Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Ce phénomène qui a fait le tout de la planète et en même temps historique pour le Royaume Uni et l’Union Européenne est appelé le « Brexit [1]».

Le processus de sortie suivra toute une procédure et prendra plusieurs mois. Cette sortie est de lourdes conséquences pour les deux parties d’où les interrogations suivantes :

  • Quelles sont les motivations ?
  • Quelles sont les conséquences pour le Royaume Uni et pour l’Union Européenne ?
  • Quels sont des impacts sur le secteur financier ?
  • Quelles les perspectives de relations en le Royaume Uni et l’Union Européenne ?

C’est autant de questions que nous essayons de répondre dans une série d’article consacrée au Brexit. Ce premier article évoque les motivations des britanniques de leur sortie de l’UE[2].

Les Britanniques avaient rejoint un marché économique et se retrouvent, sans avoir eu leur mot à dire, dans une union politique en marche vers une intégration croissante. Lors d’un sommet européen sur l’avenir du Royaume-Uni dans l’Union européenne, voici leur l’heure venue pour justifier leurs motivations pour un Brexit.

Le contrôle de l’immigration

“Je préfère être plus pauvre avec moins de migrants”, avait déclaré Nigel Farage, l’ex-leader de UKIP[3] et symbole de la campagne pro-Brexit.

Le Royaume Uni se sent envahi par un flux migratoire quelle ne peut pas contrôler suite à l’accord de libre circulation au sein de l’UE. Pour contrôler ce flux migratoire, elle durcit les conditions d’entrée sur son territoire pour les autres ressortissants hors UE. En quittant l’UE, elle pourra se définir ces propres directives en terme de politique sur l’immigration.

La restauration de la souveraineté nationale

Les britanniques vivent mal le déficit démocratique des décisions et textes d’une commission non élue. Comme exemple, les décisions de la justice Européenne ou de la cour des droits de l’homme sur les tribunaux britanniques.

Redéfinir les échanges commerciaux

Les britanniques souhaitent commercer librement avec le monde sans contrainte des textes en vigueur de l’UE. Ils souhaitent signer leur propre partenariat avec des économies fortes ou les pays émergent hors UE.

Suivre ses propres résolutions

Les patrons de PME[4] souffrent des normes et résolutions qu’imposent les textes de Bruxelles[5] sur la liberté d’entreprendre. A titre d’exemple, les pêcheurs se plaignent des normes imposés par l’UE et les agriculteurs, de la politique agricole commune. En ce qui concerne le secteur financier, la City se révolte contre les normes financières et des limitations des bonus des financiers.

Quitter une zone en déclin

Le naufrage des migrants, la crise de la zone euro, les politiques d’austérités, le renflouement de la Grèce sont autant de signaux qui montrent que l’UE est une zone en déclin. Vaut mieux quitter le navire pour mieux prospérer.

Voici les raisons majeurs qui ont suscité les pro-Brexit. Dans le prochain article, nous évoquerons les conséquences pour le Royaume Uni et l’Union Européenne et l’impact sur le secteur financier.

[1] Brexit : British exit

[2] Union Européenne est une association politico-économique sui generis de vingt-huit États européens qui délèguent ou transmettent par traité l’exercice de certaines compétences à des organes communautaires.

[3] Le Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (en anglais : UK Independence Party), ou UKIP, est un parti politique britannique. Anti-immigration et eurosceptique, il milite pour le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne.

[4] Petite et Moyenne Entreprise

[5] Bruxelles, siège de la plupart des institutions de l’Union européenne, est considérée de facto comme la capitale politique des 28. Cependant, l’Union n’a pas de capitale officielle et aucun projet ne va actuellement dans ce sens.

 

 

Webographie

Le Figaro La Tribune Wikipeadia

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Leave a Reply