Le trading haute fréquence ou la course à l’armement

0
579

Selon Les Echos, « près de 3.000 postes de trader ont disparu en quatre ans, avec la bascule vers le trading électronique ». Le desk de trading actions de Goldman Sachs à New York ne comporte plus que deux traders alors qu’ils étaient 600 en 2000. L’informatisation croissante des marchés financiers mondiaux a entraîné une augmentation significative des cotations ainsi qu’une diminution des temps de passage d’ordre. Cela a été permis grâce notamment au trading haute fréquence.

trading haute fréquence

Le trading haute fréquence (high frequency trading en anglais) consiste à utiliser de puissants algorithmes mathématiques et des ordinateurs extrêmement rapides afin de détecter et d’exploiter les micromouvements du marché avec une échelle de temps très courte (de l’ordre de la dizaine de millisecondes). Ces machines sont capables d’exécuter des ordres à toute vitesse et de tirer profit de très faibles écarts de prix sur des valeurs au sein des systèmes d’échanges de titres.

Dans un contexte économique ultra concurrentiel, on a assisté à un resserrement des marges qui pousse alors les acteurs financiers à augmenter leur nombre de transactions. Ceux-ci cherchent donc à être les plus rapides possibles sur les marchés financiers.

C’est ainsi qu’en juin 2010, la société américaine Spread Network a dépensé la somme astronomique de 300 millions de dollars pour la pose d’un nouveau câble de fibre optique reliant Chicago au New Jersey sur une distance de 1330 kilomètres. L’objectif fut alors de relier les serveurs de la bourse de Chicago à ceux du NASDAQ se situant dans le New Jersey en moins de 13 millisecondes aller-retour, ce qui permettrait alors aux traders haute fréquence de profiter de potentiels écarts de prix sur les marchés.

Cette anecdote dévoile un phénomène qui a pris une ampleur considérable depuis plusieurs années : l’importance du développement des infrastructures technologiques. Dans un monde financier de plus en plus concurrentiel, ceux-ci ont pour unique but la recherche de la vitesse.

Selon le Financial Times, la vitesse est l’élément indispensable sur les marchés financiers. Hors, celle-ci nécessite un coût conséquent que seule une poignée d’acteurs financiers peuvent supporter. Plusieurs sociétés financières telles que DRW, IMC ou encore XR Trading se sont alors alliées pour un projet de construction d’un câble entre Chicago et Tokyo nommé Go West.

Ainsi, la finance qui était auparavant une guerre de stratégie devient peu à peu une course à l’armement technologie. Ceci rend alors impossible l’intervention de petits acteurs et crée des distorsions de concurrence.

Sources :

https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/0211833590298-quand-les-banques-dinvestissement-font-disparaitre-leurs-traders-2070552.php

http://www.captaineconomics.fr/-trading-haute-frequence-a-la-recherche-de-la-vitesse-de-la-lumiere

https://www.ft.com/content/6961129e-14fa-11e7-80f4-13e067d5072c

Vanessa Lam

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here