Les spécificités des activités de marchés des corporates

0
336

De nos jours, les acteurs les plus médiatisés sur les marchés financiers sont les banques d’investissement, les hedges funds, les fonds de pensions, les courtiers, les gestionnaires d’actifs et autres…
Nous pouvons regrouper ce genre d’intervenants dans la catégorie « institutionnelle ».
Les autres intervenants dits « professionnels »viennent du monde dit des corporates ou corpo dans le jargon financier. Les corporates désignent tout type d’entreprises dont la finance de marché n’est pas l’activité à l’origine du business plan. Leurs présences sur les marchés financiers servent avant tout à leur propre financement et à la couverture qu’ils rencontrent lors de la pratique de leurs activités principales. En théorie, les corporates ne sont jamais censés spéculer sur les marchés financiers, en effet, cela serait contraire à leur politique de hedging et de la réduction du risque.
Les différentes natures de risques rencontrés dépendent bien sûr du type d’activités pratiquées, des différentes zones géographiques où l’entreprise sera exposée.
Ces risques peuvent être classés parmi les catégories suivantes :

  • Risques de change

  • Risques de taux

  • Risques d’exposition aux variations de prix de matières premières.

  • Risques de financement

  • Risques de marchés actions

  • Risques de contrepartie

Il est possible de distinguer deux types de corporates sur les marchés financiers.
1) Les petites entreprises ou de tailles moyennes intervenant ponctuellement sur les marchés financiers par leur directeur financier ou trésorier. Ces sociétés passent souvent par des intermédiaires et ont donc plus tendance à obtenir de moins bons prix et donc à se faire marger.
2) Les grandes entreprises ou multinationales bénéficiant d’un plus grand staff financier possédant souvent de véritables salles de marchés comme la plupart des entreprises du CAC 40.

Dans ce deuxième type, les fonctions des personnes employées se rapprochent très fortement de celles occupées dans les équipes de trading de banques d’investissement. Cependant, ces personnes en corporates sont souvent cross asset (Fx et commodities par exemple). En revanche, ces corporates ne disposeront pas de tous les postes d’une salle de marché traditionnelle tels que les postes de vendeurs, de structureurs, ou bien de market maker.
Les trésoriers auront les mêmes rôles traders en compte propre sont que ces premiers ne rechercheront pas le gain par prise de risque mais au contraire la couverture de risques.
Cependant, certains trésoriers prennent plus de risques qu’ils ne le devraient et sont surnommés « spieler ». Ces choix sont finalement discutables car totalement en opposition avec leur management et ces trésoriers ne recevront pas de bonus proportionnels à leurs performances.

Une grande majorité des opérations réalisées par ces entreprises ne peuvent pas être considérées telles quelles. Chaque opération est en réalité un élément d’une stratégie globale. Du point de vue sell-side d’une banque d’investissement classique, certaines opérations paraitront étranges car les autres opérations de couverture pourraient être assurées par d’autres institutions concurrentes offrant de meilleurs prix. Historiquement, concernant des négociations d’options, les corporates sont beaucoup plus présents à l’achat qu’à la vente sur tous types de marchés afin de rechercher certains niveaux de marchés, ou 0 couts à la rigueur. Il est beaucoup plus rare que de voir des corporates plus vendeurs qu’acheteurs d’options en ayant pour seul but d’encaisser les primes d’options.
Concernant les autres produits, les plus négociés sont les swaps de devises, les swaps de taux, les cross currency swap, les swaptions, les forwards, les opérations sur le spot et les options bien sûr.

Une autre problématique concernant les salles de marchés dites corporates vient d’une possible manque d’objectivité car les résultats doivent être optimisés en fonction de la maison mère et du siège social, au détriment des filiales.

Le marché de l’emploi en salle des marchés de corporates est assez spécifique. Certains trésoriers sont des anciens salariés de banques d’investissement. Le marché de l’emploi y est souvent plus dynamique qu’en banque également. Les relatives petites équipes consacrées aux activités de marchés permettent au staff d’accumuler plus de responsabilités ce qui peut plaire à certains profils de candidats. La contrepartie étant que les acteurs de salles de marchés corpo aient l’étiquette « corporate » associée à leurs noms et il se dit donc qu’il serait plus difficile pour eux d’obtenir une place en BFI. Les conditions de travail entre corporates et banques d’investissement concernant les métiers issus de salles de marchés sont relativement différentes, et conviendront le mieux aux salariés en fonction de leurs caractères et de leurs ambitions.

http://greenwichtreasury.com/download/GTA_Modern_Corporate_FX_Risk_Management.pdf

 

Baptiste LIRZIN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here