nord de la côte d’Ivoire les jeunes qui avaient difficilement des vélos comme moyen de déplacement ont aujourd’hui pratiquement tous des motos et certains des voitures, ce qui serait impossible sans la culture de l anacarde aujourd’hui.

Vu l’enthousiasme des jeunes les aider en motorisant cette culture ne fera que de réduire le chômage et contribuer à développer d avantage toutes ces régions autrefois laissées pour compte.

Le gouvernement commence à prendre très au sérieux la filière anacarde vu son impact non négligeable sur l économie du pays, étant donné le nombre de jeunes ivoiriens qui partent à l aventure en se sacrifiant dans la méditerranée il est primordial de développer des secteurs pourvoyeurs d emploi et de richesse pour la stabilité sociale des familles.

Mamadou FOFANA
MAMADOU FOFANA
PROFILE

Posts Carousel

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

Cancel reply

Leave a Reply

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos