Fragile, l’économie française pourrait lourdement souffrir de la prochaine récession de 2022

0
164

La récession économique mondiale de 2022 pourrait compromette les efforts entrepris dans le cadre des programmes de reformes structurelles du gouvernement français. La sanction électorale risquerait d’être forte.
Si la plupart des voyants de l’économie mondiale sont au vert (hausse du pétrole, recul du chômage, retour de l’inflation, surchauffe de l’économie américaine), les perspectives économiques à l’horizon 2020 s’assombrissent de plus en plus. La probabilité pour que l’économie américaine entre en crise en 2020 a atteint 31% (selon une enquête Reuters réalisée auprès de 110 économistes).
Dans ce contexte, les efforts de reforme et de relance économique entrepris dans le cadre de programmes de transformation de l’économie française pourraient souffrir d’un environnement de crise. En effet, la prochaine récession économique risquerait de fragiliser, et de peser sur le paysage politique en France.
En effet, la future crise économique mondiale risquerait de provoquer des tensions économiques et sociales, et notamment une grave sanction électorale comme ce fût le cas au début de la décennie. Pour rappel, après la crise de 2008, Obama fut l’un des rares dirigeants à avoir conservé son fauteuil. A l’époque, Nicolas Sarkozy avait quitté le palais de l’Élysée après une forte dégradation de l’activité économique. De l’autre coté de la manche, c’est le travailliste Gordon Brown, qui cédait son fauteuil au conservateur David Cameron. Le repli de l’activité entre 2008 et 2014 a avait pesé sur les élections, poussant à la sortie les dirigeants dont les économies étaient les plus exposées.

Si le lien entre l’économie américaine et celle de la France ne semble pas triviale, il n’en demeure pas moins vrai. Les États-Unis sont l’un des « drivers » importants de l’économie mondiale. S’ils entrent en crise, on pourrait donc s’attendre à un repli de l’économie mondiale. Dans ce contexte, l’Europe risquerait de rentrer, elle aussi, en pleine tourmente économique, si on considère par définition que les États-Unis sont toujours en avance sur le cycle économique. Les résultats de cette enquête ont été obtenus en s’appuyant sur le calendrier de relèvement des taux des fed funds aux États-Unis (taux directeurs). En effet, deux autres hausses sont attendues cette année, contre 3 hausses supplémentaires en 2019. Sur la base de ces prévisions, la conclusion est que l’économie américaine pourrait entrer en récession d’ici fin 2020, et par ricochée celle de l’Europe (particulièrement la France) un an plus tard.

Fortement sensible aux turbulences de l’économie mondiale, la France est un pays dont les échanges internationaux restent conséquents. Récemment, le ralentissement observé au premier trimestre 2018, laisse penser que le pic de croissance serait derrière nous. En effet, la croissance économique française a reculé à 0,3% (contre 0,4% attendu). Par ailleurs, l’indice PMI composite du mois d’avril pour la zone euro est tombé à 54,1%, son plus bas depuis 18 mois. L’Europe reste donc une région sensible au moindre ralentissement économique mondiale.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here