Le capital-risque en France

0
377
Businessman with book drawing abstract forex chart. Double exposure. Fund management concept

Le capital risque est une forme de financement dédié généralement aux entreprises non cotées sur les places financières. Quand on parle du capital risque, on fait référence aux business Angels. Ces derniers interviennent dans la vie d’une entreprise soit avant le lancement, on parle alors de ‘capital création’, soit au cours de la vie de la société, on parle alors de ‘capital développement’ ou lors de la restructuration, communément appelé ‘capital transmission’.

Les capital-risqueurs ont fait leur apparition dans les années 1970 aux Etats-Unis pour soutenir les projets technologiques qui ne disposaient pas à l’époque d’un soutien bancaire. Ce n’est qu’au milieu des années 90, que cette notion fait son apparition en France. Les business-angels apportent des fonds propres pour l’entreprise pour financer son cycle d’exploitation et contrairement à un emprunt ordinaire, cet investissement ne rétrocède pas d’intérêt mais que des parts sociales de l’entreprise qui seront détenues par l’apporteur de fond pour une durée comprise généralement entre 3 à 7 ans avant de se désengager pour récupérer une rentabilité supérieure à leur mise initiale.

On distingue ainsi plusieurs capital-risqueurs :

  • Le capital risque formel.

  • Les business angels  (capital risque informel).

Dans la première catégorie, on répertorie les sociétés de capital risque confirmées, les filiales des grands groupes bancaires et industriels. Elles gèrent l’argent des investisseurs afin de dégager des plus-values et interviennent dans les phases de développement et de transmission. Les levées de fonds sont importantes à ce niveau et les investissements sont étudiés minutieusement  afin de renflouer les clients de ce genre de structure. Ces sociétés n’ont pas la vocation de participer à la vie de l’entreprise, elles se caractérisent par une passivité vis-à-vis des stratégies de leurs cibles.

Concernant la deuxième catégorie, les business angels sont des personnes qui possèdent un patrimoine financier conséquent et qui souhaitent diversifier leurs risques en investissant des sommes d’argent dans plusieurs projets innovants. Ils possèdent de l’expérience due à leurs activités précédentes et soutiennent l’entreprise jusqu’à son développement et son entrée en bourse.

En France, les business angels se regroupent dans des associations qu’on nomme (S.I.B.A : ‘Société d’investissement de business angel) et disposent d’un label décerné par ‘France Angels’ en fonction du nombre de tours de table réalisés en année et des financements exécutés. On dénombre approximativement entre 7000 et 8000 business angels en France. Leurs impacts ainsi que les sommes levées est moindres par rapport à leurs homologues Américains.

Le profil basique d’un business angel se résume en une personne âgée d’une cinquante d’année avec un parcours de manager dans de grands groupes ou souvent un serial-entrepreneur ou bien une personne qui a cédé récemment son activité principale. Il apporte ses connaissances et son expérience à la nouvelle structure avec une stratégie de possession de titre à long-terme.  Les business angels Français enregistrent en moyenne sur dix investissements, huit pertes et deux plus-values. Ces faibles résultats sont camouflés par une communication bien rôdée auprès des médias, se revendiquant comme la solution la plus plausible au financement bancaire.

Une société Française se distingue du lot au niveau national et international, ‘Kima ventures’, créée à la fois par Xavier NIEL et Jérémie BERREBI en 2010 et qui a jusqu’à présent financer une centaine de projet à travers le monde.

Abdellatif BELHAJ

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here