L’Allemagne souhaite récupérer son or. Est il l’or de récupérer son or ?

0
261
gold bar concept

Principalement détenu à l’étranger le stock d’or de l’Allemagne est le deuxième au monde. Pour satisfaire l’opinion publique, la Bundesbank souhaite le récupérer. Le Venezuela avait procédé de même il y a plusieurs mois désormais c’est l’Allemagne. Actuellement, l’Allemagne détient le deuxième plus important stock d’or au monde, juste derrière les Etats-Unis. La valeur estimée avoisine les 130 milliards d’euros.

Pour diverses questions dont certaines liées à la guerre froide, 45 % de l’or allemand est conservé à New York, 31 % à Francfort, 13 % à Londres et enfin 11 % à Paris. Une bonne partie de l’or stocké aux états unis et la totalité stockée en France devrait être rapatriées prochainement. La Bundesbank prétend que cela n’est pas un problème de confiance. Cette décision vient de la cour des comptes allemandes qui a souhaité établir un inventaire de son or tout en mettant utilisant un nouveau processus de stockage.

Selon Paris, la France estime que l’Allemagne souhaite se protéger d’une crise monétaire de l’euro. En effet, la France est dans la zone euro et l’or allemand pourrait lui permettre de soutenir la livre sterling ou le dollar américain. Dans ce cas, pourquoi rapatrier l’or situé aux états unis alors que l’euro existe depuis 13 ans désormais ?

Il ne s’agit pas simplement d’une question économique mais plutôt d’une question politique visant à satisfaire l’opinion publique. Il est également bon de préciser que la confiance n’est plus au beau fixe. En octobre dernier deux députés conservateurs avaient même exigé de pouvoir effectué leur propre audit pour vérifier les stocks d’or allemand à l’étranger. Cette demande fut refusée.

Depuis la crise des subprimes, les banques centrales achètent massivement de l’or. Cette demande de rapatrier son or a beaucoup surpris la France. En effet ceci se recoupe avec la célébration des 50 ans du traité de coopération et d’amitié franco-allemande.

L’or comme valeur refuge

Didier Bruneel, directeur général honoraire de la Banque de France estime que Londres et New York sont des places de négoce du métal jaune.C’est une des raisons pour lesquelles plusieurs pays y conservent des réserves.Il faut préciser que rapatrier de telles quantités d’or depuis les états unis est difficile à mettre en place.

Les médias parlent de plus en plus de l’or comme valeur refuge et l’once est passée de 900 dollars (2009) à 1900 dollars (2011).La Fed utilise le QE pour redresser les marchés financiers, la BCE fait de même.

Les marchés montent alors que les volumes sont plutôt faibles, les taux sont bas et l’immobilier commence à baisser. La bourse demeure très incertaine et les banques également surtout depuis l’événement de Chypre.

L’or est considéré comme une valeur refuge par excellence et il semble donc préférable que l’or de chaque pays soit entreposé dans le pays correspondant.

Il faut également préciser que juste après la saisie des comptes chypriotes, le président de l’Eurogroupe avait précisé que la contribution des épargnants à Chypre pourrait servir de modèle à l’ensemble de l’Europe.

Malgré les réactions d’indignation qu’avaient suscitées ses propos, Klaas Knot, gouverneur de la banque centrale néerlandaise et membre du conseil de la BCE vient de soutenir les propos précédents de Jeroen Dijsselbloem.

Et si dans les prochaines semaines ou mois un événement similaire se produisait sur les banques Espagnoles, Italiennes, Françaises mais aussi sur le contenu des coffres ?

C’est peut être également une des raisons pour laquelle l’Allemagne souhaite récupérer son or. On pourrait également supposer un retour à l’étalon or d’autant plus que Bâle 3 considère désormais l’or comme valeur à risque nul.

Il ne faut pas oublier non plus l’histoire allemande, notamment l’hyperinflation lors de la république de Weimar dans les années en 1923. En janvier 1919 une once d’or cotait 170 marks et en 1923 la même once avait un prix de 87 000 000 000 000 marks. Pour rappel aujourd’hui une once d’or avoisine les 1600 dollars. En octobre 1919, la monnaie papier qui circule est sept fois plus grande qu’en 1914. Les prix ont été multiplié par 6.

A partir de janvier 1920 par contre c’est l’inverse qui se produit. La monnaie papier en circulation est 8.4 fois plus élevée qu’en 1914. Les prix ont été mutliplié par 12.6. En novembre 1921, la monnaie papier est alors 18 fois plus importante qu’en 1914. En revanche, les prix de base sont 34 fois plus élevés. En novembre 1922, la monnaie papier qui circule est 127 fois plus importante qu’en 1914. Le prix alimentaires sont 1,154 fois plus élevés. En novembre 1923 la quantité de marks en circulation est 245 milliards de fois plus élevée qu’en 1914, le cout de la vie est alors multiplié par 1380 milliards.

Plus la monnaie circule rapidement et plus le risque d’inflation prend forme. La masse monétaire s’envole depuis la crise des subprimes. L’hyperinflation pourrait rapidement se développer si le manque de confiance venait à s’installer. Et si ceci se généralisait avec des files d’attente gigantesques devant les banques. La confiance ne serait plus au rendez vous.  Dans un tel scenario, l’or allemand brillerait de plus en plus et en Allemagne. Allons nous vers une nouvelle monnaie universelle pour la stabilité de l’économie mondiale?

Franck ROUGEOT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here