L'isolement Américain

0
269

Depuis l’élection de Donald Trump le 20 Janvier 2017, les choses se compliquent en matière de relations internationales. En effet, le nouveau président des Etats-Unis commence à s’isoler peu à peu et cela inquiète d’autres pays tels que l’Allemagne ou la France. De surcroit, les récentes décisions prises par Mr. Trump concernant les Accords de Paris sur le climat, ratifiés par son prédécesseur Barack Obama, et le G7, qui a eu lieu les 26 et 27 mai 2017 à Taormina en Italie, n’ont pas montré d’amélioration au sujet de l’environnement ou du commerce, bien au contraire.
Le président Trump, climato-sceptique, a confirmé le 1er juin 2017que les Etats-Unis ne feraient dorénavant plus partit des Accords de Paris rejoints par 197 pays du monde entier, ayant pour buts de réduire les émissions de gaz à effet de serre ou de CO2, entre autres. Or le continent Américain est le deuxième pollueur mondial (14% des émissions de CO2) derrière la Chine. Et les conséquences tant sur le plan écologique que diplomatique ne seront pas moindre, en effet la quantité de gaz à effet de serre pourrait augmenter de 3 milliards de tonnes d’équivalent CO2 par an, d’ici 2030, certains pays seraient encouragés à se retirer à leur tour ou à imposer une taxe carbone sur les pays importés des Etats-Unis, a avancé le New-York Times. Sans compter les 3 milliards de dollars prévus pour les Etats-Unis que les autres pays signataires du traité devront prendre à leur charge pour les pays émergents. Toutefois quelques Etats, grandes villes, et entreprises du continent Américain souhaitent tout de même poursuivre leurs efforts.

Pour des questions de politique intérieure et d’intérêts nationaux

En outre, le président a souhaité se justifier quant à ce retrait, en affirmant qu’il actait ainsi « pour des questions de politique intérieure et d’intérêts nationaux », mais également car ce dernier pense que l’ensemble des décisions qui y sont prises jouent en défaveur de son pays. Cependant certains de ses arguments ont étés démontrés faux selon certaines sources.

 

Make our planet great again

Cette décision consterne les autres chefs d’Etats. En effet suite à cette annonce, la colère jaillit en Europe, la chancelière Angela Merkel semble plus convaincue que jamais pour s’investir dans la question devenue prépondérante du climat. Emmanuel Macron prononce au cours d’un discours en anglais après avoir appris la nouvelle, une parole symbolique en faisant allusion au slogan de campagne de Donald Trump «  Make our planet great again » et son ministre de la transition écologique Nicolas Hulot voit ici «  une injure à l’avenir ». De même, les réactions du premier ministre Danois Lars Lokke Rasmussen, et de l’Italien Paolo Gentiloni sont tout à fait similaire.
Les références La Croix  Le Monde  France TV  Temps Réel  Le Parisien
 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here