La digitalisation bancaire, un changement inévitable.

0
691
Digital white Earth network flying over server room data center 3D rendering

A l’ère du numérique, le secteur financier s’est réinventé pour devenir l’un des pionniers dans le domaine de la transformation digitale. Banque en ligne, conseiller en ligne, gestion de ses comptes exclusivement à distance, trading à haute fréquence, gestion quantitative, … On ne compte plus les nombreuses évolutions dans chaque services financiers. Mais, tout d’abord qu’est-ce que la digitalisation ? C’est un procédé qui vise à transformer, un outil, un process ou un métier en un code informatique afin de le remplacer et le rendre plus performant. La digitalisation est maintenant incontournable et elle fait partie de notre quotidien, les e-mails, les réseaux sociaux, les sites de e-commerces sont des exemples parmi tant d’autres sur l’effervescence du phénomène ces dernières années.

La digitalisation a conquis notre quotidien ainsi que les banques. En effet elle permet de développer des opportunités dans l’ensemble des services financiers, de dématérialisés les contenus en les partageant instantanément. On peut également partager et travailler en équipe en ayant aucune limite de distance et de temps. De plus elle permet d’optimiser le temps de travail en automatisant les procédures avec un risque opérationnel quasi nul. Sans oublier que la digitalisation permet de réduire drastiquement les coûts, puisque qu’elle permet de faire mieux avec un effectif réduit.

Par exemple, la BNP Paribas a annoncé cette année la fermeture de 200 agences en France d’ici 2020. Cela s’explique notamment par une influence en agence en forte de baisse, des coûts de structure onéreux et un changement radical du contact que les clients ont avec leur banque, la communication par e-mails, les opérations et la consultation des comptes sur internet. La Société Générale a constaté que la part de ses clients se rendant en agence est passé de 57% en 2007 à 42% en 2012.

La digitalisation ne s’arrête pas là. Au Japon, une compagnie d’assurance-vie a annoncé qu’elle a remplacé 25% de son effectif par un robot doté d’une intelligence artificielle. Sur 131 salariés, 34 vont être licenciés au dépend d’une machine. Le robot « Watson » est capable d’analyser des milliers de données bien plus rapidement qu’un humain et il est également capable d’apprendre et de s’adapter au langage des clients.

Un autre exemple marquant de la puissance de la digitalisation aujourd’hui : « en 2000, le bureau de négociation des actions au siège de Goldman Sachs à New York comptait 600 traders, qui achetaient et vendaient des actions pour le compte des gros clients de la banque d’investissement, contre deux seulement aujourd’hui », rapporte le MIT Technology Review

On peut se demander comment Goldman Sachs a réussi ce challenge de digitalisation et d’automatisation de ses process en si peu de temps. On peut également se demander que sont devenus les 598 traders.

Quel avenir professionnel pouvons-nous espérer dans le secteur bancaire ? Par ailleurs, quel avenir est réservé à nos enfants dans un environnement sociétal en perpétuel évolution. Ceux sont de nombreux défis auxquels nous devrons répondre dans les années à venir !

https://www.alphalives.com/digitalisation/

http://www.businessinsider.fr/goldman-sachs-a-remplace-600-traders-par-200-ingenieurs-en-16-ans/

https://www.lesechos.fr/03/01/2017/lesechos.fr/0211655118482_intelligence-artificielle—au-japon–un-robot-va-remplacer-34-salaries-en-assurance.htm

http://www.huffingtonpost.fr/2017/03/20/bnp-paribas-annonce-la-fermeture-de-200-agences-dici-2020-et-c_a_21903051/

Geoffrey GLORON

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here