Conséquences et perspectives du BREXIT

0
88

Les citoyens britanniques se sont prononcés le 23 Juin 2016 sur leur retrait de l’Union Européenne. Avec un pourcentage de 51.9% de voix favorable, la sortie du Royaume Uni de l’Union Européenne a été validée.

Tour d’horizon de l’impact de ce vote sur les deux parties.

Dans le premier article, nous avons évoqué les motivations qui ont suscité la sortie des britanniques de l’Union Européenne. Ces motivations sont diverses et englobent la politique de l’immigration, la souveraineté nationale, les échanges commerciaux, la politique européenne etc…

Cette sortie a de grands impacts sur le Royaume-Uni et l’Union Européenne. Nous évoquerons dans ce deuxième article, les différentes conséquences.

Le Royaume-Uni est le deuxième poids lourd de l’Union Européenne en termes de PIB derrière l’Allemagne. Ceci devient problématique au marché unique à la fois sur le plan politique, sociale et surtout économique. Ceci peut être source de réelle instabilité.

L’impact pour l’Union Européenne

Sur le plan politique, le parlement européen pourrait devenir gauche puisque 60% des 73 eurodéputés britanniques appartiennent au parti centre-droit et eurosceptique d’après une étude d’un groupe d’universitaire britannique de l’University College de Londres. Les politiques européennes plus à gauche sont : le développement de l’énergie renouvelable au détriment du nucléaire, ou la taxation des transactions pourraient se voir encouragées.

Le poids de l’Allemagne au sein de l’Union Européenne pourrait être renforcé puisque le Royaume-Uni servait de balance entre Paris et Berlin.

Sur le plan économique, Le Brexit ferait subir une grande perte au financement du marché de l’Union Européenne. La contribution du Royaume-Uni au titre de l’année 2015 était de £8,5 milliards soit 0.5% de son PIB.

Près de la moitié de l’ensemble des exportations du Royaume-Uni est destiné à l’Europe. Cela représente approximativement £222 milliards. De même au niveau importation, £290 milliards provient de l’Europe. La balance commerciale est énorme. Les sommes en jeu étant conséquentes, le secteur commercial devient un enjeu majeur dans les négociations entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni. Le tableau ci-dessous est un récapitulatif des échanges commerciaux entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni au titre de l’année 2015.

L’impact pour la Royaume-Uni

“Sans paraître ridiculement revancharde, l’UE ne rendra pas les choses faciles pour les Britanniques, car d’autres pays eurosceptiques souhaiteraient eux aussi quitter l’UE après le Brexit”, explique Tim Bale.

Bruxelles pourrait complexifier les renégociations des accords commerciaux britanniques et rétablir des droits douaniers au prix fort.

Au plan industriel, le Royaume-Uni serait affaibli puisque leurs exportations vers l’Union Européenne seront moins compétitives qu’auparavant. Concernant le secteur automobile, l’Union Européenne reste le premier client. Pour dynamiser ses nouveaux partenariats commerciaux, le Royaume-Uni devra être plus compétitif face à l’Union Européenne en termes d’importations vis-à-vis du reste du monde. Le Royaume-Uni peut par exemple réduire les taxes douanières sur le tabac qui est de 20% dans le cadre du marché de l’Union Européenne.

En cas de concurrence déloyale sur les prix des biens exportés à des fins commerciales ou stratégiques, le Royaume-Uni pourrait subir des règles d’anti-dumping1 sur certaines de ses exportations limitant donc sa marche de manœuvre.

Les marchandises exportées en Union Européenne devront subir la réglementation et directive liée aux conditions de production des biens exportés vers l’Union Européenne, pour la protection et sécurité des consommateurs.

Au niveau financier, la City pourrait perdre son “passeport” financier, c’est-à-dire le sésame que lui accorde l’Union Européen et qui lui permet de revendre des produits financiers fabriqués à Londres dans tous les pays membres. Sans ce sésame, plusieurs prestigieux fonds d’investissement tels que JP Morgan ou des banques comme HSBC pourraient quitter Londres s’ils veulent pouvoir continuer de servir leurs clients dans les pays membres. “Le Royaume-Uni sera moins attractif, et le marché s’en ressentira”, prédit aussi Tim Bale, qui rappelle que la livre sterling a chuté à chaque sondage donnant la victoire du Brexit.

Sur le plan social, certaines entreprises vont délocaliser vers d’autres pays de l’Union Européenne. Des milliers d’employés de banques pourraient quitter Londres pour une autre place financière. A ce titre, Francfort et Paris se battent afin de devenir la prochaine place financière.

Le Royaume-Uni se trouve dans une situation délicate, à travers des négociations intenses et complexes. Ces négociations sont caractérisées par une grande incertitude. Les conséquences se font déjà ressentir. Dans le prochain article, nous évoquerons les prochaines relations entre Royaume-Uni et l’Union Européenne.

1 La pratique du dumping consiste à vendre à l’étranger à un prix inférieur que celui appliqué sur le marché national. C’est-à-dire si une entreprise ou un Etat vend par exemple un produit plus cher en Allemagne qu’en France.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here