Landry CHAUVEAU: Brexit: ce qu’ils nous attend

Landry CHAUVEAU: Brexit: ce qu’ils nous attend

Le 3 aout 2018 Emmanuel Macron reçoit Theresa May pour s’entretenir des négociations du Brexit. A l’approche de la date du divorce du Royaume-Uni et de l’Europe les débats n’avance que lentement et la crainte d’un no deal se fait de plus en plus pesant. Au Royaume-Uni le dossier du divorce avec l’UE est devenu synonyme de crise. En effet aucune issue possible n’est soutenue par une majorité.

Le 6 juillet, Theresa May parvient à imposer le plan d’un soft Brexit. Les partisans du Brexit dur semble devoir accepter le plan de Theresa May ou quitter le gouvernement comme ce fut le cas de Boris Johnson le chef de file.

Ce plan prévoit que le Royaume-Uni resterait en partie dans le marché unique et conserverait un alignement réglementaire. Londres souhaitant instauré une nouvelle zone de libre échange pour les biens afin maintenir le commerce des deux cotés de la manche. Toutefois ce plan ne garderai ni la liberté de circulation des travailleurs ni le marché unique des services. La City de Londres a dénoncé « un coup dur » pour la place financière britannique. Ce plan serait accompagné de propositions pour un « partenariat sécuritaire ». Le Royaume-Uni resterait membre des agences Europol et Eurojust et développerait des accords de « coordination » sur les questions de politique étrangère et de défense.

Mais malgré cette avancées faire un soft brexit, les négociations patinent et la crainte d’un divorce sans accord demeure présent. En témoigne la publication du gouvernement britanniques d’une liste de problèmes que poserait la réalisation d’un no deal. Secteur financier, encadrement du commerce, reconnaissance des aliments bio, subventions agricoles, droits des travailleurs, tests de qualité des médicaments sont d’autant de secteurs réglementer par un cadre européen et qui devrait être redéfinit du jour au lendemain en cas de non accord. La sortie du Royaume-Uni sans accord aurait des conséquences énormes sur l’économie des deux partis : avions cloués au sol, des camions bloqués sur des kilomètres à Douvres et à calais, des rayons de supermarchés vide… Or il semblent impossible aux entreprises britanniques de se préparer à ce scénario catastrophe. Seulement 23% d’entres elles on établit en plan et seulement 8% ont commencer à l’appliquer.

La France aussi se prépare au scénario du pire : Edouard-Philippe aurait demander à ses ministres de réfléchir aux mesures à prendre si les négociations venait à échouer. Il s’agirait d’adopter par ordonnances certaines mesures. Notamment pour faciliter le séjour des ressortissants britanniques présents en France et garantir un maximum de fluidité aux frontières.

En dépit de toutes ces craintes, tous les dirigeants semble travailler une conclusion positive des ces négociations. Emmanuel Macron souhaitant que “l’accord se fasse d’ici la fin de l’année”. M.Raab nommé en juillet parle d’une intensification des négociations et David Lidington à déclaré que “l’Echec des négociations de sur le Brexit n’est dans l’intérêts de personne”.

Sources :

http://www.lepoint.fr/europe/grande-bretagne-theresa-may-parvient-a-imposer-le-soft-brexit-07-07-2018-2234064_2626.php

http://www.lepoint.fr/europe/londres-presente-son-plan-brexit-12-07-2018-2235645_2626.php#xtmc=brexit&xtnp=110

https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/08/23/brexit-londres-se-prepare-au-scenario-noir_5345503_3214.html

https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/08/09/brexit-l-impossible-preparation-des-entreprises-face-au-risque-de-non-accord_5340784_3234.html

Landry CHAVEAU
LANDRY CHAVEAU
PROFILE

Posts Carousel

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

Cancel reply

Leave a Reply

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos