2018: Quel scenario pour le marché obligataire ?

0
58

Le marché obligataire a depuis de nombreuses années changé de visage, notamment due à la politique monétaire exceptionnelle des banques centrales et son fameux « quantitative easing » (rachat massifs de titres de dette aux acteurs financiers) avec comme impact direct la baisse des taux et la relance de l’investissement.

Avec une croissance mondiale dans le vert mais une inflation qui peine à décoller en cette fin d’année 2017, la stratégie aura malgré tout commencé à porter ses fruits… A court, moyen ou long teme ? Seul l’avenir nous le dira. En Europe, la BCE devrait poursuivre le mouvement jusqu’à la fin 2018 tant dis que la FED a déjà arrêté ses rachats depuis 3 ans.

A quel scenario pourrait-on s’attendre ?

En cette fin d’année 2017, le monde de la finance s’est focalisé sur la réunion suivit de l’habituel « speach » du président de la banque centrale européenne Mario Draghi. Celui-ci annonce sans surprise la baisse des achats d’actifs d’environ 30 milliards d’euros et de la poursuite des « taux bas » sur la zone euro.

Grâce à ses mêmes taux bas, les entreprises continueront à emmètre leur « corporate bonds » dans un but de développement à vitesse grand V. Il est important d’observer méticuleusement les objectifs d’investissements des entreprises pour ne pas vivre le cas Altice, obligé de réduire son endettement suite à une stratégie plus que décriée dans le monde des affaires. Les émissions de dettes d’entreprises pourraient augmenter de 5 à 10 % pour 2018 alors que l’on se rapproche des 70 milliards d’euros en 2017 d’après Moody’s Investors Service. Ce même organise de renom, annonce un marché dynamique notamment due aux M&A, déjà l’un des marchés « star » de l’année 2017.

Les High Yield (dette à haut rendement) devraient toujours être d’actualité grâce à une tendance en hausse de l’aversion au risque des investisseurs.

Le marché des green-bonds, grâce aux engagements politiques (malgré la sortie des US) et des intérêts des investisseurs devrait poursuivre sa forte croissance. D’après les Echos, ce marché aurait déjà doublé en simplement une année en 2017 et attend encore de nouveaux émetteurs pour 2018 !

En conclusion, peu de changement sont pour l’instant visible. La grande partie des stratégies à entreprendre sur le marché obligataire reste centrée autour des décisions de la BCE. Mais comme vu précédemment, un boulevard a été ouvert quant à la vision du marché de la dette souveraine en 2018.

A quels éléments doit-on rester attentif ?

La célèbre institution financière, Bank of Americe Meryll Lynch, a récemment publié le résultat d’une étude auprès de leurs investisseurs. 83% d’entre eux pensent que les marchés obligataires sont surévalués. Ce sentiment de surévaluation est notamment dû à la pression des taux vers le bas des obligations d’Etats, qui à son inverse, a fait augmenter considérablement les primes de risques des investisseurs d’entreprise. En effet, ce mécanisme est un effet de levier controversé par son manque de solidité. Le moindre mouvement des Banques centrales sur les taux directeurs pourrait être un amener un vrai danger. La diversification des investissements pourrait couvrir les risques de marchés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here