French, Geopolitics

BREXIT : DES PRE-NEGOCIATIONS AUX ALLURES DE CONFRONTATIONS

brexit-des-pre-negociations-aux-allures-de-confrontations

Les négociations n’ont pas encore démarré, que de nombreux influenceurs politiques et économiques craignent déjà le pire. Parmi eux, Mark Carney, Gouverneur de la Bank Of England.

Sur la question financière, pour Carney, les deux années de négociations peuvent amener vers deux directions complètements opposées. La première voie serait celle d’un système financier britannique « bâtit sur des piliers stables avec un respect des principes de la globalisation, une transparence et une supervision intensive du régulateur, ce système maintiendrait une croissance soutenable pour le Royaume-Uni ». La seconde voie serait celle du repli, qui conduirait le pays à « réduire sa coopération avec les autres régulateurs financiers, ce qui conduirait à une compétition avec d’autres places financières, avec pour résultat un déclin de l’emploi et de la croissance ». La seconde voie semble être celle qu’ont décidé d’emprunter les différentes parties du dossier.

La position européenne est claire, il n’y aura pas d’avantage accordée au Royaume uni. Comme l’a récemment évoqué le Ministre des Finances Allemand, Wolfgang Schaeuble, « There is no free lunch, Britons must know that»i. La chancelière Allemande Angela Merkel a également insisté sur le fait que le Royaume-Uni ne doit pas rester dans « l’illusions » qu’il continuerait à bénéficier des accords européens.

Un message d’unité face au Royaume-Uni ressort de la réunion du 29 Avril entre les 27 pays membres de l’Union, un message unique et ferme qui rend tangible un scénario de « Hard-Brexit ». Scénario de plus en plus probable au vu des déclarations des Ministres Européens, exigeants du gouvernement Britannique le règlement d’une compensation financière et la résolution de la problématique portant sur la protection des droits des citoyens Européens, avant toute négociation sur de futures relations commerciales.

Par leur position ferme sur le dossier, les Etats Européens veulent s’assurer que les Britanniques payent le prix de leur départ, et ainsi dissuader les autres membres tentés de suivre cette voie.

De l’autre côté de la table de négociation, la première ministre Britannique Theresa May souligne la remarque de madame Merkel et insiste sur l’intensité des négociations à venir. Afin d’assurer sa légitimité dans la défense du dossier du « Brexit », la première ministre a fait un appel à des élections anticipées le 8 Juin, cela fait également craindre le scénario du « Hard-Brexit ».

En attendant le début de ces négociations courant juin, les effets du « Brexit » sur l’économie Française semblent déjà visibles, notamment du côté du secteur automobile. Deuxième pays exportateur de véhicules au Royaume-Uni (après l’Allemagne), les ventes françaises ont chuté de 17% en 2016, après avoir connu des hausses successives en 2014 et 2015. D’autres secteurs ayant connu une tendance haussière avant 2016, semble désormais connaitre un repli, la crainte d’une contagion à l’ensemble des économies européennes s’installe.

i Traduction : Il n’y a pas de repas gratuit, les anglais doivent le comprendre

 

Abdoulaye Diallo

0 Comments
Share

BONDS & SHARES

BONDS & SHARES is a participatory non-Profit information platform for, through and by experts in finance and business. For more information please visit www.bonds-and-shares.com

Leave a Reply