Les Fractales ou Vagues d’Elliot, le joujou des analystes techniques.

0
1706

Le Fractale, mot forgé par le mathématicien Benoit Mandelbrot (1924-2010) du Latin « Fractus » qui signifie « brisé », « fracturé ».

 

 
Trois hommes à l’origine des Vagues D’Elliott.
Charles Dow (1851-1902) est considéré comme l’un des pères fondateurs de l’analyse technique. Juste avant de mourir, il publie la théorie de Dow dans les années 1900 où il y écrit que les cours de Bourse se décomposent en trois grandes tendances : primaire, secondaire et tertiaire.
Selon lui, la tendance primaire est une hausse ou une baisse des marchés d’une durée approximative d’un an. A l’intérieur de celle-ci, se trouve la tendance secondaire qui est une correction de la tendance primaire d’une durée comprise entre 1 et 3 mois répétée plusieurs fois. La tendance tertiaire est, elle-même, inclut dans la tendance secondaire comme de petites hausses et de corrections.
Quelques années plus tard, Ralph Nelson Elliott (1871-1948) à repris les travaux de Charles Dow et à poursuivi son analyse. Il affirme que les cycles boursiers suivent des vagues régies par les nombres de Fibonnaci.Toujours selon cette théorie, l’évolution des marchés se fait par une série de vagues successives, et ce, quelle que soit l’échelle d’observation. C’est à partir de ce moment là, qu’on a commencé à parler des vagues d’Elliott. Cependant, cette théorie à été oubliée dans les années 30.
C’est à partir des années 1980 que les Vagues d’Elliott réapparaissent, grâce à Robert. R Prechter (1949). Cet analyste financier chez Meryll Lynch dans les années 1975 s’est consacré à étudier les Vagues d’Elliott. Ses résultats au sein de la banque ont été tellement remarquables qu’il en a reçu le titre de « gourou de Wall Street » dans les années 1980 par le Financial Times Network. Il crée par la suite son entreprise « Elliott Waves International » et publie plusieurs écrits.
La dimension Fractale.
Il est maintenant prouvé que les fractales et le monde boursier sont étroitement liés. En effet, si on prend l’allure générale d’une courbe boursière sur un an, il est possible de retrouver le même motif à des échelles de plus en plus petites, de l’ordre d’un mois, d’une semaine ou d’une journée. C’est l’invariance d’échelle. C’est là, la définition propre d’une fractale.
Certains analystes de Wall Street ont élaboré des travaux sur la dépendance reliant le prix au temps sur une échelle comprise de 1 à 2. Plus on tend vers le chiffre 1, plus on peut « prédire » une autosimilarité future des cours tandis que, si on est proche de 2, les probabilités de prévisions sont moindres. On est dans un mouvement aléatoire de marché. Une étude plus approfondie sur une période de 40 ans de bourse montre que les chercheurs analystes sont tombés sur des niveaux inferieurs à 1,30 sur certains indices boursiers, donnant ainsi une représentation fidèle de la fluctuation à venir du marché.
Cette application à la bourse laisse donc entrevoir que le comportement du marché passé a une influence sur celui à venir.
Cependant, ces analyses ne prennent pas en considération le comportement des individus, des conditions sociales et économiques du temps. Nous sommes encore loin de la prédiction du futur dans le marché boursier avec la géométrie fractale, mais le lien existe tout de même entre la bourse et les fractales.
A partir de cette période, les analystes deviennent de plus en plus nombreux à pratiquer les vagues d’Elliott.
Les Règles d’or de l’analyse Fractale.

Règle 1: La Vague 2 ne peut jamais descendre plus bas que la vague 1. Elle peut atteindre le même niveau, cas très rare. Règle 5: Selon la théorie de l’invariance d’échelle mon raisonnement s’applique en Week/Day/60 min/30 min/15 min/5min.
 
Règle 2: La Vague 4 ne peut jamais descendre en dessous du sommet de la Vague 1.
 
Règle 6: Les Vagues de degré supérieur reviennent souvent toucher les vagues de degré inférieur (taux>50%).
 
Règle 3: La Vague 3 est souvent la plus grande mais jamais la plus petite.
 
Règle 7: Les cibles de correction (retracement) et de top de marché (projection) se calculent grâce au ratio de Fibonnaci.
 
Règle 4: Si la Vague 2 a corrigé profondément, la probabilité que la vague 4 corrige peu et de 65%.
 

 
Pour utiliser les fractales, il faut regarder les graphes en échelle logarithmique et non arithmétique.
La dimension psychologique de l’investisseur par l’analyse fractale.
Vague 1: Les précurseurs anticipent la fin d’une baisse et se positionnent à l’achat. Le nombre de nouveaux vendeurs est faible. Les nouveaux acheteurs vont déclencher le stop des vendeurs (short squeeze).
Vague 2: Les « contrariens » pensent que le marché est dans une simple reprise. Ils attendent que le mouvement de hausse s’essouffle et que les précurseurs stoppent leurs positions à l’achat. La correction est rapide et profonde.
Vague 3: Le consensus : tout le marché est dans le même sens, les données macroéconomiques s’améliorent et les intervenants anticipent une embellie.
Vague 4: C’est la vague de prise de bénéfices, c’est pourquoi cette correction est généralement faible, on dit Flat ou à Plat.
Vague 5: C est la vague d’écume, c’est à ce moment là, où les particuliers prennent des positions à l’achat car ils ont lu des articles économiques favorables et les résultats des sociétés sont bons.
L’invariance d’échelle

 
 
Les Vagues de hausse (Vague 1/3/5) se réalisent en 5 temps de degré inférieur.
 
Exemple :
Le graphique de gauche est une courbe schématisée de hausse dans une temporalité de 60 minutes. La courbe s’effectue en 5 vagues dites majeures.
 
Sur le graphique de droite, nous avons le même graphique mais dans une temporalité inférieure (15 minutes) qui, elle-même, se fait en 5 temps.
 
La courbe de droite est, en effet, un zoom de la vague 3 majeure décomposée en 5 vagues de degré inferieur. Nous retrouvons bien la dimension fractale. Ses mêmes vagues (inferieures) respectent les 7 règles d’or. Nous sommes dans ce que nous appelons l’invariance d’échelle.
 

 
 
 
Le calcul des cibles de correction et des tops de marché

  Calcul de la Vague 2
 
è entre 50 et 61,80 % de retracement Fibonnaci voir 100 % mais c’est très rare.
 
Calcul de la Vague 3
 
è entre 1,5 et 1,68 fois la vague 1 reporté à partir du creux de la Vague 2.
 
Calcul de la Vague 4
 
è Retracement de Fibonnaci de 23,60 à 38,20 % de la Vague 3.
 
Calcul de la Vague 5
 
è Correspond à 61,80 % du retracement de Fibonnaci du mouvement du point de départ de la vague 1 au sommet de la vague 3.
 

 
Les Vagues d’Elliott sont un outil d’analyse technique permettant de donner des points de bifurcations à partir desquels un marché peut être haussier ou baissier. On pourra déterminer des tops de marché ainsi que des cibles de correction, placer des « stop loss » et des points d’entrée, mais les Vagues d’Elliott ne donneront jamais le sens du marché.

William DURANDET

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here