L’Europe, un regain d’activité sur les marchés financiers

Les marchés sont rassurés : le risque politique a fortement reculé en Europe après l’élection d’Emmanuel Macron. En Allemagne, où des élections législatives ont lieu dans quatre mois, le CDU de Mme Merkel a remporté un scrutin régional clé, ce qui place la chancelière allemande dans une position confortable pour un nouveau mandat. L'axe franco-allemand, fondamentale pour l'Europe s'en trouve renforcé. Les investisseurs sont à présent rassurés par une Europe qui a rejeté les partis extrêmes.

0
268

A côté de ces risques extrême les fondamentaux se renforcent eux aussi : l’investissement repart, les perspectives de profits s’améliorent, les crédits bancaires sont en forte hausse… La situation économique de la zone Euro s’éclaircit et un regain de confiance s’opère chez les investisseurs. Sur le premier trimestre 2017, les marchés d’actions européens ont poursuivi leur tendance haussière initiée au début du second trimestre 2016.

marchés

 

Les révisions de bénéfices marquent une inflexion positive en Europe depuis six mois. Le consensus prévoit une hausse des résultats de 14.2% en 2017 pour l’ensemble du marché européen et une poursuite de cette tendance en 2018 avec une anticipation de hausse de 9.9%. Dans ce contexte, la dynamique est donnée :

Fabrice Masson, Directeur de la Gestion Actions et Convertibles à BFT Investment Managers, maintient sa préférence pour les marchés européens.

“Au niveau de la zone euro, nous avons renforcé nos positions sur l’Allemagne et les Pays-Bas”

Cependant la réalité est plus nuancée, les chiffres anticipés des performances économiques tardent à se vérifier. La croissance peine à décoller : 1,70 % en Europe en 2016 et 1,80 à 2% en 2017. Aux Etats-Unis, après un petit 1,60% en 2016, une grande incertitude pèse sur 2017.

De plus les ménages Américains, après la crise des subprimes, orientent vers l’épargne leurs hausse de revenus. De même en Chine où la croissance de l’activité industrielle peine à se maintenir. De plus ce pays se tourne sur lui-même en privilégiant maintenant la consommation interne. Enfin les difficultés de ces deux pays (Les Etats-Unis et la Chine) entrainent avec eux les pays émergents et ralentit leurs dynamismes économiques.

Leurs situations pourraient se détériorer encore avec une éventuelle baisse sur les dollars destinés à stimuler les exportations Américaines pénalisé par un dollar “clairement trop cher” selon Daniel Gérino, Directeur de la Gestion et Président de Carton Sélection. La prudence reste donc de mise sur les marchés actions et la question est de savoir si l’Europe pourra se soustraire de sa dépendance aux marchés Américains.

Les références  Next Finance 1  Next Finance 2  Next Finance 3

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here