Les Terres Rares: le nouvel Or Noir

0
510
Business Finance and Accounting Graph and Charts

Baotou Steel Rare-Earth Hi-Tech le poid lourd d’un marché en expansion en Chine produit 17 éléments primordiaux à la fabrication de nos appareils électroniques : les terres rares.

Les terres rares sont un groupe de métaux, dont les propriétés sont très convoitées de nos jours. En effet, on les retrouve dans tous les éléments électroniques, allant des simples batteries électriques aux missiles, ou bien encore à l’électronique de haute précision (niveau optique et magnétique).

L’antimoine, béryllium, boron, cobalt, indium, molybdenum, platinum, titanium, etc., représentent quelques-uns des composants essentiels entrant dans la fabrication de systèmes hautement technologiques, notamment dans la défense et l’électronique (ampoules LED, systèmes de motorisation hybride des voitures ou encore téléphones portables, par exemple).

Ainsi ce sont un ensemble d’objets de la vie quotidienne pour lesquelles on y a recours. La monté en puissance des nouvelles technologie, ne fait qu’accroitre notre dépendence à cette matière première.

On les retrouve principalement dans certaine regions du monde tel que:

  • la Chine

  • les Etats-Unis

  • l’Australie

  • le Brésil

  • l’Inde

  • la Malaisie

  • l’Afrique du sud

  • le Sri Lanka

  • la Thaïlande

Aujourd’hui le premier producteur mondial, la Chine, restreint massivement sa production. Elle cherche à ralentir l’envolé des courts de Terre Rare. Ceci est néanmoins lié à la politique de baisse des exportations du pays entamé en 2010 (au premier semestre 2012 les exportations ont chuté à  4908 Tonnes, soit une baisse de 42,7%).

En effet, la vente de terre rare avait pour but d’attirer les investisseurs sur le territoire Chinois. Ces derniers auraient pu profiter des prix très bas pratiqué par le pays. Malheureusement ce ne fut pas le cas, ce qui as provoqué une envolé des courts mondiaux.

La Chine ne dispose que du tiers des réserves mondiales connues mais contrôle 95% de la production de terres rares.

On s’aperçoit aujourd’hui que la Chine leader mondial dans le domaine fait débat. En effet, un recours de l’OMC à son encontre a été lancé par les économies avancées. Ils reprochent à Pékin de limiter abusivement les exportations pour faire grimper les prix tout en maintenant de faibles coûts pour les entreprises locales.

D’autre part, la production mondiale repart à la hausse, avec des pays tél que la Malaisie, les Etats-Unis, l’Australie, l’Afrique du Sud, le Kazakhstan, l’Inde et le Vietnam, qui avaient jusque là arrêté leur production.

D’autres pays restent en retrait par rapport à ce marché. Parmi eux on retrouve notamment le Japon, fortement dépendant de la Chine en 2009, avec 90% de ces importations venant de Chine.

Aujourd’hui on table sur une diminution presque de moitié avec 50% seulement importé. Néanmoins, au niveau mondial les importations reste toujours aussi élevé avec 120% de consommation par le reste du monde.

La Chine s’avère être un redoutable adversaire sur le marché mondial. Profitant de sa taille et de sa dotation en matière premières elle cherche à structurer le marché. Cela passe par la création en aout dernier, d’une bourse spécifique, sur laquelle on traite ces métaux. La seconde étape sera de créer des zones de stockage suffisante afin de pouvoir faire face à des fluctuations des cours telle que nous les connaissons en ce moment.

Enfin la dernière étape qui découle des deux étapes précédente, reste l’éviction de tout autres acteurs sur le marché. C’est pourquoi elle diminue le nombre de permis d’extraction de 113 à 67 permis sur son territoire.

Face à cela elle exige une hausse de la production minimum dans chaque établissement, ce qui devra permettre un premier écrémage en éliminant les 20% les plus faible du marché.

La course à l’indépendance de chacun des pays va pousser la Chine à devenir un acteur comme un autre. Ceci passe par le redémarrage de projet d’extraction dans les différents pays ayant des réserves, mais aussi par le recyclage toujours plus important et rentable de cette matière première. Néanmoins la Chine à quand même pris l’ascendant sur ses homologues internationaux et ne compte pas lâcher son avantage si facilement.


Steven PIDIAL

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here