Matières premières agricoles: Un futur brillant

0
54

Cela fait plus de 5 ans que les matières premières agricoles, que sont le soja, le mais ou encore le blé, sont en chute libre, perdant plus de 50% depuis leurs sommets de 2011 et 2012.
Quelle en est la raison ? Qu’est ce qui pèse sur leur prix ? En 2018, allons-nous faire face une hausse des prix des matières premières agricoles ?
Les analystes de Merrill Lynch ont analysé le cycle économique en le découpant en 4 phases : Reflation, recovery, overheat phase, stagflation.
Tout d’abord, si l’on regarde de plus près le cycle économique de Merrill Lynch, et en analysant comment se comporte le marché à l’heure actuelle, nous sommes en phrase 3 (overheat). Mais les marchés semblent pricer la phase 2 de recovery : Une hausse du PIB avec faible inflation. Pourtant les données macroéconomiques sont belles et bien présentes : l’Inflation en Angleterre est en nette hausse et supérieur à 3%, au Canada elle est au dessus des 2%, aux USA et en Europe elle se rapproche des 2%. Ces hausses de l’inflation ont incités les banques centrales à augmenter leur taux directeur (Angleterre, Canada et USA) ce qui confirme bien l’hypothèse que le marché ne price pas correctement cette tendance à la hausse de l’inflation.

Deuxièmement, jetons un œil à l’économie la plus importante de cette dernière décennie : La Chine.
C’est à partir du début des années 2000 que la Chine a entamé l’ascension de son PIB, tirant les économies mondiales et le prix des matières premières (agricoles, soft et énergétiques) à la hausse dû à une forte demande intérieure. Le PIB par habitant chinois, augmentant de façon exponentielle, a incité les chinois à importer et consommer plus de matières premières.
Dès 2011/2012 on a pu observer un ralentissement de la croissance chinoise, entrainant une baisse de la demande intérieure et donc une chute des prix des matières premières agricoles jusqu’à ce jour.
Si la Chine continue de ralentir, comment les matières premières peuvent elles reprendre des couleurs ? La réponse est : l’Inde
L’inde va faire partie des grandes économies développées (devant la France en 2018). Les besoins en matières premières seront grandissantes, comme cela le fut avec la Chine. Le PIB par habitant de l’Inde est exactement au niveau de celui de la Chine au début des années 2000, et comme le mentionne Goehring & Rozencwajg Associates au « delà d’un PIB 2000 dollars par habitant la demande intérieure augment et les besoins en matières premières sont décuplés ». En conséquent, une forte demande de matières premières, principalement agricoles, viendra de l’Inde dans les années à venir.
Pour finir, d’après l’analyse de Bloomberg « Les Hedge funds ne sont guère optimistes pour le début de l’année 2018. Les gérants de fonds maintiennent leurs paris baissiers pour le soja, le blé et le maïs fin décembre », Megan Durisin, reporter Bloomberg.
Ce type de sentiment baissier ne nous rappelle t’il pas l’analyse de certaines banques qui prévoyaient un euro à parité avec le dollar, ou un pétrole à 20 dollars le baril ? Pour information, l’euro contre le dollar à pris 15% sans atteindre la parité, et le pétrole a atteint les 60 dollars le baril sans descendre sous les 25 dollars le baril.
Au vu de tout ce qui a été mentionné, à savoir la hausse de l’inflation, l’arrivée de l’Inde en tant que puissance économique mondiale remplaçant la Chine, et un sentiment terriblement baissier sur ces matières premières, on peut déjà imaginer un brillant avenir pour le soja, le blé et la mais.

Sébastien CAUDRON

 
Main sources :
Bloomberg : https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-12-29/crop-gloom-drags-on-as-grains-post-worst-losing-streak-since-92
GRA fund : http://www.gorozen.com/#/index/
Banque mondiale: https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.MKTP.KD.ZG
Boursorama : http://www.boursorama.com/actualites/puissance-economique-la-france-depassee-par-l-inde-des-2018-e172d61aa92a9f8d6829d7cea300dec2
 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here