L’investissement socialement responsable – en déclin ou en progrès?

0
375
trees growing on coins, business with csr practice, Save and growing finance

Cela fait depuis plus de deux décennies que l’on sait l’ISR tenter de dériver au-delà de son objectif initial, l’éthique. L’intégration de critères « ESG » (Environnemental, Social, Gouvernance) a effectivement permis à l’ISR d’acquérir une nouvelle réputation, celle de venir compléter l’analyse financière basique d’une entreprise pour une décision d’investissement.

Dès lors, les flux vers l’investissement responsable ne cessent d’augmenter. Selon l’étude de Global Sustainable Investment Aliance (GSIA) sortie en 2016, l’investissement responsable a gonflé de 25% depuis 2014. Il atteint désormais une gestion mondiale de 22 890 milliards de dollars. Steven Smith, chef du département Durable chez Morningstar, dénote la tendance ISR dans la gestion Corporate. Durant la conférence Morningstar Institutional du 16 mars à Amsterdam, il cite : « Les flux vers les fonds actions durables sont encore relativement faibles mais ils sont en croissance aussi bien dans la gestion active que dans la gestion passive ».

Déjà, de nombreuses études universitaires sérieuses émanant d’écoles telles que Harvard, Oxford, ou Columbia se sont penchées sur le sujet. Aujourd’hui toujours, de nouvelles recherches mettent en évidence le rôle d’atténuation de risques que joue l’analyse ESG. L’étude « Assessing Risk through Environmental, Social and Governance Exposures », sortie cet hiver 2017 par la société de gestion AQR Capital, souligne la corrélation des critères ESG dans le risque statistique des entreprises. Les auteurs décrivent : « Les titres, dont l’exposition aux critères ESG est faible, tendent à afficher des risques totaux et spécifiques plus élevés et des betas plus élevés, à la fois dans l’immédiat et jusqu’à échéance de cinq ans ». Ils ajoutent : “Nous interprétons ces résultats comme la preuve que l’information ESG peut jouer un rôle dans les portefeuilles d’investissement qui va au-delà des considérations éthiques et qui peut informer les investisseurs sur le degré de risque des titres d’une façon complémentaire à ce que peuvent capturer les modèles de risque statistiques traditionnels”. D’après cette étude donc, conjuguer les deux modèles permet aux investisseurs de réduire leur risque en portefeuille.

Plus précisément, cette même étude souligne l’apport élémentaire des critères sociaux et de gouvernance dans la réduction des risques assujettis au titre d’une société. A l’inverse, la composante environnementale est estimée très peu corrélée aux différentes mesures de risque. Dans ce sens, le lancement ce 24 mars d’un indice intégrant la thématique de la gouvernance va permettre aux investisseurs de constater clairement cette estimation. En effet, l’opérateur boursier Euronext en collaboration avec l’agence de recherche ESG Vigeo Eiris ont récemment créé l‘indice CAC40 Governance. Ce benchmark intègre les sociétés de l’indice phare du CAC40 en fonction de leur qualité en matière de gouvernance responsable.

Pourtant, le célèbre fonds norvégien a récemment divulgué la contribution négative de ses choix ISR dans sa performance. Il estime une perte de 1,3 milliards uniquement due à ses décisions ISR. Aux yeux de nombreux investisseurs, ce déficit, évalué par l’un des plus gros fonds au monde, vient directement remettre en cause les apports de l’analyse ESG. Lors d’une interview pour L’AGEFI, Thierry Philipponnat président du FIR, nuance pourtant cette nouvelle : « A l’échelle d’une gestion, cela représente 0,015% de moindre retour annuel, ce qui n’est donc pas forcément significatif ». C’est en effet 1,3 milliards de pertes mais sur un total de 850 milliards gérés. D’autant que cette perte s’évalue sur une durée totale de 10 ans. Ainsi, les choix ISR réalisent une sous performance de 0,15% sur 10 ans, c’est-à-dire seulement 0,015% par an. Thierry Philipponnat ajoute : « Cette annonce ne reflète pas ce qu’on peut observer ailleurs. Sachant que ces chiffres, de surcroît, ne sont absolument pas significatifs lorsqu’on les compare à la durée sur lesquels ils sont analysés et surtout sur l’investissement total réalisé ». 

Néanmoins, une faille principale demeure dans l’investissement ISR. Malgré une demande pour ce type d’investissement qui s’accroît, la qualité de l’offre est lente à se consolider. Le manque de communication et de transparence de la part des sociétés sur leurs approches en matière d’environnement, de progrès social et de gouvernance, demeure un obstacle aux investissements ESG. Ils impactent à la fois la qualité des données mais également leur uniformité. In fine, cette dernière condition permettrait pourtant de comparer les sociétés entre elles pour une prise de décision d’investissement fondamentale. Pour preuve, le rapport, intitulé « The Investing Enlightenment », révèle les attentes des investisseurs institutionnels en matière ESG. De fait, près de l’ensemble des investisseurs institutionnels interrogés attendent que les entreprises identifient explicitement les facteurs ESG qui affectent concrètement leur performance. Pour 60 % d’entre eux, le manque de normes professionnelles dans ce sens pose un obstacle majeur pour mesurer leur performance ESG. L’enquête indique également que 46 % des investisseurs privés dans le monde souhaitent voir davantage d’entreprises publier leurs données concernant la performance ESG de leurs investissements.

L’investissement responsable semble donc toujours avoir un bel avenir devant lui, étant donné que toutes les conditions requises pour une analyse optimale ne sont pas encore comblées tandis que la demande dans ce sens ne cesse de faire pression.

http://www.statestreet.com/content/dam/statestreet/documents/Articles/The_Investing_Enlightenment.pdf

http://www.gsi-alliance.org/wp-content/uploads/2017/03/GSIR_Review2016.F.pdf

http://www.agefi.fr/gouvernance/actualites/video/20170328/etudes-montrent-qu-il-est-possible-concilier-isr-214780?utm_source=newsletter&utm_medium=quotidienne_17h&utm_campaign=28032017

https://www.aqr.com/library/aqr-publications/assessing-risk-through-environmental-social-and-governance-exposures

 

Marine Brabec

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here