A quand la chute…

0
268

Les marchés américains n’en finissent plus de grimper, comme en témoigne la pluie de records que les trois indices phares US ont pulvérisé vendredi à la clôture avec un Dow Jones en hausse de 0.34% à 16.064.77, un ‘S&P’ qui grimpe de +0,50% à 1.084.76 (première clôture au-dessus des 1.800 points de son histoire !!), un Nasdaq qui s’envole de 0.57% à 3.991.64 Notons que jeudi, le Russel-2000 a grimpé de +1,76% à 1.120Pts (record absolu) avec 90% de titres en hausse.
Il semblerait que rien ne puisse arrêter le mouvement haussier qui caractérise les marchés américains ces dernières semaines, mouvement que les bons chiffres US contribuent à alimenter avec notamment le chômage hebdomadaire qui diminue et un indice PMI meilleur qu’attendu (l’indice PMI donne une indication sur le niveau d’activité du secteur manufacturier aux Etats Unis). Sommes-nous partis pour des séances successives de hausses avec records de clôture à la clé ?
L’inquiétude pointe le bout de son nez…
Il semblerait que de nombreux investisseurs commencent à s’inquiéter de ce mouvement haussier continu des marchés et des niveaux atteints, niveaux qui à leur yeux ne sont pas justifiés par une reprise économique suffisante. Et parmi les premiers des investisseurs (et non pas des moindres) à se poser publiquement la question est Carl Icahn (l’investisseur multimilliardaire). Ce dernier a ouvertement affirmé son inquiétude vis-à-vis des niveaux élevés atteints par les marchés et semble prédire une chute à venir des marchés actions US.
“Je suis très prudent sur les actions, le marché pourrait facilement connaître une grosse chute”. Carl Icahn
“Les résultats de nombreuses entreprises sont des mirages. Ils pourraient être nourris plus par des taux bas que par un management fort”. Carl Icahn
Il n’a pas suffi de moins pour inquiéter les investisseurs et provoquer une baisse des marchés. Signe du manque de confiance des acteurs sur les bases de cette hausse, base que critique Carl Icahn à commencer par les résultats positifs des sociétés US qui selon lui ne reposeraient pas sur une gestion saine et rigoureuse mais sur des taux d’intérêts bas.

Ah les niveaux des taux d’intérêts…
Voici justement ce que les traders, gérants et autres investisseurs scrutent avec attention : l’évolution des taux d’intérêts et les décisions de la FED (La Banque centrale américaine qui fixe les taux directeurs). Et sous la présidence de Janet Yellen, fraichement élue, il semblerait que la FED ne soit plus a disposé à soutenir l’économie américaine comme ce fut le cas suite à la reprise observée depuis plusieurs semaines. Ainsi, les taux directeurs fixés à des niveaux très faibles (entre 0 et 0.25%) devraient voir leurs niveaux augmenter. Cela marquerait une étape décisive depuis 2008 et l’inondation par la FED de liquidité sur les marchés. A ce  propos, un chiffres à la fois impressionnant (et disons le effrayant) concernant le bilan de la banque centrale américaine : la valeur totale des titres détenus a quadruplé depuis 2008 pour atteindre près de 4 000 milliards de dollars, dont 2 100 milliards en bons du Trésor et 1 400 milliards de MBS (titres hypothécaires).
Ainsi, les rumeurs d’une hausse à venir des taux directeurs et l’inquiétude des investisseurs pourraient amener les marchés américains courant 2014 à subir une baisse (prévisible ?). Avec des milliards de dollars qui ne seront plus injectés par la FED (pour rappel, le programme de soutien de la FED prévoit que celle-ci investisse sur les marchés 85 milliards de dollars chaque mois dans le cadre de son programme de rachat de titres), les opérateurs profitent d’un argent peu (pas) cher pour investir sur des valeurs risquées…comme en témoignent les niveaux de volatilité (mesuré au Etats Unis par le VIX indice de la peur) assez faibles.
Alors à quand la baisse annoncée par Carl Icahn et quelles en seront les conséquences pour les marchés qui se verront amputés de leur perfusion « FED »…Wait and see

Karim OUKSEL

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here