Trading à haute fréquence : Allez de plus en plus vite !

Aujourd’hui, il faut 350 millisecondes pour effectuer 7 000 transactions. C’est le temps qu’un homme prend pour cligner des yeux. Une transaction peut être effectuée en 5 microsecondes ou 0,00000005 seconde. Ces chiffres montrent que la rapidité a radicalement modifié le mode de fonctionnement des transactions financières. Cette vitesse a pu être atteinte en suivant les différentes évolutions technologiques.

La concurrence accrue dans le secteur financier résultant de la déréglementation financière dans les années 2000 et de l’évolution technologique a conduit à un commerce à haute fréquence. Les acteurs financiers qui participent à ce concours sont constamment à la recherche d’innovations pour réduire les décalages horaires dans leurs transactions financières.

En conséquence, une nouvelle guerre éclate parmi les praticiens des transactions à haute fréquence. La rapidité de l’information et des transactions devient l’élément principal du cœur du trading à haute fréquence. C’est sur cet aspect que les acteurs financiers vont se baser pour rester en vie dans cette concurrence féroce.

Fibre optique pour atteindre la haute vitesse
La recherche de la vitesse n’est pas nouvelle aujourd’hui. En effet, les marchés disposaient déjà de moyens et d’outils pour faciliter et améliorer la rapidité des transactions. Télégraphe, téléphone ou patins à roulettes, tous les moyens étaient bons pour gagner du temps sur les transactions et être le premier à réaliser la meilleure transaction.

L’invention de Thomas Peterffy en 1987 a complètement révolutionné les marchés. Le programme qui achète et vend automatiquement des actions a permis de gagner beaucoup de temps sur les transactions. Le nombre de transactions augmente considérablement. Mais l’outil qui va révolutionner complètement le secteur financier et permettre l’essor du trading haute fréquence est la fibre optique.

Pour vous montrer l’importance de son utilisation pour les transactions financières, prenons l’exemple de Brad Katsuyama qui sera le premier à condamner la façon dont la fibre optique est utilisée par les traders de haute fréquence. Ce que Brad va montrer, c’est comment les bourses sont reliées entre elles par ces fibres. Il réussit à s’approprier la carte de New York par un opérateur en lui faisant croire qu’il veut être son client. La carte révèle les différentes fibres existant à New York et ce qui le surprend, ce sont les fibres qui relient ces bourses.

Bourses de New York inégalement liées par des fibres <

trading à haute fréquence

Brad Katsuyama passe ses commandes du sud de Manhattan. Son établissement est relié à une fibre optique à fréquence normale. Lorsque ses ordres passent par les différentes bourses, certains acteurs financiers peuvent intercepter ses ordres et les manipuler. Ces acteurs sont attachés à des fibres optiques permettant une haute fréquence. Ainsi, dès que Brad passera un ordre, les négociateurs à haute fréquence seront en mesure d’intercepter l’information de ces ordres avant leur exécution.

Ainsi, ils manipuleront les marchés afin d’augmenter le cours des actions et de les revendre à Brad. Sur la carte ci-dessus, nous pouvons voir où vont les ordres de Brad (tracés bleus) et le chemin des traders haute fréquence (tracés rouges). Brad observe donc que ses lacunes sur les marchés sont dues à la manière inégale dont il est rattaché aux bourses de New York.

Les réseaux de télécommunications sont devenus un élément clé du commerce à haute fréquence. Chaque année en novembre, Chicago réunit des entreprises de télécommunications pour introduire de nouvelles technologies et construire de nouvelles fibres pour gagner en vitesse. C’est la « grande date » pour les traders à haute fréquence. Certaines entreprises de télécommunications créent des réseaux « VIP » de haute technologie que les professionnels appellent « fibre noire ».

Le prix à payer pour les traders à haute fréquence pour s’attacher à ces fibres à grande vitesse est très élevé. Il varie entre 3 et 5 millions de dollars par an, sachant que le coût d’installation de la fibre est en moyenne de 300 millions de dollars. Le prix de l’attachement à la fibre optique est plus bas comparé aux avantages que le commerce à haute fréquence peut générer.

Au cours de l’été 2010, une société de télécommunications a directement relié New York à Chicago avec une fibre optique privée de 1200 km. L’information prend alors 9 millisecondes pour traverser un tiers des États-Unis. Cette fibre optique a causé des problèmes dans certaines régions. Sunbury est une ville de près de 10 000 habitants dans l’État de Pennsylvanie. Cette région est considérée comme « amish », c’est-à-dire qu’elle s’oppose au progrès technologique.

Lorsque le maire de Sunbury, David Persing, a signé le contrat pour l’installation de la fibre optique, il a mentionné une installation utilisée pour les télécommunications. L’utilisation pour le commerce à haute fréquence n’est donc pas mentionnée dans le contrat. Le passage de cette fibre dans la ville permet à Sunbury d’amasser 14 000 $ par année. Des milliers de contrats sont signés avec des municipalités, des particuliers et des entreprises ayant des terrains le long du parcours.

Certaines clauses de confidentialité sont incluses dans les contrats afin de préserver le secret de l’utilisation de la fibre.
Même si la fibre optique est un outil très utile pour les traders à haute fréquence pour gagner de plus en plus de vitesse dans leurs transactions, il existe des alternatives pour gagner quelques millisecondes de plus.

…et les vagues pour être encore plus rapides
La fibre optique est l’outil de base pour le passage de l’information dans le contexte du commerce à haute fréquence. Mais une découverte a été faite par un ingénieur en télécommunications. Stéphane Tyc est un spécialiste des ondes radio. Elle précise que la fibre optique doit se chevaucher entre les différents établissements présents sur son trajet.

Il pense qu’il peut gagner des millisecondes dans l’air parce que les ondes peuvent aller directement à l’encontre de la fibre optique. En 2011, il a commencé à travailler sur la connexion d’antennes sur la route de New York à Chicago. Avec cette installation, il permettra aux traders haute fréquence de gagner 1 milliseconde sur la fibre en atteignant une vitesse de 8 millisecondes d’aller-retour sur cette route.

Stéphane Tyc a également pour ambition de réunir les deux plus grandes places boursières d’Europe. Il veut installer un réseau d’antennes pour faire circuler l’information à très grande vitesse entre Londres et Francfort. Son installation doit être aussi précise que possible car chaque microseconde gagnée est importante dans son travail. Les antennes doivent donc être installées avec une extrême précision.

De plus, il gagne en vitesse en mettant ses antennes le plus haut possible. Ainsi, il part à la recherche de la hauteur comme une église à Londres où il place son antenne dans le clocher ou le troisième bâtiment le plus haut de Chicago sur la route de New York à Chicago. Les loyers pour pouvoir régler en hauteur tournent autour de plusieurs dizaines de milliers d’euros par an.

En janvier 2013, Jump Trading achète une vieille tour de 243 mètres de haut pour le prix de 5 millions d’euros pour installer ses antennes afin de transmettre les données entre les bourses de Francfort et Londres. Ce pylône a appartenu à l’armée américaine. L’Etat belge espérait récolter au moins 300.000 euros grâce à la vente aux enchères de ce pylône.

L’investissement pour se connecter à ces antennes est très coûteux mais il permet de gagner de plus en plus de vitesse dans le passage des transactions. Mais il existe une technique encore plus avantageuse pour les traders à haute fréquence. Certaines sociétés règlent directement en bourse. Pour pouvoir placer leurs propres ordinateurs plus près du serveur général et gagner encore des millièmes de seconde, ces entreprises doivent payer près de 30 000 $ par mois. Cette méthode s’appelle la colocation. Les « colocataires » sont installés à égale distance du millimètre le plus proche du serveur.

Dans le secteur, il y a une véritable course à la vitesse. Les traders à haute fréquence sont constamment à la recherche de nouvelles techniques et de nouvelles façons de gagner des millisecondes ou même des microsecondes pour être le plus rapide sur le marché. Ces acteurs sont prêts à dépenser des sommes inimaginables pour s’approprier les outils nécessaires afin de rester en avance sur la course. La vitesse est devenue un élément essentiel, même au cœur du trading haute fréquence aujourd’hui.

Il est impossible pour un humain d’énumérer les transactions à haute fréquence et de traiter leurs informations. La vitesse a atteint un niveau inadapté à la fonction première des marchés financiers. Mais cette pratique est devenue un gros problème pour certains acteurs et pour les autorités financières. Elle a également agi directement sur les marchés et provoqué de nombreux dysfonctionnements et de grandes craintes. Elle a été dénoncée à plusieurs reprises et a été à l’origine de nombreux débats.

References:

Contrepoints.org
Numerama.com
Lesechos.fr
« Les Nouveaux Loups de Wall Street »

Dario PETROVSKI

Dario PETROVSKI


Leave a Reply


A propos de nous

Bonds & Shares est une plateforme d’information participative à but non lucratif pour, à travers et par des experts en finance et en affaires.


CONTACTEZ-NOUS

APPELEZ-NOUS EN TOUT TEMPS



A la une



Newsletter


Categories