Trading Haute Fréquence : Où en est-on?

0
842
Businessman with book drawing abstract forex chart. Double exposure. Fund management concept

Le Trading Haute Fréquence ou HFT est une méthode qui permet de détecter des micro-tendances sur les marchés en analysant un maximum de données. En fonction de l’analyse de ces tendances de marché les algorithmes de trading passent des ordres d’achat ou de vente en l’espace de quelques nanosecondes.

trading haute fréquence

Le HFT domine aujourd’hui le marché américain avec 80% des transactions qui sont électroniques, et cette pratique est croissante dans le monde. Alors qu’en est-il de la régulation autour du HFT ? Doit-on se poser des questions autour de sa moralité ? Représente-t-il un danger pour les marchés financiers ?

Un danger pour les marchés, c’est une certitude. En 2015, un spécialiste du HFT a été arrêté à Londres pour Fraude et Manipulation sur le marché des contrats à terme électroniques. Il est entre autre accusé d’avoir provoqué le « Flash Crack » de mai 2010 au Etats-Unis.

Rappelez-vous, le 6 mai 2010 l’indice Dow Jones perdait plus de 600 points en l’espace de 5 minutes. Il est soupçonné d’avoir employé une stratégie de superposition en plaçant une multitude d’ordres à fort impact à différents prix créant ainsi l’illusion d’un marché très actif et les supprimait ensuite. Ainsi ces ordres trompaient les autres traders et il pouvait profiter de la hausse ou de la baisse.

Une autre stratégie très répandue est une stratégie utilisant des ordres Iceberg, ces ordres permettent de découper un ordre de très grande ampleur en pleins de petits ordres minuscules, ainsi ces ordres attirent moins l’attention, les prix augmentent moins et ils les payent moins cher.

Mais ce spécialiste du HFT n’est pas le seul a avoir été condamné, l’américain Virtu a été sanctionné par l’AMF à 5 millions d’euros d’amende pour avoir manipulé les cours de 27 titres du CAC 40 durant 32 séances en 2009.

Malgré toutes ses sanctions les avis divergent et même au sein de l’AMF. En effet l’Autorité des Marchés Financiers a publié fin janvier 2017 une étude sur l’activité des principaux acteurs du HFT entre novembre 2015 et juillet 2016 en regardant leur présence dans le carnet d’ordres et les volumes qui ont été traités.

Conclusion, les acteurs du HFT représentent 80% de la quantité présente aux 3 meilleures limites du carnet et «ils consomment plus de liquidité qu’ils n’en apportent et se retirent avant les annonces contrairement aux autres participants de marché» déclarait l’AMF. Cependant elle a également ajouté que «Les stratégies de market-making (non directionnelles) évitent les mouvements de prix brusques ; le retrait des HFT dans les secondes qui précèdent une annonce prévue est donc un comportement rationnel».

D’autres avis sont beaucoup plus tranchés comme celui de Jean-Louis Bancel qui a déclaré «il faut interdire purement et simplement le HFT, c’est éminemment dangereux et perturbe fortement les marchés».

Le problème est que les règles d’un pays à un autre diffèrent, compliqué donc d’imposer une régulation à l’échelle internationale. Cependant Bruxelles a tout de même décidé de réguler l’activité de HFT. A travers MIF II, en définissant à partir de 2018 la catégorie des HFT (toute société de trading qui envoie au moins 2 messages par seconde). Cette catégorie devra faire l’objet d’un agrément et dans certains cas s’inscrire dans des programmes définis par l’opérateur de marché. Ce travail permettra de faciliter le travail des régulateurs nationaux notamment.

Malgré cette régulation, le trading se développe très rapidement et augmente ses parts de marchés, comme en Russie ou il est de 36% des actions et au Brésil de 21%. Larry Tabb, fondateur d’une société de recherche et de conseil américain affirme que « Le HFT remplacera les modèles de trading traditionnels.

Cela va se produire partout dans le monde, même dans les marchés les plus illiquides ». Nous ne pouvons donc l’ignorer mais le HFT va s’étendre partout et devenir encore plus grand. Une actualité encore plus récente nous le prouve, Blackrock, le géant mondial de l’Asset Management va renvoyer entre 30 et 40 professionnels de la gestion active pour pouvoir transformer certains de ses fonds en stratégies d’investissement quantitatives, basées sur des algorithmes.

  • Sources

http://www.lemonde.fr/bourse/article/2016/11/24/le-trading-haute-frequence-conquiert-les-marches-emergents_5037125_1764778.html

http://www.agefi.fr/regulation/actualites/etude-texte-reference/20170127/trading-a-haute-frequence-soutien-important-a-209755

https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0211734652275-lamf-remet-en-cause-lutilite-des-traders-haute-frequence-2060490.php

Nicolas Viguier

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here