Les «prévision choc» de SAXO BANK…

0
65
Sunlight shines on the historic buildings of the financial district in lower Manhattan, New York City near Wall Street

5%: En 2018 Saxo Bank prévoit le risque de voir le rendements des bons du Trésor américain tomber sous les 5%

BAISSE DES TAUX, BULLE, BAISSE DE L’EURO, PRINTEMPS AFRICAIN… LES 10 PRÉVISIONS CHOC DE SAXO BANK POUR 2018

Comme chaque année, Saxo Bank a livré ses “prévisions choc”, des scénarios pas si improbables qu’on pourrait le croire… et qui pourraient avoir, le cas échéant, un impact considérable sur les marchés.

Les prévisions chocs de la Saxo Bank sont réalisées en ignorant volontairement tout consensus lénifiant du type “tout va bien madame la Marquise”, “l’année n sera la continuité de n-1” ou encore “dormez tranquilles les petits”. Non, l’idée c’est de mettre en avant les risques d’événements improbables mais qui, s’ils se réalisent, auront un impact majeur.

C’est ce que l’on appelle les Cygnes Noirs du nom de l’ouvrage devenu célèbre de Nassim Taleb.

Pourquoi Saxo Bank appelle- t-elle à une “prévision choc” ?

Contrairement à ce qu’on imaginait les “prévisions choc” ne correspondent pas à un scénario central, mais à des événements dont la probabilité est actuellement largement sous-estimée par les intervenants – et donc dont l’éventualité n’est pas encore intégrée dans les cours. Elles pourraient ainsi avoir, si elles devaient survenir, un impact majeur sur les marchés…

Lesquelles de ces 10 prévisions pour 2017 se sont concrétisées ?

Plusieurs des prévisions choc pour 2017 se sont concrétisées. Les valeurs bancaires italiennes ont tiré leur épingle du jeu, des acteurs comme Unicredit et Intesa Sanpaolo ayant connu un parcours boursier globalement plus favorable que celui des poids lourds tricolores de la finance. Par ailleurs, après avoir été affecté par l’élection de Donald Trump, le peso mexicain s’est nettement repris, notamment vis-à-vis du dollar canadien, la paire de devise s’appréciant de 24% entre le point bas de janvier et le pic de juin dernier. Enfin, l’explosion du cours du bitcoin a bien eu lieu, dépassant même de très loin le “simple” triplement évoqué dans nos dernières prévisions choc (son prix a été multiplié par près de 13, à l’heure où nous écrivons ces lignes, NDLR)…

Au menu donc de cette édition 2018, quel serait la liste des 10 événements susceptibles de déstabiliser la planète ?

La première est celle d’un “printemps africain”. Après la révolution de palais au Zimbabwe, un éventuel changement de pouvoir en République démocratique du Congo et en Afrique du Sud aurait un impact positif sur l’économie et les marchés du continent.

Pékin pourrait lancer un premier contrat à terme sur le pétrole en yuans. Le dollar accuserait le coup, se dépréciant face aux autres grandes devises, tandis que la Chine deviendrait le premier importateur mondial d’or noir.

La Réserve fédérale – banque centrale des Etats-Unis – perdrait son indépendance vis-à-vis du gouvernement, favorisant ainsi un bond des taux d’intérêt à long terme. Le rendement de l’emprunt d’Etat à 10 ans passerait ainsi de 2,2% actuellement à 3,5%.

La Banque du Japon – banque centrale nippone – abandonnerait son contrôle de la courbe des taux d’intérêt, ce qui ferait grimper les taux à long terme de l’archipel. La Banque du Japon dévaluerait alors le yen, qui tomberait à 150 pour un dollar, contre 112 actuellement. Par la suite, toutefois, la monnaie japonaise se reprendrait, se hissant à 100 yens pour un dollar.

Alors que la volatilité des actions américaines (mesurée par le VIX, baromètre de la peur, qui tend historiquement à évoluer à l’inverse de Wall Street, NDLR) est tombée à des niveaux historiquement bas, elle pourrait bondir en 2018, se traduisant par un flash krach (krach éclair, NDLR) sur les actions américaines, avec une chute pouvant atteindre 30% sur l’indice phare S&P500.

En réaction à la politique de Donald Trump, les élections de mi-mandat en novembre prochain outre-Atlantique pourraient marquer un virage vers un populisme de gauche, qui compliquerait la tâche du président républicain. Les taux d’intérêt à 30 ans des bons du Trésor pourraient ainsi grimper à plus de 5%, contre 2,8% actuellement.

Alors que la France et l’Allemagne affichent actuellement leur volonté d’approfondir la construction européenne, avec notamment l’élaboration d’un budget et d’un Trésor communs, les deux poids lourds de l’Union européenne pourraient se heurter à une réaction hostile des pays membres d’Europe centrale et orientale, qui auraient recours à une minorité de blocage. S’ensuivrait une paralysie politique susceptible de peser fortement sur l’euro.

Moscou et Pékin pourraient adopter une crypto-monnaie d’Etat, une devise virtuelle qui concurrencerait le bitcoin. Ce dernier serait ainsi nettement moins demandé, avec une nette chute de son cours à la clé.

Tencent, premier réseau social (son application de messagerie instantanée WeChat rassemble 980 millions d’utilisateurs actifs par mois et affiche 38 milliards de messages par jour, NDLR) et concepteur de jeux vidéo chinois, qui a récemment atteint le cap de 500 milliards de dollars de capitalisation boursière, pourrait franchir celui de 1.000 milliards, lui conférant ainsi une valeur supérieure à celle d’Apple…

Enfin, les femmes pourraient briser le “plafond de verre”, occupant ainsi de plus en plus de postes à responsabilités au sein des firmes américaines. Une évolution qui serait positive pour la croissance américaine, puisque selon certaines études, les femmes gèrent mieux les entreprises que les hommes.

La conclusion

Nous dansons sur des volcans, ils sont multiples. Tous ceux qui sont objectifs le savent.

2018 peut se passer comme 2017. Bien. Et espérons d’ailleurs que 2018 se passe bien. Mais d’une guerre avec la Corée du Nord à une nouvelle guerre au Moyen-Orient, aux risques bancaires, ou de marché, sur l’euro, ou sur le dollar en passant par les désaccords internationaux, je peux vous faire une liste à la Prévert des risques qui nous pendent au nez.

Alors, comme à chaque fois, espérons le meilleur mes amis, mais préparons-nous au pire.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Sources : Nicolas Gallant, Capital

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here