Produits structurés, titrisation solutions pour les assureurs concernant le ratio de fonds propres nécessaires sous solvabilité 2?

0
426

Dorénavant, les assureurs européens doivent suivre la directive solvabilité 2 et commencer à se mettre en conformité avec celle ci. Nous sommes passés d’une approche par les provisions à une approche par le risque. Le passage de Solvabilité 1 à 2 se définit également par le passage d’une vision comptable à une vision « cash ». L’approche fondée sur les principes dans Solvabilité 1 laisse place à une approche fondée sur les règles.Le passage à Solvabilité 2 impose aux assureurs de penser autrement. La notion de temps continu avec le « mark to market » impose une contrainte que les financiers ont l’habitude de gérer avec une vision probabiliste et non les assureurs. Dans ce cas, la préoccupation majeure n’est pas la solvabilité mais la liquidité de la banque à chaque instant ce qui explique l’utilisation de Var et « back-testing ». Une vision court terme s’opposant par nature au « business cycle » des assurances intervient dorénavant. En effet, sous solvabilité 2 avec les calculs de Var et « back- testing », les assurances sont dans l’obligation d’avoir un montant de fonds propres positif dans un an avec un intervalle de confiance de 99,5 % sous n’importe quel scénario de tension ou choc sur les marchés.
Nous sommes plus dans une logique d’assureur mais de finance de marché. Ce qui va changer totalement le « business cycle » des assurances. Le passage au temps continu cause tout d’abord une première nouvelle problématique pour les assureurs, qui est comment gérer une telle volatilité et quel modèle utiliser dans les calculs des différents piliers et ratios. Ce qui nous amène à une certaine diversité étant donné que chaque assureur peut développer ses propres modèles
Le temps continu impose une valorisation des positions, nous avons un changement de priorités qui s’apparente plus à celle d’une banque. Nous nous concentrons seulement sur l’investissement du capital et non plus sur le cœur de métier de l’assurance. Solvabilité 2 a de grands impactes sur les politiques d’investissement des assurances. A cause des contraintes de valorisations, les assureurs vont diminuer leur exposition actions et surtout sur les plus volatiles comme les « mid et small caps » et PME. Ce qui causera un rendement beaucoup plus bas et donc des primes plus élevées au détriment de l’assuré.
L’exposition actions va baisser de manière très forte, car les assureurs ne seront plus en mesure de s’exposer à des niveaux de volatilités trop haute. Le niveau de volatilité définissant la capacité de fonds propres des assurances, si le régulateur juge que l’assurance est exposée à plus de volatilité qu’auparavant il est en droit d’augmenter la capacité de fonds propres. Cela va donc totalement remettre en question l’exposition actions, remettant en question les fonds propres nécessaires pour faire face à des situations de crises ponctuelles sur les marchés. De plus, ce frein à l’investissement sur le marché actions et surtout sur les « mid et small caps » va impacter la croissance ainsi que l’économie réelle.
Nous allons nous concentrer essentiellement sur le court terme avec Solvabilité 2. Cette nouvelle valorisation des fonds propres surpondère les événements conjoncturels de court, alors que les assureurs prennent des positions et s’engagent sur du moyen et long et doivent faire face aux évènements structurel de moyen et long terme. Le bilan comptable passe d’une fonction d’enregistrement des flux passés à une fonction d’évaluation des flux futurs attendus. Solvabilité n’impose plus que la gestion des risques mais également leur suivi.
Un autre aspect suit toujours le passage en temps continue, c’est la complexité des modèles utiliser ainsi que la capacité d’évaluer les paramètres les composants. Dans le cas du calcul du « best estimate » nous devons faire des simulations stochastiques en grands nombres pour avoir la meilleure estimation. Ces flux sont ensuite actualisés à l’aide de la courbe des taux sans risque. De plus, le contexte actuel de taux négatif apporte un nouveau « challenge » dans la recherche de rendements.
Les assureurs vont devoir développer une gestion poussée et faire appel à des produits et stratégies pour garder les mêmes niveaux de rendements. L’optimisation du couple rendement volatilité avec la proportion de fonds propres à avoir va devenir décisive car si un assureur est trop exposé le régulateur va imposer une augmentation de ses fonds propres. Donc la problématique majeure pour l’assureur va être comment arbitrer entre rendement et sécurité.
Nous pouvons remarquer que les produits structurés peuvent apporter une réponse aux taux négatifs et la recherche de rendements ainsi qu’à la problématique des fonds propres. Différentes formes juridiques sont possibles pour l’emission d’un produit structuré, par exemple un « European medium term not «  (EMNT). Cette forme jurisique est considérée comme une créance et nous pouvons avoir des produits structurés considérés alors comme une simple créance avec une stratégie optionnelle sous n’importe quel sous jacent possible. C’est une meilleure alternative pour capter la performance d’un indice ou du cours d’une action plutôt que d’avoir l’indice ou l’action en question en terme d’exposition aux risques et donc d’exigences en fonds propres.
La titrisation de créances est en particulier intéressant pour les assureurs car is s’engagent à long terme. Par la titrisation ils peuvent s’engager sur des dettes et pouvant contrôler leurs expositions ainsi que les rendements. Etant considéré comme des obligations, selon les tranches choisies, nous aurons tout de même une exigence en fonds propres toujours inférieure à celle des actions par exemple mais avec des performances supérieure à celle d’une obligation équivalente. Cependant, nous pouvons nous questionner sur le fait que les fonds de pensions avaient également cette même logique durant la crise des « subprimes ». Allons nous avec solvabilité 2 vers une crise des « subprimes » européenne ?

Rachid MAMDOUH

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here