Focus sur les obligations vertes

0
380
Money Business success growing concept,Trees on pile of coins money over sun flare silhouette tone.

Une obligation verte est un emprunt émis sur le marché par une entreprise ou une entité publique auprès d’investisseurs pour lui permettre de financer ses projets contribuant à la transition écologique (énergies renouvelables, efficacité énergétique, gestion durable des déchets et de l’eau, exploitation durable des terres, transport propre et adaptation aux changements climatiques…)

Les obligations vertes sont un levier important pour le financement de la transition écologique, elles permettent aux entreprises et aux entités publiques de financer leurs projets environnementaux.

Pourquoi les Green Bonds sont des instruments financiers efficaces pour travailler sur le thème de la transition énergétique ?

Les Green Bonds sont bien plus que des obligations classiques. L’intérêt de ces obligations vertes réside dans le fait que l’émetteur s’engage à utiliser les fonds levés pour financer des projets qui ont un impact positif sur l’environnement.

L’obligation verte se distingue de l’obligation classique en raison des informations particulières devant accompagner les investissements financiers, puisque le montant levé finance des investissements en faveur de la transition énergétique et écologique.

Le marché des Green bonds s’est fortement développé ces dernières années. Si les agences et les émetteurs supranationaux ont été les premiers à émettre ce type d’obligations et sont encore les principaux acteurs du marché, de plus en plus de banques et d’entreprises privées contribuent à l’élargissement du marché.

En janvier 2017, La France a lancé son premier green bond, qui a comme particularité que le montant levé doit financer des investissements en faveur de la transition énergétique et écologique, Cette émission a été un véritable succès ayant permis à la France de lever 7 milliards d’euros.

Contrairement à ce qu’elle espérait, la France ne sera pas le premier pays à émettre une obligation verte, la Pologne l’ayant devancée, de peu, avec une émission de 750 millions d’euros en décembre 2016. Mais avec cette opération d’une ampleur bien supérieure, Paris compte bien marquer les esprits.

Les OAT utilisées par l’Agence France Trésor, chargée de placer la dette de l’Etat sur les marchés financiers, auront une durée de maturité relativement longue, correspondant à la durée de vie des projets financés. Comme pour les OAT traditionnelles, les greens bonds seront ensuite abondés, sous réserve des conditions de marché.

Les fonds levés serviront à financer des investissements dans quatre domaines, notamment: la lutte contre le changement climatique et la pollution, la protection de la diversité et l’adaptation au changement climatique.

L’État a un intérêt politique avec cette opération, le gouvernement veut conforter sa place d’acteur majeur de la transition énergétique, après le succès de la COP21 et la ratification de l’accord de Paris. Mais plus prosaïquement, l’État espère aussi en tirer parti, en consolidant le rôle de la Bourse de Paris sur le marché de la finance verte.

Afin d’assurer aux investisseurs le respect de la spécificité de ces obligations, deux types de contrôles ont été prévus : en amont par une agence indépendante et en aval par un conseil d’experts chargé de mesurer le réel impact sur le climat ou l’environnement des investissements réalisés.

Sources :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/09/22/financer-la-transition-energetique-grace-aux-green-bonds_4492339_3232.html

https://www.oblis.be/fr/news/2016/04/27/quel-rendement-attendre-premiere-obligation-verte-france-537478

http://www.lepoint.fr/politique/la-france-lance-le-processus-d-emission-de-sa-premiere-obligation-verte-03-01-2017-2094350_20.php

Zakia Tagzirt

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here