Quels sont les enjeux de la fusion et acquisition de nos jours ?

0
1505
Conceptual image of business merger and cooperation - two male hands joining effort to build a bridge of wooden pegs on a white desk with reflection over white background.

Les fusions et acquisitions sont de plus en plus courante dans les économies développées et émergentes. Compte tenu de la fréquence avec laquelle se produisent ces activités, il est essentiel pour les investisseurs de comprendre comment et pourquoi il y a des fusions et acquisitions et en quoi cela permet le développement économique d’une entreprise ou d’un groupe. De nos jours, les fusions et acquisitions sont d’une importance cruciale dans les stratégies d’entreprise.

Les fusions-acquisitions sont utilisées pour les stratégies suivantes :

La stratégie de compétitivité qui permet à l’entreprise qui fusionne d’être plus puissante et d’être plus compétitive au niveau des prix pour faire sortir ses concurrents ou les racheter

Stratégie de synergie lorsque deux ou plusieurs entreprises travaillent ensemble pour produire plus de valeur. Il existe deux types de synergie : la synergie d’exploitation (les économies d’échelle) et financière (pour diminuer le coût du capital).

La stratégie de diversification, qui signifie qu’une entreprise achète une autre entreprise d’un secteur différent du sien. La stratégie de diversification peut réduire le cout du capital ou faire passer sa chaine de production par la nouvelle entreprise acquise.

La fusion-acquisition peut être utilisé pour se protéger de l’environnement économique extérieur, pour être à jour au niveau technologique, pour posséder un actif recherché, pour réduire l’imposition sur les bénéfices lors d’acquisition d’une firme qui accumulées des pertes. Lors d’une analyse, une entreprise ou un groupe peut décider d’acquérir une entreprise qu’elle pense sous-évaluée.

La stratégie de fusions et acquisitions chez Ab inbev et dans le secteur de la bière.

Pourquoi y a-t-il tant de fusion dans le secteur de la beuverie depuis quelques années ? Les nombreuses fusions et acquisitions des grands brasseurs internationaux sont en train de changer le marché de la bière. Ce secteur est devenu très actif, chaque brasseur souhaite acquérir son concurrent. Cela pourrait-il mener à la disparition des petits brasseurs ? De plus, est ce que la consolidation des brasseurs par le biais des fusions réduit le choix des consommateurs ?

Nous pouvons separez les fusions et acquisitions en deux parties :

  • Les OPA amicales

  • Les OPA hostiles

De nombreuses fusions d’entreprise ont eu lieu dans le secteur de la bière, la plus importante d’entre elle est la fusion d’InBev Belgique et du brésilien d’Anheuser-Busch pour une somme de 52 milliars de dollars en 2008, donnant naissance à AB InBev. Depuis, ce dernier possède 25% des ventes de bière dans le monde.

Suite à cette réussite d’Ab InBev, le français Heineken a acheté FEMSA (le brasseur mexicain qui avait environ 50% des parts de marché du Mexique comprenant les bières Dos Equis, Tecate et Sol. Avec cette acquisition en réponse à Ab Inbev, l’entreprise Heineken s’offre une place dans les beuveries dominantes dans le monde.

Les grandes entreprises de bière qui ont de grande part de marché en Europe et en Amérique du nord, ont décidés de s’attaquer aux pays émergent où la consommation de bière est en forte augmentation, ce qui en cas de succès dans ces pays émergents, offrira la possibilité d’être le numéro 1 du secteur de la bière.

Un des objectifs que permet les fusions des grandes beuveries, est l’économie d’échelle, l’entreprise qui procède à une fusion ou une acquisition réduit ses couts de production. La baisse du cout de production se produit en augmentant la production d’un produit alors que les couts fixes restent les mêmes, comme leur nom l’indique. Plus la production sera élevé plus les couts de production seront réduits. Bien qu’il soit bénéfique pour l’entreprise de réduire ses coûts, elle risque de contraindre ses clients. La fusion dans le secteur de la bière peut causer une consolidation des distributeurs. Réduire le nombre de fournisseur signifie moins de choix. De plus, la consolidation des grands groupes donne l’opportunité aux artisans d’intégrer le marché et de proposer leurs bières artisanales.

Les limites légales de la fusion et acquisition antitrus

L’industrie de la bière est très concentré et très réglementé, les marchés des pays riches deviennent matures et stagnants, les entreprises de beuverie les plus grands cherchent à élargir leur part de marché dans les pays en voie de développement. Le marché de la bière est de plus en plus concentré et se dirigent petit à petit vers un monopole mondial. Les effets de la politique antitrust, L’institut antitrust américain est une organisation indépendante sans but lucratif qui est basée à Washington, qui a pour mission d’assurer la concurrence dans l’intérêt des consommateurs et de contester les abus de pouvoir économique concentré dans l’économie américaine et mondiale.

Anheuser-Busch InBev, premier brasseur mondial, a vendu les droits américain a différent pays fusion = monopole et danger pour consommateur

En juin 2012, ABInBev, a annocé l’acquisition de la plus grande brasserie du Mexique, Grupo Modelo pour 20,1 milliards de dollars. AB InBev possedait déjà un contrôle de 50% sur Grupo Modelo. ABInBev a prévu cette transaction pour diminuer ses coûts d’au moins 600 millions de dollars grâce à l’acquisition.

Suite à cette acquisition, ABInBev a de plus grandes parts de marchés au Mexique qui grandit. Modelo, qui avant son achat exportait déjà dans plus de 170 pays, peut servir de plate-forme pour AB InBev, qui pourra se developper dans les pays d’amérique latine.

Farouk KADRI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here