Donald Trump, le nouveau «CEO» des Etats-Unis d’Amérique

Au pouvoir depuis janvier 2017, le nouveau dirigeant des Etats-Unis n’a pas cessé de surprendre le monde entier. Lorsque sa rivale Hilary Clinton prônait pour des Etats-Unis plus ouvertes au monde, moins agressives, Trump voulait lui du changement. Parmi les plus connus, sa réforme fiscale, la construction d’un mur au niveau de la frontière mexicaine, l’Otan, les armes à feux, la torture, et bien d’autres choses encore.

A l’heure d’aujourd’hui, le président nous a prouvé qu’il ferait tout pour aller au bout de ses objectifs. Parmi ses exploits, la réforme fiscale qu’il a réussi à mettre en place juste un an après son investiture.

Toutefois, peut-on dire que Donald Trump fait preuve de diplomatie pour atteindre son but ?

D’un point de vue internationale, nous observerons que Donald Trump à une façon de faire plutôt original.

Parlons tout d’abord des relations diplomatiques. Dès aout 2017, le président annonce son retrait de l’accord de Paris, qui selon lui nuit aux intêrets des Etats-Unis. Quelques mois plus tard, il annonça que les Etats-Unis, pourrait « revenir » dans cet accord et laisse donc le doute.

Ensuite viennent les tensions avec la Chine à qui Trump accuse dans certains de ses Tweets de “dévaluer sa monnaie”, de “lourdement taxer” les importations américaines et de “bâtir un vaste complexe militaire” en mer de Chine méridionale.

Plus tard, l’attention du nouveau Président se dirige vers l’Union Européenne qu’il essaye sans foi ni loi de déstabiliser en tentant d’influencer indirectement l’Allemagne, le cœur du l’Union.

Toutefois parmi ses derniers faits nous notons son attitude durant le sommet du G7, sûrement pas très apprécié. Arrivé en retard et bloqué sur ses positions, il a mené la vie dure à certains dirigeants pour ensuite s’en prendre au Canada.

Enfin vient un coup de pub magistral, la rencontre avec le dirigeant Nord-Coréen qui aura fait apparaître Trump comme un héro.

D’un point de vue commercial, le Président a encore plus de ressource.

« L’Argent est le nerf de la guerre », Thomas Moore. Après la taxation de l’acier et de l’aluminium, les Etats-Unis étaient en phase de tension commerciale avec la Chine. Ainsi, pour soutenir sa décision Trump mis en place une liste de produits chinois destinés à être encore plus taxé. Il est certain que les chinois ont fait de même. Une tension apparut sur les marchés. Plus tard, le regard du Président se jeta sur l’automobile étrangère. Les plus atteinte étaient alors les entreprises Japonaises, Coréennes et Allemandes. Au-delà de celles-ci, ont aussi été affecté le Mexique et le Canada dans lesquels sont assemblés certains véhicules.

Avec une telle politique, et un slogan tel que « America First » il est important de se demander dans quelle direction Trump conduit-il sa politique étrangère.

S’agit-il d’une réelle stratégie pour remettre l’Amérique sur les bonnes rails « Make America Great Again » ou simplement de tentatives échouées ?

Dans tous les cas, peu sont les personnes qui diront que Donald Trump est un fin diplomate. Sa carrure, prestance et façon de faire est plus commune reflètent plus de pratique d’un PDG d’une multinationale. Et pour preuve, ceux qui lui auront serré la main pourront le confirmer !

Ainsi pour conclure, je dirai que les Etats-Unis que le terme « gouverné » n’est plus vraiment adapté aux Etats-Unis d’Amérique. Le terme adéquat serait plutôt « dirigé ». Avec un si bon businessman espérons alors que ce pays prospère aussi bien que la Trump Organization.

Ishane AMARSY

Ishane AMARSY


Leave a Reply


About us

Bonds & Shares is a participatory non-Profit information platform for, through and by experts in finance and business.


CONTACT US

CALL US ANYTIME