Moufid ABAYOMIFebruary 14, 2019
Fotolia_132500581_XS_seo.jpg

7min23250

The first reflections and works on artificial intelligence date back to the 1950s. Today, this discipline, at the heart of all debates, is beginning to shake up several sectors of activity. With the emergence of big data, research in this field is accelerating. Let us look in this article at its impacts on the banking and finance sector.

Artificial Intelligence (AI) is a set of theories and techniques that develop complex computer programs to allow machines to simulate certain features of real intelligence (reasoning, learning….).

artificial intelligence

It becomes a software that reflects the place of the human being and is implemented in several fields such as: trade, transport, health, personal assistant, industry, environment, defence, finance, etc….

Today, artificial intelligence makes it possible to achieve artificial vision, speech recognition, medical diagnosis and treatment of certain pathologies, image and video processing, predictive analyses, automation in a more intelligent way, the creation of humanoid robots, the simulation of complex systems, the creation of works of art etc….

With the advent of Big Data, the AI began to change certain habits in the banking and financial sector. Indeed, companies in these sectors have a large amount of untapped data at their disposal. Big Data has created an appropriate framework for the exploitation of its data.

This allows, among other things, the development of new algorithms, the processing of this mass of data with very powerful algorithms. This promotes, among other things, the digitalization of the financial sector, the transformation of trading activities, risk assessment, portfolio management, financial analysis, bank loans, etc…. Hence the success of fintech.
In terms of impacts in the banking and financial sector, we can mention:

– Business transformation
The AI will automate several tasks in the banking and financial sector. But it will not replace the human. The AI will help to develop trades and skills.
– In trading
The use of AI and machine learning in trading rooms has become a reality. Algo-trading takes into account market trends and AI gives a probability of occurrence of a transaction. Today, it is the automatons that execute stock market orders. Only the parameters are defined by humans. Automated writing of trading algorithms is trying to become a reality. This is starting to force traders to get into the code.
– Corporate Finance
The digital revolution is particularly affecting the purchasing and accounting functions. At this level, it is software that performs some daily tasks. This makes life easier for employees. It should be noted that the finance, purchasing and HR functions have a strong potential for digitisation.

– In asset or wealth management
The development of Advisor Robots by FinTech allows online portfolio management with a minimum of human intervention. In this context, two types of services can be distinguished:
– Advisory management: the investor manages his portfolio. He can choose whether or not to follow the advice given to him;
– delegated management: the structure manages the portfolio on behalf of its client. This is a management mandate.
The advantages resulting from these services are: price advantage, advice and ease of use. As a result, insurers, bankers and asset managers have started to sign partnerships with Robo-Advisors

– Business process automation
Thanks to artificial intelligence and automation, banks have considerably reduced the processing time of claims such as loss/stolen bank cards, claims reporting.

To do this, the AI makes it possible to extract in a claim declaration file, the most relevant elements to know the type of claim, to analyse the type of insurance coverage. This allows agents to quickly begin the compensation process.
This discipline also makes it possible to develop new recruitment procedures.

Improving the customer experience
AI can enable banks and financial structures to achieve a 360° view of their customers. Indeed, the AI can monitor social networks and evaluate the e-reputation of its customers. Thanks to the information collected in real time, it is possible to draw quick conclusions that can be made available to advisors.

This allows you to customize service offerings. Chatbots also save time for advisors. The latter can focus on higher value-added requests. All this improves customer relations, reduces costs and increases the efficiency of sales departments.

– Cyber security
One of the biggest concerns in the banking and financial sector is security against cyber attacks. Indeed, today we can witness the infiltration of institutions’ computer systems by more sophisticated malware. There are also the appearance of false transactions from a dubious destination or massive thefts.

To remedy this, banks and financial institutions use AI and machine learning to build a good defence. Indeed, the AI analyzes the client’s financial habits, detects unusual behaviours. It can then automatically alert the system to ensure the security of clients’ funds.

It should be noted that the development of the cloud and the use of blockChain technology combined with artificial intelligence will make it possible to create customized offers and design smarts contracts. We can also see the creation of an ecosystem in which banking services will be integrated with functionalities such as e-commerce, uberisation etc….

Webography

https://www.letemps.ch/economie/lapport-lintelligence-artificielle-finance
https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-182841-lintelligence-artificielle-na-pas-fini-de-revolutionner-le-secteur-financier-2176669.php
https://www.unow.fr/blog/le-coin-des-experts/intelligence-artificielle-moteur-finance-fintech/

Les applications et usages de l’ia


https://news.efinancialcareers.com/fr-fr/330088/quel-est-limpact-de-lintelligence-artificielle-sur-votre-job-en-finance
http://www.agefi.com/quotidien-agefi/forum-blogs/detail/edition/2018-05-09/article/intelligence-artificielle-la-finance-du-futur-5-475396.html


Florent COGNEAUXFebruary 14, 2019
Fotolia_57224383_XS.jpg

21min200

En fin d’année dernière, un estimé collègue a publié dans ces colonnes un article traitant d’un possible Rallye de fin d’année.
Le papier n’ayant jamais refusé l’encre (et les pixels d’être noirs) les sujets sur le ” Rallye de fin d’année ” fleurissent dans les magazines économiques comme des roses de Noël à la délectation des lecteurs avides d’oracles.
Comme souvent, aussi pertinentes soient les analyses économiques, politiques, voire géopolitiques présentées, le raisonnement s’achève souvent par quelque chose du genre ” au final, c’est vous qui voyez “.
Mais, en supposant que leurs auteurs aient le courage de prendre position, quel est, avec le recul, la pertinence de leurs recommandations ?
Et, plus fondamentalement, un tel phénomène existe-t-il vraiment ou est-ce juste une légende urbaine exploitée avec la régularité d’un bordereau d’imposition pour vendre un peu plus cher un papier qui, s’il n’était glacé, aurait fini autour de produits de la mer (mollusques et crustacés en cette saison) ?
Amateur de l’étude des biais cognitifs et adepte des statistiques, je vous propose d’étudier le phénomène avec quelques données, deux, trois outils de base et un peu de recul (les vapeurs éthyliques des réveillons s’étant maintenant bien dissipées).
Prenons un indice large : le Standard and Poor’s 500, téléchargeons ses relevés journaliers depuis 50 ans et calculons pour chaque jour sa variation (https://www.investing.com/indices/us-spx-500-historical-data).
On se retrouve en face de 12604 valeurs (environ 252 par ans) dont la moyenne est de +0.0196% et dont la distribution ressemble à ceci:

Première remarque, certaines valeurs extrêmes (-27.73% le 19 oct. 1987, -9.93% le 15 oct. 2008 – ces deux là ayant suffit à créer la légende du mois d’octobre) font légitimement douter de la normalité de la distribution.
Tous les manuels de finance le disent : les marchés sont des animaux à queues épaisses ! Autrement dit, les événements rares (et souvent catastrophiques) s’y produisent plus souvent qu’à leur compte (du moins aux yeux de ceux qui s’imaginent qu’ils devraient suivre une loi Normale – c’est-à-dire la majorité des modèles de risque, ce qui ne lasse pas de surprendre…).
Pour les plus septiques, un test de Shapiro-Wilk (http://www.statskingdom.com/320ShapiroWilk.html) retourne une valeur-p indiquant que vous avez autant de chances de croiser le Pape François avec une planche de surf dans l’ascenseur que de pouvoir utiliser une distribution gaussienne pour juger du risque de vos investissements. Nous y reviendrons.
Revenons à nos Rallyes et regroupons ces variations par mois, puis calculons leur moyenne et leur écart-type. On obtient le tableau suivant :

MoisMoyenneEcart-type
Ensemble0,43%4,42%
Janvier0,70%4,84%
Février0,04%3,92%
Mars1,01%3,60%
Avril1,10%3,64%
Mai0,36%3,54%
Juin-0,05%3,27%
Juillet0,32%4,13%
Août-0,14%4,99%
Septembre-0,89%4,63%
Octobre0,42%6,78%
Novembre0,99%4,46%
Décembre1,19%3,48%

Point amusant, le mois d’octobre est conforme à la moyenne avec une progression de 0.42%. Cela semble contredire ce qui a pu être écrit à son sujet… Certes, son écart-type est large. Il ne faut pas chercher plus loin sa lugubre réputation. A l’inverse, le mois de juin présente la volatilité la plus faible ; malheureusement, sa moyenne est déprimante.
Certains mois sont ” bons “, d’autres sont ” mauvais ” et l’écart-type mesure le piment de l’affaire. Associer à chaque mois une personnalité sur cette base est intellectuellement stimulant : ” Personnellement, j’éviterais septembre “, etc.
Décembre, quand à lui, présente tout à la fois la meilleure moyenne et un écart type plutôt faible. Voilà qui suffit à justifier la naissance du mythe du ” Rallye de fin d’année “, synchronisée avec celle du petit Jésus (c’est à se demander si, comme tant d’autres avant lui, le capitalisme boursier ne s’essaye pas au recyclage des croyances antérieures) ! On va pouvoir écrire des articles et vendre du papier !
Vraiment ?
En matière de statistique, plus l’échantillon est grand, plus les calculs sont fiables.
Pourquoi, au fait ?
L’idée est que plus un type d’événement est variable, plus il faut pouvoir étudier d’événements individuels pour pouvoir en dire quelque chose.
Si on s’intéresse aux retards des trains, la tâche est aisée : il y a beaucoup de trains et leurs retards excèdent rarement quelques heures (événements fréquents, variabilité faible). En un nombre limité de semaines, il est possible de calculer des statistiques précises. Si, par contre, on s’intéresse aux conséquences des tremblements de terre, c’est beaucoup plus difficile : il y a en a, heureusement, beaucoup moins et leurs dégâts vont d’une imperceptible vibration à l’effondrement d’un barrage qui noie une région entière (événements rares, variabilité élevée). Il faudrait des centaines d’années pour obtenir des statistiques fiables avec les mêmes méthodes (ce qui, incidemment, soulève le problème de la disponibilité des données).
Une façon simple d’estimer cette incertitude consiste à calculer ” l’erreur type ” ; elle s’obtient en divisant l’écart type de la mesure par la racine carrée du nombre d’événements. Intuitivement, plus les variations seront faibles ou plus les événements seront nombreux (idéalement les deux), moins l’erreur sera grande et inversement.
Ce nombre s’interprète de la même façon qu’un écart-type, c’est une moyenne d’écart à la moyenne. Mais, contrairement à l’écart-type, il ne dépend pas des événements eux-mêmes, il dépend des mesures dont on dispose. Si on reprend l’exemple des trains, l’erreur-type va décroître rapidement : intuitivement, le nombre de mesures va ” prendre le pas ” sur la variabilité des retards. L’écart-type, lui, va se stabiliser autour d’une valeur (différente de zéro) correspondant à l’écart moyen des retards par rapport à la moyenne des retards.

MoisErreur type
Ensemble0,18%
Janvier0,69%
Février0,55%
Mars0,51%
Avril0,52%
Mai0,50%
Juin0,46%
Juillet0,58%
Août0,71%
Septembre0,65%
Octobre0,96%
Novembre0,63%
Décembre0,49%

Dans le cas des variations du mois de décembre, l’erreur type est de: 0.49%. Or la moyenne de décembre est de 1.19%. Cela signifie que, en moyenne, l’erreur liée à ce qu’on utilise pour calculer la moyenne (les rendements des 50 mois de décembre) représente à elle seule 40% de cette valeur. C’est beaucoup…
Sur ces bases, comment estimer la pertinence d’un investissement début décembre ?
Une façon de faire consiste à calculer l’intervalle de confiance correspondant à un rendement positif ou nul. Malheureusement, ce n’est pas immédiat : la distribution des variations mensuelles ne correspond pas à une loi Normale et l’erreur-type est significative. Il va falloir simuler une distribution par ré-échantillonnage. Pour compliquer les choses, les 23 premiers jours de décembre et les 8 derniers ont des comportements radicalement différents : entre Noël et le jour de l’An il n’y a pas que les confiseurs qui récupèrent…
Il va donc falloir effectuer un ré-échantillonnage mixte, tenant compte des deux populations et de leurs erreurs types respectives.
Je vais essayer de ne pas perdre l’attention de ceux qui sont encore là en entrant trop dans des détails techniques ; disons, en gros, que cela se fait avec un peu de programmation, un tableur et que je me ferai un plaisir de communiquer l’ensemble des calculs à ceux qui le souhaitent !
L’important c’est qu’au final, on arrive à ceci :

Et que cela permet de répondre à la question précédente : en investissant sur le S&P 500 le 1er décembre et en revendant le 31 au soir, vous avez 60,7% de chance d’avoir un retour positif ou nul (les seuils de 95% et 99% étant respectivement à -6.21% et -10.11% – dit autrement, vous avez 95% de chance de ne pas perdre plus de 6.21% et 99% de chance de ne pas perdre plus de 10.11%).
Pas mal.
On pourrait s’arrêter là en concluant par un chaleureux ” au final, c’est vous qui voyez “, avec la satisfaction du devoir accompli (un article de 9000 caractères) et l’assurance de passer de bonnes fêtes de fin d’année !
S’il n’était le mois d’avril…
Parce que, si on fait le même exercice en avril (en sachant que les choses sont plus simples car les jours sont plus homogènes) on obtient les résultats suivants : en investissant sur le S&P 500 le 1er avril et en revendant le 30 au soir, vous avez 59.38% de chance d’avoir un retour positif et les seuils de 95% et 99% sont respectivement de -5.98% et de -9.03%.
Autrement dit, aux approximations de ré-échantillonnage près, que vous investissiez en décembre ou en avril… c’est exactement la même chose.
Vous avez souvent entendu parler du Rallye de fin avril ?
Et, pour ne rien vous cacher, je suis sûr qu’en cherchant un peu, on pourrait aussi trouver un Rallye de Printemps et un rallye de Thanksgiving.
A cette étape, il y a deux façons de voir les choses : soit on considère que, vu les performances exceptionnelles du Rallye de fin d’année, il ne va surtout pas falloir rater celui de Pâques ; soit on se dit, que, si ça se trouve, le Rallye de fin d’année… c’est surtout un moyen de mieux fourrer la dinde en période de Fêtes.
Mais ça, ” au final, c’est vous qui voyez “.


Moufid ABAYOMIDecember 20, 2018
Fotolia_237100121_XS.jpg

17min240

La blockChain, innovation technologie, est la structure sous-jacente du bitcoin. Les professionnels y voient une innovation qui pourrait révolutionner les transactions dans le futur. Peu de personnes et d’entreprises ne savent pas exactement ce que c’est… Son fonctionnement et ses possibles applications seront abordés dans cet article.

Définition de la blockChain

La blockChain est une technologie de stockage et de transmission d’informations. Elle est transparente, sécurisée et fonctionne sans organe central de contrôle. C’est une énorme base de données contenant l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Elle est partagée par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire. Ce qui permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne.

Tout intervenant peut consulter l’ensemble des opérations actuelles et passées. A l’inverse des bases de données classiques, elle est distribuée. Ceci permet de disposer de plusieurs exemplaires de la base de données. Ils existent simultanément sur différents ordinateurs baptisé “nœuds” du réseau. Cela permet de sécuriser le système et d’éviter que la blockChain puisse être piratée.

Ils existent plusieurs types de blockChain :

  • des blockChain publiques : elles sont ouvertes à tous ;

Le mathématicien Jean-Paul Delahaye compare la blockChain publique à un grand livre comptable public, anonyme et infalsifiable. Il l’imagine à un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible.

  • des blockChain privées : elles sont réservés à certains intervenants.

Une blockChain privée est interdit au public. La participation à ce dernier se fait sur autorisation et est majoritairement utilisées par les institutions financières en interne.

La blockChain est apparu pour la première fois en 2008 avec la création de la crypto-monnaie « Bitcoin ». Elle a été développée par un inconnu sous le pseudonyme Satoshi Nakamoto. Ces deux innovations sont corrélées car la blockChain est l’infrastructure sous-jacente du Bitcoin.

C’est cette dernière qui a permis la première transaction avec le bitcoin en mai 2010. Le bitcoin ne peut exister sans la technologie blockChain, l’inverse n’est pas vrai. Aujourd’hui, les entreprises et les gouvernements envisagent l’utilisation de la blockChain à d’autres fins. 

Fonctionnement de la blockChain

La caractéristique principale de cette technologie est la transparence. Cette transparence est caractérisée par le fait que toutes les transactions effectuées entre les différents utilisateurs depuis la création de la chaîne y sont enregistrées. La sauvegarde se réalise sous forme de ‘’blocs de transactions’’ qui empilés les uns aux autres, forment une ‘’chaîne’’. D’où le nom de ‘’chaîne de blocs’’ ou  blockChain en anglais.

Les différentes transactions effectuées entre les utilisateurs du réseau sont regroupées par blocs. Chaque bloc est validé par les nœuds du réseau appelés les ‘’mineurs’’. Ces mineurs sont chargés de vérifier la validité des transactions bloc par bloc. Ils sont en général des particuliers, qui sont rémunérés pour mettre à disposition la puissance de calcul de leurs processeurs. Les problèmes mathématiques résolus par ces ordinateurs sont très complexes. On assiste alors au regroupement des mineurs et la création de gigantesques fermes d’ordinateurs.

Le fonctionnement d’une transaction à travers la blockChain peut être décrit en 5 phases :

A effectue une transaction vers B ;

plusieurs transactions sont regroupées dans un bloc ;

le bloc est validé par les nœuds du réseau au moyen de techniques cryptographiques ;

le bloc est validé, daté et ajouté à la chaîne de blocs (ou ‘’blockChain’’) à laquelle tous les utilisateurs ont accès ;

B reçoit la transaction de A.

Ce processus nécessite un certain temps de calcul selon le type de blockChain dont on parle :

approximativement dix minutes pour le bitcoin ;

15 secondes pour Ethereum.

Sécurité et application de la blockChain

La blockChain est une base de donnée décentralisée c’est à dire qu’elle est hébergée par une partie des utilisateurs. Elle ne peut qu’être hacker que si plus de la moitié des nœuds sont rompus simultanément. Les informations qui sont contenues dans les différents blocks (transactions, contrats etc…) sont protégées par des systèmes cryptographiques1. Cela empêche les utilisateurs de les modifier. De plus, le système de cryptographie est ‘’asymétrique’’ : c’est-à-dire qu’il faut deux clés différentes (une privée, une publique) pour opérer une transaction. 

Grâce à son caractère décentralisé, couplé avec sa sécurité et sa transparence, la blockChain permet des applications bien plus larges que le domaine monétaire. On peut les classifiez en trois domaines :

  • les transactions sur les actifs (utilisation monétaire, mais pas uniquement : titres, votes, actions, obligations…) ;

les applications en tant que registre : elle assure ainsi une meilleure traçabilité des produits et des actifs ;

les smart contracts : ce sont des programmes autonomes qui exécutent automatiquement les conditions et termes d’un contrat, sans intervention humaine une fois démarrés.

Les domaines d’application sont immenses et divers. On peut citer : la finance, l’assurance, l’immobilier, l’énergie, les transports, la santé, l’industrie pharmaceutique, l’agroalimentaire, le luxe, le commerce international, la distribution, l’aéronautique, le vote, l’industrie musicale etc…

Dans l’avenir on pense que les blockChain pourraient remplacer la plupart des « tiers de confiance » centralisés (métiers de banques, notaires, cadastre,…) par des systèmes informatiques distribués. Certains analystes pensent qu’elles pourraient dépasser certaines plateformes collaboratives.

Grâce à la blockChain en générale et aux smart contracts en particulier, les intervenants pourraient effectuer des transactions directement avec un tiers :

un chauffeur, sans intervention d’une plateforme comme blablacar ou Uber ;

un loueur d’appartement sans intervention d’une agence de location.

Dans les deux cas, on assisterait à une transaction de gré à gré. Donc pas d’intermédiaires ni de commissions.

Webographie

https://www.lesechos.fr/28/10/2017/lesechos.fr/030787214894_bitcoin–cryptomonnaies—qu-est-ce-que-c-est–comment-ca-marche-.htm
https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/030787214894-bitcoin-cryptomonnaies-quest-ce-que-cest-comment-ca-marche-2125947.php
https://blockchainfrance.net/decouvrir-la-blockchain/c-est-quoi-la-blockchain/
https://le-coin-coin.fr/dossiers/quest-ce-que-le-bitcoin/
https://www.cnews.fr/vie-numerique/2018-01-23/bitcoin-quest-ce-que-la-blockchain-la-technologie-qui-va-revolutionner-le
http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/la-france-adapte-son-cadre-legislatif-a-la-blockchain-1322710.html#utm_campaign=Echobox&utm_

1Un système cryptographique est un ensemble des techniques (algorithmes ou méthodes de chiffrement), documents (textes clairs et chiffrés, clefs) et outils matériels (par exemple un processeur particulier, ou une machine) qui permettent le chiffrement de données (messages, fichiers, etc.) d’une façon particulière.


Guillaume PITREDecember 16, 2018
Fotolia_72777329_XS.jpg

11min230

Il est de bon ton à chaque fin d’année de parler de ce fameux « Rally de fin d’année ». Ces séances haussières qui se succèdent à l’approche de la trêve des confiseurs (période comprise entre Noël et le jour de l’an). Force est de constater que ce rally de fin d’année 2018 a du plomb dans l’aile. A quoi doivent s’attendre les investisseurs pour cette fin du mois de décembre après avoir connu un mois d’octobre rouge et un mois de novembre mitigé ?

Détente commerciale sino-américaine

Les investisseurs attendaient beaucoup de la rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping le 1er décembre en marge du G20 en Argentine. Les annonces ont été faites de part et d’autre. En effet, les deux parties cherchent à se rapprocher, cette guerre commerciale a pour l’heure était préjudiciable pour les deux plus grosses économies mondiales. Aussi, Washington et Pékin font montre de bonne volonté. A l’image de l’administration Trump qui a annoncé ne pas augmenter les droits de douanes au 1er janvier 2019 (à 25 % comme cela était initialement prévu lors de la mise en place de ces nouveaux tarifs). De son côté le gouvernement chinois a annoncé la reprise des importations de produits agricoles américains. Il convient de préciser qu’en représailles des droits de douanes américains imposés cet été (à 10%), Pékin a imposé des droits de douanes sur l’importation de soja américain à hauteur de 25%. Ceci s’est traduit par un effondrement des importations de soja américain de 92 % pour le mois de novembre. Enfin, dernière annonce en date faite par la Chine : la diminution des droits douaniers sur l’importation de véhicules américains à 15 %. Pour rappel, cet été suite à l’escalade des tensions dans le conflit commercial l’opposant aux États-Unis, la Chine a mis en place des tarifs douaniers de 40 % sur l’importation de véhicules américains. Les investisseurs – bien que satisfaits de ces annonces – restent très sensibles aux développements des relations sino-américaines. Pour s’en convaincre il suffit de voir la réaction des marchés financiers suite à l’arrestation (au Canada à la demande des Etats-Unis) de la Chief financial officier (directeur administratif et financier) du géant des télécom chinois Huawei. Les marchés demeurent donc très fébriles.

L’impossible Brexit

Tout a commencé le 24 juin 2016 lorsque les anglais ont dit « NON » à l’Union européenne. Un tel cas de figure était envisagé par le Traité de Fonctionnement de l’Union européenne : l’article 50. Le 29 mars 2017, la Première ministre britannique Theresa May, amorça le processus de départ de son pays en déclenchant l’article 50 ouvrant ainsi une période de 2 années afin de négocier les conditions du divorce entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Ainsi, Londres a jusqu’au 29 mars 2019 afin de trouver un accord avec l’Union européenne, faute de quoi sans accord ce sont tous les anciens traités bilatéraux conclus entre le Royaume-Uni et les autres pays qui s’appliqueraient (c’est ce qu’on appelle un Hard Brexit). Après de âpres négociations, un accord fut signé entre Londres et Bruxelles le 25 novembre 2018. Mais face au risque qu’il ne soit pas ratifié par le Parlement britannique, Theresa May préféra repousser le vote initialement prévu le 11 décembre 2018 pour le 21 janvier au plus tard. Londres cherche désespérément à conclure un nouvel accord avec Bruxelles afin d’obtenir plus de gages pour faire valider ce projet de Brexit auprès du Parlement. Cependant, l’Union européenne reste intransigeante face au Royaume-Uni. Quels sont les choix qui s’offrent à Londres ? 1° Remplacer Theresa May à la tête des conservateurs ? Cela a été tenté, mais Theresa May a remporté la confiance de sa famille politique. 2° Procéder à des élections anticipées ? Il ne resterait que 3 mois pour renégocier le Brexit. 3° Procéder à un nouveau référendum ? La Cour de justice de l’Union européenne a rendu un arrêt précisant que Londres pouvait stopper unilatéralement sa procédure de sortie de l’Union européenne, ce qui donne un nouvel argument aux partisans favorables au maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne.

L’Europe inquiète

Les sujets d’inquiétudes sont nombreux, qu’ils soient politiques ou économiques : Le Brexit – la montée du populisme en Italie et Espagne – l’échec politique d’Angela Merkel – les récents mouvements sociaux en France et surtout le ralentissement de la croissance en zone euro. Au 14 décembre, l’indice PMI Flash Composite de l’Activité Globale dans la zone euro (production manufacturière et des services) accuse un repli à 51,3 points, soit son plus bas niveau depuis 4 ans. En France, les mouvements sociaux sont la cause du ralentissement de la croissance. Durant cette période de Noël, les commerçants sont impactés par le mouvement des « gilets jaunes ». En effet, selon la Confédération des centres commerciaux, les différents centres à travers la France enregistrent une baisse de leur fréquentation de plus de 20 %. De plus la Confédération des commerçants de France enregistre une baisse du chiffre d’affaires comprise entre « 40 à 70 % selon les corporations ». De ce fait, la Banque de France a révisé à la baisse sa prévision de croissance pour le 4ème trimestre 2018 à 0,2% (contre 0,4 %). L’Italie continue de cristalliser les attentions autour de son budget 2019. Après avoir refusé dans un premier temps toute modification de ce budget, Rome semble disposée à modifier sa prévision de croissance et son déficit budgétaire. En Espagne, un nouveau vent populiste semble souffler suite à l’ascension du parti Vox au parlement d’Andalousie. C’est dans ce climat politique, économique, et social tendu que les électeurs européens vont être appelés aux urnes en mai 2019 pour élire leurs représentants au Parlement européen.

Ralentissement de la croissance économique mondiale

Le Fond Monétaire International (FMI) et l’ Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) ont revu à la baisse leurs prévisions de croissance économique mondiale pour l’année 2019 et 2020. En effet, les risques commerciaux et financiers viennent peser sur la croissance économique. Nous constatons un effondrement des exportations et importations chinoises en novembre, lié aux tarifs douaniers que se sont imposés Pékin et Washington depuis cet été. Face à cette guerre commerciale sino-américaine, nous avons constaté au mois d’octobre une chute brutale des indices mondiaux. Pour rappel l’indice MSCI Global Index a perdu plus de 8 000 milliards de dollars de capitalisation boursière. Parallèlement nous avons assisté à un violent décrochage des cours du pétrole notamment dû à l’annonce faite par l’Agence Internationale de l’Énergie d’un ralentissement de la demande mondiale de pétrole à compter de 2019. Le dernier signe de ce futur ralentissement économique est l’inversion de la courbe des taux américains. Cette inversion s’est matérialisée le lundi 3 décembre 2018, lorsque le rendement du taux à 5 ans américain est devenu inférieur au taux à 2 ans puis au taux à 3 ans. Ce phénomène a été par le passé annonciateur d’une future période de récession dans les 24 prochains mois. La dernière inversion de la courbe des taux américains s’est produite en 2007…

A la question de savoir si vous devez croire à un rally de fin d’année sur les indices mondiaux, force est de constater que ce rally est d’ores et déjà très mal engagé. Pour rappel, depuis le 1er janvier 2018, l’indice Euro Stoxx 50 affiche une chute de 11,74 %. Outre-Atlantique les indices ont largement bénéficié de la réforme fiscale de l’administration Trump, ainsi depuis le 1er janvier 2018 le S&P 500 cède 2,76 %, le Dow Jones perd 2,5 %, seul l’indice Nasdaq 100 affiche un progression de 3,1 %.


Bernd Oliver BUEHLERDecember 5, 2018
Fotolia_46763334_XS.jpg

10min240

Interview d’Ashley Boolell sur “The Disruptors”, son nouveau roman inspiré de l’intelligence artificielle. Livre en anglais disponible sur Amazon. Site web de l’auteur : www.ashleyboolell.com

Vous venez de publier “The Disruptors”, votre cinquième roman et le deuxième écrit en anglais. Il s’agit d’une fiction qui a pour thème l’intelligence artificielle. Comment vous est venue cette idée ?

Après “Killed In”, mon précédent roman inspiré du Dark Net, je me suis mis à réfléchir sur de nouveaux sujets à aborder tout en cherchant à faire évoluer mon style d’écriture. L’intelligence artificielle s’est facilement imposée car il s’agit d’un thème qui prend de plus en plus d’ampleur dans ce qui semble être une refonte du monde tel que nous le connaissons. Avec “The Disruptors”, j’ai imaginé à quoi ce monde pourrait éventuellement ressembler en prenant en considération les multiples domaines que l’intelligence artificielle semble être en mesure de dominer : l’armement, la chirurgie, la logistique, les services publics… Qu’arrivera-t-il si le prochain titan qui émergera après Google, Apple, Amazon et Facebook domine entièrement l’intelligence artificielle ? La ligne que trace ce roman entre la réalité et la fiction est relativement fine.

Puisqu’il s’agit d’une fiction, vous avez certainement créé de nouveaux personnages. Ont-ils une personnalité aussi sombre que celle de Chris Kord, l’anti-héros de Killed In?

Non, loin de là. The Disruptors est très différent de Killed In. Le personnage principal se nomme Mark Steel, un anglais disposant de facultés exceptionnelles et dont l’admission au prestigieux Massachusetts Institute of Technology l’introduit à l’intelligence artificielle. Cela se passe au début des années quatre-vingt-dix. Il a vingt-trois ans à cette étape du roman. Comme tout génie qui se respecte, Mark Steel voit et comprend le monde autrement. Contrairement à Chris Kord qui vient d’un milieu familial toxique, Mark Steel a, quant à lui, bénéficié d’un excellent encadrement. Sa stabilité lui permet de déployer ses capacités de manière très efficace. Il ne doute pas de sa réussite lorsqu’il crée Fractal, l’entreprise qui deviendra un monstre de l’intelligence artificielle. Mark Steel n’est pas seul dans cette aventure. Il est entouré de personnages qui l’aident à concrétiser sa vision mais qui finissent néanmoins par le trahir. Son manque de réalisme dans ses relations avec les autres est sa principale faiblesse.

L’intelligence artificielle est un thème récurrent dans les œuvres de science-fiction. Certains iront jusqu’à dire qu’il est devenu banal. Comment innovez-vous dans The Disruptors?

Il convient d’abord de souligner que l’univers du roman n’est pas fantaisiste. Toutes les percées de l’intelligence artificielle qui sont évoquées dans The Disruptors sont envisageables. Certaines sont en cours de développement et d’autres seront considérées tôt ou tard. Bien entendu, j’ai utilisé ma créativité pour que cela reste une fiction mais je n’ai pas tenté de construire un monde qui est totalement déconnecté de celui dans lequel nous évoluons. Au milieu du roman, Mark Steel se retrouve face aux chefs des gouvernements occidentaux qui lui expriment leur panique devant la dilution de leur pouvoir suite à l’évolution incontrôlée de l’intelligence artificielle. Fractal se charge du bon fonctionnement des services publics et sa technologie est imperméable au clientélisme, à la propagande et à la corruption. A première vue, cela semble être une bonne chose mais le pouvoir dont dispose les dirigeants de Fractal est complètement insensé. Le monstre qu’a créé Mark Steel règle les problèmes de l’humanité mais rien ne peut l’atteindre ou l’arrêter. Il s’agit ici d’une autre forme de dystopie : un paradis, mais dans une prison. Le roman « 1984 » de George Orwell m’a quelque peu inspiré à cet égard.

Vous menez la vie dure aux personnages de vos romans. Dans Killed In, Chris Kord est un raté qui s’en prend plein la figure suite à son incursion dans le Dark Net et dans The Disruptors, vous mettez Mark Steel devant des choix draconiens. Pourquoi les punissez-vous de la sorte ?

J’ai toujours pensé que la pire erreur que puissent commettre des hommes ou des femmes disposant d’un grand pouvoir est d’agir sans réfléchir car les conséquences négatives de leurs actes provoquent des dégâts et des souffrances complètement inutiles. Chris Kord et Mark Steel sont des personnages intelligents qui ont la chance de disposer d’alliés les mettant en garde au sein de leurs entourages respectifs. Mais ils ne les écoutent pas. Chris Kord est arrogant et Mark Steel est naïf. Ils ont la possibilité de remédier à leurs faiblesses avant de commettre leurs erreurs irréparables mais ils choisissent de fermer les yeux et laisser leurs égos dicter leurs conduites. Cette vie dure que vous soulignez est simplement le résultat de mauvaises décisions de leur part.

The Disruptors est votre cinquième roman en cinq ans. Vous menez une carrière en finance en parallèle. Comment faites-vous pour tenir un tel rythme ?

J’ai une approche martiale vis-à-vis de l’écriture et de mes activités en général. Le développement d’un roman est un projet difficile. Ma réponse face à cela est plus de discipline à travers une gestion très rigoureuse de mon emploi du temps. Il s’agit, selon moi, de la seule méthode qui marche. Je fixe un délai que j’annonce à mes lecteurs. C’est un “contrat” que je dois honorer. Si je ne parviens pas à le faire, ce sera de ma faute. Pour le moment, mon approche m’a permis de concrétiser cinq romans en deux langues différentes dans deux pays différents. J’espère pouvoir continuer.

Propos recueillis à Londres le 6 novembre 2018 par Bernd Oliver BUEHLER.


Julien DELMARREDecember 3, 2018
81h0BsqKk4L._SL1500_.jpg

3min140

 
Titre du livre de Michael Lewis sortie en 2010, ce film sort en 2015 et regroupe pas mal de bons acteurs: Brad Pitt, Christian Bale, Ryan Gosling, etc.
Le film retrace le destin de quelques personnes qui ont vu la crise des Subprimes (2007) et la crise bancaire et financière qui a suivi en automne 2008. Nous voyons tour à tour, un gestionnaire d’un fonds spéculatif qui découvre en 2005 que le marché de l’immobilier résidentiel américain est précaire et devient de plus en plus dangereux. Comment fait-il pour voir cela? Il observe que le marché tient sur la distribution de prêts non garantis et que la rentabilité de ces prêts baisses donc pour continuer de financer le marché, il faut absolument prendre des prêts de plus en plus risqué afin de faire perdurer le système. C’est ce que les CDS (Credit Default Swap) ont caché pendant longtemps. La façade des CDS, avec des rendements très très intéressants (on parle à cette époque de rendements de plus de 20% minimum) avec un sous-jacent triple A (AAA) donc sûr à 99% contre un risque de contrepartie.
Ce personnage parie donc, contre l’opinion générale, à la baisse des marchés. Il signe donc des contrats sur la chute future des marchés financiers. Et c’est à ce moment-là, qu’on voit deux nouveaux protagonistes qui s’intéressent à son raisonnement et voit, comme lui, que le marché est pourri jusqu’à l’os. Ils vont donc, eux aussi, parier à la baisse.

Le film montre le raisonnement, l’économie autour, l’engouement des foules pour les prêts, les marchés des actions, les CDS, etc. Et la fin tragique qui semble, au fur et à mesure où l’on avance dans le film, inévitable. On assiste à la fin des prêts immobiliers, de l’euphorie boursière, de l’économie mondiale.
Un film que je conseille pour des personnes ayant au préalable des bases financières, car il est assez ardu pour de parfaits néophytes. Les termes sont des fois techniques, même si le film tente à certains moments de nous l’expliquer en vulgarisant certaines notions (le CDS notamment). Des recherches au préalable sont, pour moi, nécessaire afin de bien suivre le fil de l’histoire et de bien comprendre les étapes de la chute de ce monde sans risque qui faisait gagner à tous les coups.


Moufid ABAYOMINovember 27, 2018
Fotolia_231849179_XS.jpg

4min18350

The purpose of the article is to determine if Bitcoin is a speculative bubble or a monetary innovation. The results of our study show that Bitcoin is a monetary innovation that has suffered several speculative bubbles due to:

that it is not yet regulated;

the increased public interest;

and media interest.

Indeed, Bitcoin is a decentralized digital money system that is mainly acquired for speculative purposes or to protect savings wherever monetary inflation threatens it. It is the first decentralized cryptocurrency created in 2009 by a mysterious being named Satoshi Nakamoto. It is based on blockChain technology, which is a technology for storing and transmitting information. It is a huge database containing the history of all the exchanges made between its users since its creation.

It does not fully meet the requirement of a sovereign currency. For example, it is decentralized and not under the control of a central bank. In addition, it is oriented towards disinflation, unlike inflationary sovereign currencies.

When it was created, it was technically priced at $0 before reaching an all-time high of $18,800 in December 2017. At that time, it became a new asset class on which investment banks, investment funds, hedge funds create products to attract their clients. It is used in the real economy as a means of payment, a safe haven and a hedging instrument for some investors. Bitcoin supply is controlled by miners and buyers who see in it technological potential.

Demand, on the other hand, is created by specialized investors and the novice public. Since its creation, it has suffered market anomalies, currency platform hacking, exit-scam during ICOs and price manipulation due to trading algorithms.

It then becomes a subject at major international summits. Several consultations were conducted by financial institutions, including European, Asian, American and global financial institutions. Regulators and countries differ on its regulation and taxation. In terms of perspective, we think:

  • the regulation by states and financial institutions of cryptocurrencies in general, and of it and blockChain in particular;
  • that there will be the creation of new sovereign cryptocurrencies;
  • the creation of bitcoin-indexed derivatives such as warrants, turbos, structured products, swaps and transactions such as loan-borrowing, repo etc……..

All this will make it possible to stabilize the economy around Bitcoin, to control its extreme volatility so that there will no longer be a succession of speculative bubbles. It will also help to explore the potential of blockChain technology. As for its value, its price was below $5,000 in the last quarter of 2018.

Webography

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20141007trib09d1cb928/ce-que-signifie-l-emergence-du-bitcoin.html

https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/030787214894-bitcoin-cryptomonnaies-quest-ce-que-cest-comment-ca-marche-2125947.php

https://le-coin-coin.fr/dossiers/quest-ce-que-le-bitcoin/

https://www.buybitcoinworldwide.com/fr/cours-bitcoin/https://cryptoast.fr/regulation-crypto-monnaie/

https://www.capital.fr/entreprises-marches/regulation-du-bitcoin-vers-un-laisser-faire-du-g20-1278207

https://bitcoin.fr/histoire


Julien DELMARRENovember 24, 2018
91p3m7VHnyL._SY445_.jpg

4min300

Si vous avez connu la crise des Subprimes, vous avez dû tous entendre parler de Mr Bernard Madoff. Il fut condamné à purger une peine de prison de 200 ans en 2009 pour avoir été le créateur de la plus grosse escroquerie financière de tous les temps. Il a créé une bulle financière d’un montant de 65 milliards de dollars américains grâce à un système de Ponzi.
Le film, The wizard of lies (le magicien des mensonges en traduction française) retrace l’histoire et surtout nous informe du comment à fait pour mentir à tout le monde. On retrouve le grand acteur Mr Robert de Niro dans le rôle principal. Il fait une belle interprétation, à mon sens, en jouant (il est vrai sans trop forcer) une personne froide, calculatrice et stressée.

Ce film nous invite à voir l’éclatement du scandale à l’intérieur de sa famille et de sa société. On y voit l’éclatement, la colère, le mensonge, la désillusion, etc.
Personnellement, je trouve que ce film est assez bon et nous montre une chose que les journalistes ont selon moi omis lors de son procès: sa réputation. En effet, on y apprend que Mr Bernard Madoff n’était pas un simple millionnaire, milliardaire et gros gérant d’un fonds. C’était une véritable légende. Et c’est d’ailleurs lors d’une confrontation entre la SEC (Securities and Exchange Commision, l’équivalent de notre AMF, Autorité des Marchés Financiers) et l’un de ses fils. ” Vous ne savez pas de quel genre d’homme il était […] il a créé le NASDAQ, dirigé le NASDAQ, président du comité national de la sécurisation et de clearing corporation, de l’Institut international de clearing, FINRA, du NASD […]”. Bref, il fût LE créateur du monde financier que nous connaissons. Les indices, mais également sa sécurisation. Pas étonnant que sa fraude fut possible, car un système de Ponzi n’est autre qu’un système basé sur la confiance. Les gens avaient confiance en lui et l’ont laissé faire. Mais ne jetons pas la pierre sur Mr Madoff pour autant. Lors d’un dialogue avec une enquêtrice il dit à juste titre que ses clients qu’il a arnaqués sont aussi coupables et sont en quelque sorte ses complices. Et je trouve qu’il a raison. Rendez-vous compte, il proposait un rendement, quelle que soit la conjecture économique, le prix de l’immobilier, crise ou pas crise, de 50% non pas par an mais en 90 jours. C’est-à-dire, que vous donniez de l’argent à Mr Madoff vous aviez au bout de 3 petits mois un retour sur investissement de 50%. Soyons sérieux, les arbres ne montent pas jusqu’au ciel.
Un film intéressant, qui montre les paradoxes de cet homme, le soucis de la confiance en finance et la cupidité des hommes.
 


Julien DELMARREOctober 11, 2018
Fotolia_229290342_XS.jpg

5min220

Ces derniers temps, nous avons eu le droit au résumé de la dernière assemblée générale des Nations unies: l’arrogance de Mr Trump d’un côté et la leçon donnée par Mr Macron.
Le président américain a été raillé car il a commencé son discours par faire l’énumération de tout ce qu’il avait réussi à faire sur le point économique. Mais intéressons-nous réellement à ces points et voyons les différences avec l’économie française.
Mr Trump, a été élu avec un programme ambitieux sur l’économie. Création de plus de 25 millions d’emplois, objectif d’une croissance de 4% par an, en moyenne, durant son mandat, etc.
Sur le plan de la croissance économique, l’année 2018 table sur une croissance d’environ 4,2%. Ce chiffre a été confirmé par les excellents résultats du second trimestre américain.
A contrario, Bercy a annoncé revoir à la baisse sa feuille de route pour l’année. L’objectif été placé à 2% et l’on parle d’un (très) difficile 1,7% pour l’année. Bien Sûr, l’on nous parle de la conjoncture économique non favorable avec une forte croissance: hausse du baril du pétrole ou encore les grandes grèves qui ont paralysé le pays.
Soit, donnons la présomption au gouvernement. Mais, un indicateur est très intéressant pour jugé de l’économie (et ceci quelle que soit la conjoncture économique), c’est le sentiment des consommateurs. Cet indicateur donne le ton sur comment se sentent les consommateurs, ménages dans le pays. Ainsi, chaque mois, on interroge les consommateurs, ceci peut nous donne le pouls du secteur économique vis-à-vis du pays, de la conjoncture, de la politique, des incertitudes, des projections, etc.
L’indice américain est le Conference Board, il est actuellement à 138,4 (chiffres de septembre 2018). Ce qui le place à des chiffres de son année record: 2000. Jamais on n’avait vu une telle dynamique depuis près de 20 ans. Les Américains sont sereins, consomment, ce qui relance l’économie et permet de faire baisser le chômage. Ce qui lui-même permet d’augmenter les rangs des consommateurs, etc. Les Etats-Unis sont donc actuellement dans un cercle vertueux. Et il n’a jamais été aussi grand, depuis le début des indicateurs.
Parallèlement, la France, l’indicateur d’Eurostat et même l’on peut élargir avec l’indice allemand qui rythme le sentiment européen, le ZEW sont en chute libre. Puis, le début de l’année 2018, on a perdu presque 5 points de confiance. Une première depuis 2012.
De plus, la situation est plus inquiétante côté français avec la tenue du déficit public et de la dette publique. La France a annoncé, même avec une accélération de l’économie française lors du dernier trimestre, le déficit annoncé (et imposé par Bruxelles) de 2,3% ne sera pas atteint. On parle de, minimum, 2,6%. Ce qui risque de faire atteindre la barre de notre dette nationale à 100%. C’est-à-dire, qu’il faudrait un an de PIB pour rembourser l’intégralité de notre dette. Une barre symbolique qui fait peur aux marchés financiers et à Bruxelles.
Pour ne pas atteindre cette barre la France a même annoncé le plan (#Pacte)  de vendre ses participations dans trois de ses joyaux: la Française des Jeux (FDJ), Engie et l’Aéroport de Paris (ADP). Ce désinvestissement permettrait d’obtenir plus de 10 milliards d’euros. 10 milliards qui serait indispensable pour passer l’oral à Bruxelles et rassurer les marchés financiers.