French, Geopolitics

Le Brexit, une bonne étude pour le Frexit ?

le-brexit-une-bonne-etude-pour-le-frexit

Déjà avant le Brexit, La Grande-Bretagne avait une économie florissante, un chômage très bas et une monnaie forte, ce qui lui permettait d’importer énormément et d’être une société de service. Londres était la 1ere place financière du monde.

Lors du Brexit, la 1ere conséquence directe fut la baisse de la monnaie face au dollar. Celle-ci est passée de 1.45 à 1.25 GBP/USD c’est-à-dire une baisse de 13.7%. La Grande Bretagne comme la France importe beaucoup de produits qu’elle ne trouve pas sur son territoire tels que le gaz, pétrole, uranium, les métaux nécessaires à l’industrie ou bien les produits fait en chine qui ne peuvent être fait en Europe car cela serait trop couteux.

Depuis le Brexit, beaucoup d’indicateur reste florissant (chômage à 4.7%…) mais même si celle-ci est encore dans l’Europe, la tendance semble s’inverser.

L’immobilier a baissé à Londres pour la 1ere fois depuis mars et a touché les niveaux de 2009, c’est-à-dire en pleins milieux de la crise.

L’inflation a fortement augmenté, 0.4% en mars, 0.7% en février et 2.3% sur une année. Cela ne serait pas un problème si l’augmentation des salaires ralentissait. Certaines chaines de magasins comme Tesco ont été pénalisé en Bourse car refusant d’augmenter leurs prix mais cela se fera-t-il au détriment de la main-d’œuvre ? Sinon, la plupart des commerces sont obligés d’impacter l’augmentation des prix.

Le chômage en Grande Bretagne est toujours très faible mais en Mars le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 25,500.00 contre -6,100.00 en Février. La banque Jp Morgan a annoncé le déplacement de 1000 emplois en Irlande, Morgan Stanley veut en déplacer à Paris, HSBC va déplacer son siège social et faire de Londres juste une succursale alors que Lloyds veut déplacer une partie de ses effectifs au Luxembourg. Gibraltar qui dépend de la finance veut se détacher de l’Angleterre et l’Ecosse va demander sont indépendance par referendum. Et certaines rumeurs fondées indiquent que General Motors a vendu Opel à Peugeot à cause du Brexit.

L’inflation des prix a aussi creusée le déficit commercial avec une baisse de 12.46milliards de pounds en mars contre une estimation de 10.90milliards.

La production manufacturière a baissé de 0.1% en février et -1.0% en Janvier et la production industrielle de -0.7% en Février et -0.3% en Janvier.

Les Indices PMI manufacturier et de construction reste positif mais ont diminué, ce qui traduit une baisse de l’optimisme chez les managers.

Pour l’année 2016, le PIB est passé à 1.9% contre 2.0% pour les estimations et l’année d’avant

Il reste les ventes de détails qui sont largement au-dessus des attentes en février, +1.4% contre une estimation de 0.4% mais cela vient compenser la forte baisse de Janvier à -0.5%.

Il semblerait que l’économie de la Grande Bretagne aille lentement mais surement à vau-l’eau alors que le Brexit n’a pas encore été fait. En cause de l’augmentation soudaine dû à la forte baisse rapide de la monnaie, la fin a l’accès au premier marche commerciale du monde lors de sa sortie en tant que pays européen ainsi qu’à son marché financier et les incertitudes face au Brexit.

L’Angleterre qui refuse de rester un allié économique fidèle de l’Europe devra compter sur les USA en risquant de perdre sa 1ere place dans la finance de marché au profit de Wall Street. Elle deviendra ainsi le redevable et le soumis des Etats-Unis.

Je pense que la monnaie anglaise ira vers la parité avec le dollar s’en rapprochera avec l’euro.

Pour la France, la situation sera un peu plus différente en cause : elle est pleinement intégrée dans l’Europe et sa monnaie unique et de plus elle n’arrive pas à sortir de sa crise économique.

Du fait que sa monnaie soit l’euro, cela crée un problème plus sensible. L’euro doit sa force au nombre de pays qui la compose et à la forte croissance de certains pays comme l’Allemagne.

La France étant économiquement dans le désarroi, une sortie de l’Euro pourrait faire dévaluer sa monnaie d’au moins 20% (voir 30%) par rapport au dollar. Conséquence, tous les produits énergétiques et matières premières labélisés en dollar augmenteront de 20%.

Prenons pour exemple le pétrole, lorsque le pétrole était à 150dollars le barils, l’euro était à 1.45 dollars, c’est à dire environ 40% plus élevé, ce qui diminuait le fort prix du pétrole. Le pétrole a ensuite diminué mais l’euro aussi, ce qui a fait que le prix à la pompe a diminué mais moins fortement que prévu.

Cela serait le cas sur beaucoup de produits étrangers et le pouvoir d’achat des français diminuerait plus fortement que celui des anglais.

En ce qui concerne sa dette qui est de 2000milliards d’euros. Prenons l’exemple optimiste ou seule 60% de la dette qui appartient aux étrangers devra être impactée par la dévaluation de la monnaie, c’est-à-dire compenser le manque à gagner des investisseurs. Il faudra donner 20% en plus de la somme à 60% de la dette donc 1200milliards ou l’on ajoute 20%, cela fait 1440milliards donc 220milliards en plus en émission de nouvelle monnaie donc dévalué de 20%, cela fait 183milliards d’euros de dettes en plus dans le meilleur des cas.

Mais personne n’aime prêter de l’argent et voir que cela a baissé de 20 % du jour au lendemain. De plus, les 40% restant des investisseurs ayant acheté la dette française sont des assurances, mutuelles, banques qui utilisent l’argent des français pour financer l’état français et ne pas compenser le manque de 20% signifiera que chaque français perdra 20% aussi de son argent.

Donc si vous voulez que les investisseurs continuent de prêter, vous devez impérativement compenser la perte engendrée surtout si vous désirez continuer à emprunter. C’est-à-dire pour les 2000milliards d’euros de dettes qui se transformeront en 2400milliards de dettes en nouvelle monnaie, cela fera une augmentation de la dette en euros de 333.33 milliards.

Autre conséquence et non des moindre de cette dévaluation est la forte hausse des prix qui pourrait faire passer l’inflation à plus de 2% sans créer de richesse, cela obligera la banque de France a augmenté ses taux d’intérêt fortement et d’un coup. L’immobilier et l’investissement baisserait de manière abrupte à cause des fortes hausses de taux d’intérêts et de la baisse du pouvoir d’achat, de plus la France emprunterait à des niveaux de plus en plus élevé. Avec une baisse de la monnaie les entreprises françaises seraient moins chers à l’achat et les étrangères beaucoup plus chers et si l’on impose un protectionnisme, les pays étrangers feraient de mêmes ce qui plomberait les entreprises du CAC40 qui engendre 65% de leurs ventes à l’étrangers.

Le protectionnisme est une cause majeure de la crise de 1929 car en 1932 alors la crise se stabilisait aux USA, ils décidèrent d’augmenter les barrières douanières de 50%, ce qui a entrainé un effet dominos. Les autres pays ont fait pareil, plongeant le monde dans la crise la plus forte du 20ème siècle et entrainant la montée de mouvements fascistes anticapitalistes pour finir avec la seconde guerre mondiale et la ruine de l’Europe.

Jonathan Mgaieth

0 Comments
Share

Reply your comment:

Your email address will not be published. Required fields are marked *