Hossam EL GAMAL : Les entrepreneurs doivent croire en eux-mêmes.

Hossam El Gamal est un entrepreneurs égyptien passionné de technologie et d’innovation. Il a une grande expérience des start-ups et plus de 17 ans d’expérience dans le marketing égyptien. Actuellement, Hossam est le directeur national d’Anghami. Anghami est la première plateforme musicale de la région MENA avec le plus grand catalogue de plus de 20 millions de chansons disponibles pour plus de 40 millions d’utilisateurs.

Anghami est la première plateforme musicale de la région MENA avec le plus grand catalogue de plus de 20 millions de chansons disponibles pour plus de 40 millions d’utilisateurs. Hossam était responsable de l’élaboration et de la gestion du plan stratégique de trois ans du pays et travaillait à la fois pour les clients et les acquisitions de contenu. Hossam était responsable de l’élaboration et de la gestion du plan stratégique de trois ans du pays et travaillait à la fois pour les clients et les acquisitions de contenu.

Hossam est titulaire d’un baccalauréat en mécatronique de l’institut de haute technologie en Égypte. Il est également certifié du Chartered Institute of Marketing (CIM). Hossam a également obtenu son MBA dans l’une des principales écoles de commerce françaises « ESLSCA Business School » spécialisée dans le management global.

Comment voyez-vous la musique ?

La musique est une expérience vivante. La musique est l’arrière-plan de nos vies. Il faut donc la vivre, ce n’est pas seulement l’écouter. Et cette partie, je l’appelle l’humanisation de la marque ; comment une marque intangible que l’on fait ressentir aux gens est tangible.

Il y a quelques années, peu de gens connaissaient l’ANGHAMI, alors qu’aujourd’hui elle compte plus de 15 millions d’adeptes, une énorme campagne publicitaire. Pouvez-vous nous dire comment ce changement soudain s’est produit ?

Ce n’était pas du tout soudain, il nous a fallu 2 ans de dur labeur en tant qu’entrepreneurs, d’engagement et de persévérance pour transférer Anghami dans la version que tout le monde peut voir maintenant. Mon voyage avec Anghami a commencé en septembre 2015 alors que j’y travaillais comme consultant et à partir de janvier 2016 j’ai rejoint l’équipe d’Anghami en tant que « Directeur Pays Egypte ». Dès le premier jour de mon arrivée, nous avons commencé à exécuter le plan stratégique qui comportait environ trois étapes de synchronisation.

Nous avons établi trois fronts principaux et avons commencé à mettre en place un plan pour les atteindre. Ces fronts commencent par la neutralisation du contenu et l’apport des contenus manquants de la musique égyptienne, alors que nous nous concentrions sur l’acquisition du contenu. Ensuite, nous avons renforcé les relations avec les artistes égyptiens et renforcé les liens avec les opérateurs de téléphonie mobile en Egypte. Enfin, nous avons travaillé à construire une relation solide avec les producteurs de musique et les labels.

Par la suite, nous avons commencé à mettre en place les piliers à atteindre. Ces piliers ont été divisés en trois catégories. Tout d’abord, sensibiliser les gens aux droits et à la propriété intellectuelle. Deuxièmement, travailler sur la localisation linguistique, en concevant une plate-forme qui aide à protéger la langue et à sauver l’identité de l’Égypte. Enfin, donner le ton de la marque en définissant à qui nous parlons et ce que nous voulons réaliser.

Quels sont les défis auxquels vous avez été confrontés et comment les avez-vous relevés en tant qu’entrepreneurs ? »

Le principal défi était de changer l’habitude des gens d’insister pour que la musique soit téléchargée sur leurs appareils, et c’est ce qu’ils font en piratant et en écoutant de la musique sur Internet par les voies légales visant à protéger la propriété intellectuelle. Nous avons donc commencé à travailler sur la culture du peuple en essayant de la changer.

entrepreneurs

Un autre défi était la faiblesse de l' »ARPO » en Egypte qui est le taux de revenu moyen par rapport aux dépenses car il était très faible dans la musique numérique en Egypte. Nous avons donc mis en place un plan pour attirer plus d’audience et créer de nouvelles façons de générer plus de revenus. Enfin, le processus d’adoption du produit prend énormément de temps, mais grâce à l’analyse des habitudes des gens, au déploiement du plan et à la persévérance, nous avons réussi à réussir. Pour réussir, il faut disposer de données et utiliser les connaissances pour s’engager davantage et frapper plus fort.

Dans les médias égyptiens, nous avons vu une énorme campagne publicitaire, pouvez-vous nous en dire plus sur les étapes que cette campagne a franchies pour être sur le terrain ? »

La campagne a commencé avec l’idée que nous devons localiser, et c’était l’idée de savoir comment localiser agressivement sur le terrain, nous devions frapper fort car il est très important que le message entre dans l’ADN de la société, pour ne pas leur faire sentir que l’idée est étrange ou vient d’une culture différente. En même temps, l’idée doit protéger le message de positionnement que les gens ont à propos d’Anghami ; qu’il s’agit d’une grande entité et qu’elle fonctionne au niveau international car le public égyptien préfère faire partie de quelque chose qui est grand et internationalement reconnu.

Nous devons donc conserver le ton de la marque, comme le font les entrepreneurs, mais il faut que ce soit localisé. Comme nous ciblons les jeunes, nous avons dû mettre l’accent sur eux dans notre campagne. Comme je l’ai déjà dit, c’est ce que nous avons appris grâce à l’information recueillie. À partir de ces connaissances, nous avons pu analyser l’âge de nos groupes, les raisons de les cibler et les problèmes qui se posent au sein de la société. Donc, ce que nous avons fait, c’est de prendre une partie des problèmes de la vie et de les utiliser dans nos publicités et de leur montrer que la musique est leur passé et que vous combinez chaque aspect de votre vie avec la musique.

De plus, il était d’une importance capitale de transmettre un message à la classe sociale, ce qui était essentiel pour l’équipe de création et l’équipe artistique. De plus, dans le concept que nous sommes en train de construire pour ne faire de mal à personne. Tout le monde se sent dans l’annonce. Par la créativité dans les visuels ou dans les vidéos. Nous essayions de montrer aux jeunes que nous sommes toujours avec eux, que nous sommes toujours avec vous sur le mobile, et que nous résolvons leurs problèmes comme la circulation, les études et bien d’autres.

En même temps, nous avons fait l’appel visuel comme la plupart des visuels en Egypte sont étranges et ennuyeux, et ils sont toujours répéter d’autres annonces. Sans créativité, nous avons essayé d’aller plus loin dans l’innovation. Etre innovant dans le message, la couleur, voire la composition de l’annonce. Vous trouverez les héros de l’annonce. En sortant du téléphone comme à la fin, nous disons à notre public : « Vivez la musique avec Anghami ».

Quels sont les avantages que vous, en tant qu’entrepreneurs, apportez à vos utilisateurs ?

Eh bien, chez ANGHAMI, nous sommes le principal moyen d’aider des millions de spectateurs à profiter de millions de pistes sonores avec la façon la plus facile de l’expérience utilisateur et de s’amuser avec certaines publicités. Entre-temps, et si vous ne voulez pas de l’annonce, vous pouvez payer un abonnement mensuel. Ces procédures ont été très utiles à utiliser car elles nous ont placés à un autre niveau, celui de l’abonnement.

Comment êtes-vous passé à l’abonnement ?

Eh bien, pour pouvoir commencer avec l’abonnement, nous avons d’abord dû analyser la méthode d’abonnement en Egypte. Cela faisait partie de l’étude que nous avons faite lors de notre planification initiale. Comme le mode de paiement de l’Egypte est très limité en raison de l’utilisation limitée des cartes de crédit et la classe sociale a un grand impact sur notre activité. Comme en Egypte, environ 10% d’entre eux ne possèdent que des cartes de crédit et une grande partie d’entre eux craignent l’utilisation des cartes de crédit en ligne.

Nous avons donc décidé de passer à la méthode de « Direct Carrier Billings » où elle est connectée aux services des opérateurs mobiles. Les utilisateurs peuvent payer par l’intermédiaire de leur opérateur mobile où l’abonnement est déduit de leur crédit mobile, en outre, nous avons conclu un accord avec « FAWRY », une société de transfert d’argent fournissant des distributeurs automatiques dans toute l’Egypte où les utilisateurs peuvent payer pour ANGHAMI service.

ANGHAMI est en train de conclure un accord avec Vodafone ; pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Nous avons lancé avec Vodafone un accord pour faciliter le paiement des services ANGHAMI pour les abonnés, puis avec « FAWRI » puis « ETISALAT ». Le but de ces accords était de rendre plus facile pour les abonnés même la tarification que nous l’avons rendu approprié pour la société. Nous avons créé des abonnements quotidiens, hebdomadaires et mensuels. Cela a également été fait pour faire passer le message que l’on peut écouter de la musique à bas prix, car nous visions à protéger la propriété intellectuelle ou les droits musicaux.

En ne payant que de petits honoraires, vous pouvez soutenir l’artiste que vous aimez car à la fin, cet argent revient au producteur pour lui permettre de produire plus de chansons et plus d’albums ; en retour, il paiera plus pour créer plus de musique et nous permettra de créer de la musique et des films civilisés.

Par exemple, le film de « Fast and Furious » comment les cinéastes ont été en mesure de produire 8 séries du film et de la marque dans le monde entier, tous ces en raison de leur protection de leur propriété intellectuelle où il génère plus de revenus pour eux.

C’est le pouvoir, la façon dont nous comprenons le but des droits sur le contenu et la façon dont il se répercutera sur les producteurs, les écrivains, les artistes et l’ensemble de l’industrie.

Que pourriez-vous nous dire sur les flux de revenus de vos services de streaming ?

Dans le flux de revenus, il y a deux méthodes. Le premier est le freemium où l’utilisateur gratuit peut écouter des publicités, après chaque couple de chansons, où nous générons nos revenus à partir de ces publicités. L’autre méthode est l’abonnement payant où l’utilisateur ne veut pas écouter d’annonces, veut écouter de la musique hors ligne, et télécharger de la musique. Comme nous sommes encore dans un marché émergent, les abonnements ne sont pas si nombreux que ça et nous dépendons donc principalement des annonces. C’est pourquoi nous essayons d’être innovateurs dans nos publicités.

Il ne s’agit pas seulement d’annonces, car nous utilisons de la publicité interactive où nous créons des fonctionnalités où le client peut l’utiliser. Les caractéristiques les plus puissantes sont que nous lions le hors ligne avec l’en ligne comme l’utilisateur peut utiliser ANGHAMI pour capturer une photo ou interagir avec quelque chose hors ligne et la fonctionnalité le rend en ligne. La dernière campagne était avec « Nescafe » et avant avec « Miranda » comme avec les photos capturées les utilisateurs peuvent gagner un prix d’ANGHAMI ; et beaucoup d’autres expériences.

Par exemple, « Lipton » a conçu une publicité, où les utilisateurs peuvent définir leur chanson préférée comme leur alarme quotidienne, comme « Lipton » est une marque de thé et leur message étaient « nous allons vous aider à vous réveiller » et il donne également une prévision pour le temps et cela montre combien « Lipton » est convivial.

Nous avons aussi beaucoup de marques qui se sont engagées avec les utilisateurs en faisant de la compétition avec eux, où cela permet aux utilisateurs de s’engager davantage avec ANGHAMI. Comme c’est scientifiquement vrai, car une recherche a prouvé que les marques qui sont liées à la musique, les gens s’ennuient toujours s’ils sont sortis du marché. Quand vous intégrez la musique dans votre vie quotidienne, cela affecte beaucoup les gens. Un bon exemple est « Bershka » la musique que vous écoutez en Bershka, vous la trouverez sur ANGHAMI, les utilisateurs la jouent beaucoup.

Après les défis que vous avez relevés, que diriez-vous aux jeunes entrepreneurs ?

Je n’aime pas la nouvelle mode des entrepreneurs, car tout le monde se dit entrepreneur. Ce n’est pas mal, mais Entrepreneurs n’est pas un mot ; les entrepreneurs doivent avoir une personnalité spécifique, avoir ses propres caractéristiques et de nombreuses dimensions. Nous avons vu dans nos vies pendant que nous travaillons beaucoup qui introduisent des idées étonnantes et quand ils gagnent un certain profit, ils vont simplement le dépenser et oublier le projet, et le projet meurt. Beaucoup de jeunes manquent les principales caractéristiques qui sont l’enthousiasme, la passion, la croyance en ce qu’ils font.

Il est très naturel qu’ils soient confrontés à des défis et à des échecs, les gens les décourageront et les rabaisseront, c’est naturel car ils font quelque chose d’étrange par rapport à ce qui est traditionnel. Le trait le plus important est d’avoir une grande patience, de l’amour pour ce que vous faites et un grand enthousiasme. Aussi, la capacité de prendre le dessus sur les hauts et les bas, d’avoir une vision, et d’essayer toujours d’être différent. Il y a toujours un concept appelé « Différenciation » car le marché est plein d’acteurs. Aussi, l’innovation de l’idée est essentielle, aussi pour la développer continuellement.

Des idées les plus intéressantes ont été les Chinois, où ils sont toujours en train de développer l’emballage et les gens sont étonnés par lui. Donc, beaucoup d’aspects qui affectent le produit ou le service, le plus essentiel est l’innovation dans la communication. Alors, comment faire preuve d’innovation, d’enthousiasme et comment embaucher les bonnes personnes. Comme il n’y a rien qui s’appelle qu’une seule personne fasse tout le travail, vous devez engager les personnes les plus puissantes pour vous aider. A ce moment-là, vous verrez votre marque voler comme un avion.

Les entrepreneurs doivent croire en eux-mêmes et en les autres, construire une équipe puissante et tenir compte du fait qu’ils ne gagneront pas immédiatement. Il est tout à fait normal que vous preniez le temps jusqu’à ce que votre idée soit vendue et comprise par beaucoup.

Quelles sont les attentes d’ANGHAMI à l’égard de ses employés ?

Chez ANGHAMI, nous travaillons tous comme une seule famille, nous nous aimons tous et nous nous soutenons les uns les autres. Nous sommes tous cool. Comme nous travaillons dans l’industrie de la musique, les employés doivent être à la mode, innovants. On ne peut pas engager quelqu’un de rigide ou de peu créatif. Ils doivent faire plus d’essais, faire des choses folles, et avoir l’amour d’essayer de nouvelles choses.

Qu’est-ce qui vous motive ?

C’est une question très difficile, car pour moi « Hossam » j’ai un problème que personnellement je ne peux pas être satisfait facilement. Mais en général, ce qui me motive, c’est que je vois toujours un rêve devant moi ou quelque chose que je poursuis et essaie de le trouver et de le réaliser. Je suis motivé par des choses qui contiennent des défis et des innovations, je n’aime pas les choses ordinaires.

Je ne me suis jamais imaginé faire partie d’un travail traditionnel avec des heures fixes et simplement attendre un salaire. J’aime vraiment faire le travail qui contient beaucoup de réflexion. J’aime utiliser mon esprit et savoir différencier le produit ou le service dans lequel je travaille et entre les autres sur le marché.

Cette excitation est ce qui m’attire, dans tous les aspects de ma vie. Je n’ai jamais aimé les choses normales, c’est peut-être ma personnalité. Mais ce qui me motive, c’est que j’ai toujours l’impression qu’il se passe quelque chose, quelque chose que je dois faire.

Comment mesurez-vous votre performance en tant qu’entrepreneur ?

J’ai toujours un problème de performance, j’ai su mesurer ma propre performance, car tout le temps ce n’est jamais assez pour moi. Bien que je planifie pour moi-même et me fixe des objectifs, mais je suis toujours sous la pression de courir après quelque chose et de vouloir le poursuivre de plus en plus.

Quels sont vos projets d’avenir pour ANGHAMI ?

Pour moi, je pense à ANGHAMI en Egypte ; il y a une grande marge de manœuvre à atteindre et à couvrir, car en fait notre segment cible est encore extrêmement vaste. Comme nous avons 380 millions d’audience éligible pour utiliser ANGHAMI et actuellement nous venons d’en acquérir 50 millions d’utilisateurs. Donc, nous avons encore un long chemin à parcourir pour cibler tous ces publics, surtout que nous sommes pleins de longs métrages que nous n’avons pas encore annoncés à leur sujet, il y a encore d’énormes efforts à faire.

Vous aimez la compétition ?

J’adore la compétition, la compétition est dans mon sang. Quand j’étais jeune, je courais et participais à des compétitions. Cela m’a donc appris à courir tout le temps après les choses, et il y a beaucoup de concurrents autour de moi, donc je n’arrêterai jamais de courir.

La concurrence aime-t-elle ANGHAMI ?

Bien sûr, la concurrence aime ANGHAMI ; nous travaillons dans une industrie très compétitive qui est pleine de concurrents et d’entrepreneurs. En ce qui concerne notre région, elle n’était pas pleine de concurrents, mais récemment, tout le monde veut entrer sur le marché, pour être compétitif, et ANGHAMI est la start-up qui connaît la croissance la plus rapide au Moyen-Orient, donc l’œil est maintenant dessus.

Les concurrents (« entrepreneurs ») sont maintenant impatients de faire concurrence ou d’établir un partenariat avec nous. Comme ils ont réalisé à quel point le marché est en pleine croissance et dans quelle mesure il s’agit d’un marché potentiel. Maintenant, il y a beaucoup de concurrence et c’est si sain pour nous d’être compétitifs, car à la fin, cela nous amène à développer davantage, à innover et à penser davantage à prendre des parts de marché les uns des autres. Une plateforme réussie comme ANGHAMI est le piège avec lequel tout le monde peut rivaliser.

Merci beaucoup de votre temps.

Engy KHALIFA

Engy KHALIFA

Engy Khalifa is Deputy Director of Publication of BONDS and SHARES, Being an experienced Corporate Finance Advisor based in Cairo, Egypt, she heads all issues related to Corporate Finance.Engy holds a management degree from Modern Science and Arts University “MSA” in Egypt with a specialization in Management and Systems. She has a double major Master of Business Administration from “ESLSCA Business School“, one of the leading French Business Schools and specialised in Banking, Risk and Global Management, and a Project Management Professional Diploma from Riti Educational institution which is certified from PMI.Engy has been working in the field of construction for more than 15 years as she is the General Manager of El Khalifa for Real Estate Investment operating in Egypt. She also have more than 5 years experience in banking as she is certified as a banker from the Central Bank of Egypt. In addition to her work at Blom Bank Egypt, and Crèdit Agricole Egypt in the area of Retail Banking, Trade Finance, Credit, and Management Information systems.Engy also worked for the British Council Egypt in the Examination Services Department as Examinations Supervisor responsible for handling the exams of Cambridge International Examinations and Edexcel Examinations. Recently Engy is a certified corporate trainer from ESLSCA Business School, Paris.


Leave a Reply


A propos de nous

Bonds & Shares est une plateforme d’information participative à but non lucratif pour, à travers et par des experts en finance et en affaires.


CONTACTEZ-NOUS

APPELEZ-NOUS EN TOUT TEMPS



A la une



Newsletter


Categories