Julien DELMARREDecember 3, 2018
81h0BsqKk4L._SL1500_.jpg

3min690

 

Titre du livre de Michael Lewis sortie en 2010, ce film sort en 2015 et regroupe pas mal de bons acteurs: Brad Pitt, Christian Bale, Ryan Gosling, etc.

Le film retrace le destin de quelques personnes qui ont vu la crise des Subprimes (2007) et la crise bancaire et financière qui a suivi en automne 2008. Nous voyons tour à tour, un gestionnaire d’un fonds spéculatif qui découvre en 2005 que le marché de l’immobilier résidentiel américain est précaire et devient de plus en plus dangereux. Comment fait-il pour voir cela? Il observe que le marché tient sur la distribution de prêts non garantis et que la rentabilité de ces prêts baisses donc pour continuer de financer le marché, il faut absolument prendre des prêts de plus en plus risqué afin de faire perdurer le système. C’est ce que les CDS (Credit Default Swap) ont caché pendant longtemps. La façade des CDS, avec des rendements très très intéressants (on parle à cette époque de rendements de plus de 20% minimum) avec un sous-jacent triple A (AAA) donc sûr à 99% contre un risque de contrepartie.

Ce personnage parie donc, contre l’opinion générale, à la baisse des marchés. Il signe donc des contrats sur la chute future des marchés financiers. Et c’est à ce moment-là, qu’on voit deux nouveaux protagonistes qui s’intéressent à son raisonnement et voit, comme lui, que le marché est pourri jusqu’à l’os. Ils vont donc, eux aussi, parier à la baisse.

Le film montre le raisonnement, l’économie autour, l’engouement des foules pour les prêts, les marchés des actions, les CDS, etc. Et la fin tragique qui semble, au fur et à mesure où l’on avance dans le film, inévitable. On assiste à la fin des prêts immobiliers, de l’euphorie boursière, de l’économie mondiale.

Un film que je conseille pour des personnes ayant au préalable des bases financières, car il est assez ardu pour de parfaits néophytes. Les termes sont des fois techniques, même si le film tente à certains moments de nous l’expliquer en vulgarisant certaines notions (le CDS notamment). Des recherches au préalable sont, pour moi, nécessaire afin de bien suivre le fil de l’histoire et de bien comprendre les étapes de la chute de ce monde sans risque qui faisait gagner à tous les coups.


Julien DELMARRENovember 24, 2018
91p3m7VHnyL._SY445_.jpg

4min1310

Si vous avez connu la crise des Subprimes, vous avez dû tous entendre parler de Mr Bernard Madoff. Il fut condamné à purger une peine de prison de 200 ans en 2009 pour avoir été le créateur de la plus grosse escroquerie financière de tous les temps. Il a créé une bulle financière d’un montant de 65 milliards de dollars américains grâce à un système de Ponzi.

Le film, The wizard of lies (le magicien des mensonges en traduction française) retrace l’histoire et surtout nous informe du comment à fait pour mentir à tout le monde. On retrouve le grand acteur Mr Robert de Niro dans le rôle principal. Il fait une belle interprétation, à mon sens, en jouant (il est vrai sans trop forcer) une personne froide, calculatrice et stressée.

Ce film nous invite à voir l’éclatement du scandale à l’intérieur de sa famille et de sa société. On y voit l’éclatement, la colère, le mensonge, la désillusion, etc.

Personnellement, je trouve que ce film est assez bon et nous montre une chose que les journalistes ont selon moi omis lors de son procès: sa réputation. En effet, on y apprend que Mr Bernard Madoff n’était pas un simple millionnaire, milliardaire et gros gérant d’un fonds. C’était une véritable légende. Et c’est d’ailleurs lors d’une confrontation entre la SEC (Securities and Exchange Commision, l’équivalent de notre AMF, Autorité des Marchés Financiers) et l’un de ses fils. ” Vous ne savez pas de quel genre d’homme il était […] il a créé le NASDAQ, dirigé le NASDAQ, président du comité national de la sécurisation et de clearing corporation, de l’Institut international de clearing, FINRA, du NASD […]”. Bref, il fût LE créateur du monde financier que nous connaissons. Les indices, mais également sa sécurisation. Pas étonnant que sa fraude fut possible, car un système de Ponzi n’est autre qu’un système basé sur la confiance. Les gens avaient confiance en lui et l’ont laissé faire. Mais ne jetons pas la pierre sur Mr Madoff pour autant. Lors d’un dialogue avec une enquêtrice il dit à juste titre que ses clients qu’il a arnaqués sont aussi coupables et sont en quelque sorte ses complices. Et je trouve qu’il a raison. Rendez-vous compte, il proposait un rendement, quelle que soit la conjecture économique, le prix de l’immobilier, crise ou pas crise, de 50% non pas par an mais en 90 jours. C’est-à-dire, que vous donniez de l’argent à Mr Madoff vous aviez au bout de 3 petits mois un retour sur investissement de 50%. Soyons sérieux, les arbres ne montent pas jusqu’au ciel.

Un film intéressant, qui montre les paradoxes de cet homme, le soucis de la confiance en finance et la cupidité des hommes.

 



About us

Bonds & Shares is a participatory non-Profit information platform for, through and by experts in finance and business.


CONTACT US

CALL US ANYTIME