Lilian ROQUETLilian ROQUETAugust 3, 2018
Fotolia_181885371_XS.jpg

19min2820

Nous allons au travers de cet article faire un tour d’horizon, une notice pratique des produits structurés, souvent méconnus des investisseurs mais qui pourtant s’inscrivent dans une logique de complément des instruments financiers traditionnels.

Qu’est ce qu’un produit structuré ?

Les produits structurés sont des produits associant un placement financier traditionnel, tel que des indices boursiers ou des actions, à des produits dérivés. Les produits dérivés sont des instruments financiers dont la valeur fluctue en fonction de l’évolution du taux ou du prix d’un autre produit appelé sous-jacent, qui ne qui requiert peu ou pas de placement initial et dont le règlement s’effectue à une date future.

Cette combinaison donne naissance à un nouveau produit financier avec ses propres caractéristiques.

Les produits structurés trouvent leur place dans n’importe quel contexte de marché.

Ils prennent souvent la forme juridique d’EMTN (Euro Medium Term Notes), titres de créances dont la maturité s’intercale généralement entre le papier commercial ( billets de trésorie) et les titres à long terme (obligations).

Les produits structurés ne sont pas sans risque, une perte de capital est possible. Ces instruments sont personnalisés et répondent aux exigences des investisseurs en fonction des conditions de marchés. Les produits structurés offrent une espérance de rendement supérieur ( entre 6 et 8 % en moyenne) aux fonds en euros ( rendement de 1,47 % brut pour 2017) avec une garantie en capital plus importante que les placements plus risqués comme les actions.

Les différents types de produits structurés :

C’est le profil de l’investisseur qui va permettre de déterminer vers quel produit structuré il doit se positionner. Chaque produit structuré a un dynamisme et une protection en capital qui lui est propre.

Les profils les plus défensifs se tourneront sur les produits structurés à capital garanti. Ces derniers, protègent totalement le capital investit peut importe la fluctuation de l’actif sous-jacent (hors frais et fiscalités applicables) sous condition que l’émetteur ne fasse pas faillite.

Il existe aussi des produits structurés à capital partiellement garanti à l’échéance. Un produit structuré est composé d’une partie garantie de capital et d’une partie optionnelle pour dynamiser le rendement. Ici la partie garantie de capital est moins importante que pour les produits structurés à capital garanti puisqu’ici elle n’est pas de 100 % mais oscille entre 80 et 95 % mais la partie optionnelle est quand à elle plus importante afin d’obtenir un rendement potentiel plus important.

Enfin la 3 eme catégorie concerne, les produits structurés à protection conditionnelle du capital.

Ces derniers ont une espérance de rendements plus attractifs grâce à la distribution de coupons et en rendant le capital investit initialement à l’échéance à conditions que le sous jacent n’est pas fluctué à la baisse en dessous de la barrière de protection. Cette barrière se situe généralement entre -30 et – 50 % du montant initial du sous-jacent.

Qu’en est il de la fiscalité des produits structurés ?

Les produits structurés peuvent être intégrés à un contrat d’assurance-vie, afin que ce soit la fiscalité avantageuse de ce produit assurantiel qui s’applique. En effet, le prélèvement forfaitaire est dégressif, selon la durée courue depuis l’ouverture du contrat. Il s’élève à 35 % pour un contrat de moins de 4 ans, 15 % pour un contrat de 4 à 8 ans, et 7,5 % pour un contrat de 8 ans et plus

Quels sont les risques associés aux produits structurés ?

1) Le risque de défaillance de l’émetteur

Ce sont les établissements financiers qui créent les produits structurés. Pour déterminer si vous allez vous lancez dans un investissement en produits structurés, il faut donc avoir une attention toute particulière quand à l’émetteur de ces produits structurés et s’assurer que l’établissement à l’habitude de mettre en œuvre ce genre de produits mais également se soucier de sa renommée.

L’idéal étant de se faire conseiller par un CGPI ( Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant) afin que se dernier vous oriente sur un acteur avec une réputation sérieuse on peut citer par exemple

Adequity qui est aujourd’hui un des leaders du marché.

Sinon, si l’établissement émetteur se retrouve en difficulté, il ne pourra honorer la garantie partielle en capital que propose votre support d’investissement et ainsi, vous verriez votre épargne partir en fumée.

2) Le risque en perte de Capital.

Nous avons vu précédemment, qu’il y avait différends types de produits structurés. En effet, certains proposent une garantie de capital totale et d’autres une garantie de capital partielle, permettant aux investisseurs en échange d’avoir une performance espérée plus importante.

La risque en perte de capital porte donc sur ce 2 eme type de produits structurés.

Lors de la création du produit structuré, le gestionnaire observe la valeur du sous jacent sur lequel il va être basé et définit aussi jusqu’à quel seuil de baisse du sous jacent il vous garantit le capital.

Si l’on prend l’exemple d’un sous jacent basé sur l’indice CAC 40 avec une protection à -30 %

Chaque année le gestionnaire si le sous-jacent est positif ou non.

Si ce dernier est positif vous obtenez un coupon ; dans le cas contraire vous n’obtenez pas de coupons.

A l’échéance du produit structuré 3 solutions peuvent arrivées :

    • Si la performance du sous-jacent est positive vous récupérez votre capital de départ ainsi que le cumul des coupons que vous avez obtenus chaque année.

    • Si la variation du sous-jacent est négative, (comprise entre 0 et -40%) vous récupérez votre capital de départ mais aucun coupon.

    • Le 3 eme cas le plus terrible pour l’investisseur se passe lorsque la bar de protection est franchie, c’est à dire lorsque le sous-jacent a réalisé une perte ici pour cet exemple comprise en -30 % et -100 %, vous ne recevez pas de coupons et votre capital n’est plus garanti, vous récupérerez seulement une partie de votre capital. Le montant de cette partie de capital récupérée dépendra de l’ampleur de la variation du sous-jacent.

  1. Le risque de Liquidité

Avant d’investir sur des produits structurés, il faut s’assurer que le capital que vous mettez en jeu, ne vous sera pas utile à court terme dans vos projets. Les contrats ne sont pas tous aussi rigides. En effet, certains contrats de produits structurés permettent à leurs contractants de sortir leur capital de manière anticipée en cap d’imprévu.

Cela dit, la sortie anticipée peut avoir des inconvénients. En effet, si au moment où vous souhaitez sortir du contrat, les performances du sous-jacent ne sont vraiment pas bonnes, vous devrez assumer la perte en capital due à votre sortie anticipée. Il pourra également s’additionner à cela des pénalités en cas de sortie précoce du contrat.

4) Le risque lié au sous-jacent

Avant d’investir sur un produit structuré il faut très bien connaître le sous-jacent qui va servir de base

  • votre investissement. Si le sous-jacent est au plut haut lorsque vous investissez, il est possible que vous ne retrouviez jamais dans le futur un niveau aussi haut. Même si la barrière de votre garantie de capital peut paraître importante, il se peut que le sous-jacent connaisse une baisse tellement importante que votre barrière ne soit pas assez importante et que votre capital de départ par conséquent ne soit plus garantie. C’est ce qu’il se passe en période de crise boursière où les marchés peuvent connaître des dépressions très importantes. En effet, le CAC 40 n’a toujours pas repris le niveau qu’il avait en 2007 où il avait atteint les 6168 points le 01 er Juin, aujourd’hui ce dernier s’élevant à environ 5300 points.

5) Le risque lié à la proportion de produits structurés dans votre allocation d’actifs

Les produits structurés sont utilisés dans des logiques de diversification de portefeuille. Ils ne remplacement pas les fonds Euro mais les complètent. En effet, les fonds en Euro sont des supports financiers à capital garanti ,les produits structurés quand à eux peuvent avoir une garantie partielle ou conditionnelle du capital émis et généralement ont une espérance de rendement plus élevés ( entre 6 % et 8 % en Moyenne) que les fonds euros qui sont passés de 5,3 % en 2000 à moins de 2 % aujourd’hui.

Ces produits structurés restent cela dit plus protecteur que les actions ou obligations du fait d’une protection de capital. Ils s’inscrivent donc entre les produits à capitaux garantis comme les fonds en euros les livrets et des produits tels que les obligations et actions.

La fourchette à ne pas dépasser serait selon les conseillers patrimoniaux à environ 20% de fonds structurés dans votre portefeuille d’actif. Une proportion supérieure pourrait vous mettre en danger et déséquilibrerait votre allocation.


Lilian ROQUETLilian ROQUETJanuary 31, 2018
Fotolia_190526864_XS.jpg

10min1190

Introduction sur le Sucre :

Il existe deux types de sucres, l’un produit à partir de la canne à sucre, qui représente la plus grande partie du sucre échangé dans le monde, et l’autre à partir de la betterave. Le sucre est une matière première utilisée dans l’alimentation, mais aussi en tant que composant de l’éthanol, un biocarburant en pleine expansion actuellement.

Le seul sucre échangé en Bourse à New-York est le sucre roux, issu de la production de cannes à sucre. Le sucre blanc est, quant à lui, échangé sur le marché LIFFE de Londres

Le Brésil est le premier producteur mondial ensuite viennent respectivement l’Inde, l’Union Européenne et la Chine.

Graphique : les Pays producteurs de Sucre en 2015

Rapport Décembre : Baisse des cours laissant place à une belle Reprise en fin de mois.

Décembre a été un mois mouvementé pour le sucre sur le marché mondial. Le cours du brut a d’abord perdu 9,73% sur la première quinzaine de décembre. En effet, le prix de ce dernier est passé de 15 cents la livre (cents/lb) à New York à 13,670 cents/lb en l’espace de 2 semaines. Il a donc atteint un plus bas qui n’avait pas été vu depuis le 26 Septembre dernier (13,240 cents/lb).

Le sucre n’a pas connu une tendance similaire lors de la 2 eme quinzaine de Décembre. En effet, au cours de ces 2 semaines il a connu une hausse conséquente de 10,8 % cassant même la barre des 15 cents/lb ( 13,670 cents/lb à 15,150 cents/lb) lui permettant d’effacer totalement sa chute des 2 premières semaines du mois.

Graphique : Cours de la livre de sucre Brut à New York Pour le mois de Décembre en $

A Londres, la Tonne de sucre Blanc a suivi quasiment le même tracé que le cours du Sucre Brut de New York puisque le cours a chuté de 7,3 % passant de 388,900$ la tonne ($/t) à 360 ,500$/t. Et dans un 2 eme temps, la 2 eme quinzaine de Décembre il y a eu une hausse, de l’ordre de 9,49 % faisant passer la tonne de sucre blanc de 360,500$ à 394,700$ la tonne.

Graphique sur le Cours de la Tonne de Sucre Blanc à Londres en $

Rapport Janvier :

Nous avons commencés le mois de Janvier en légère hausse pour le sucre brut par rapport au début du mois de décembre (+1 % à 15,150 cents/lb) mais en très net repli de 22,35 % par rapport au début de l’année de dernière ( 19,510 cents/lb).

Au cours de ce mois de Janvier, le sucre brut a subit une perte de 10,83 % passant de 15,150 cents/lb à 13,510 cents/lb.

Même constat du côté du sucre Blanc à Londres qui commence le mois de Janvier avec un cours légèrement supérieur de 1,49 % par rapport au début du mois de Décembre mais qui assume une baisse de 24,70 % par rapport au mois de Janvier 2017 ( 394,700$/t vs 524,200$/t).

Concernant ce mois de Janvier 2018, le sucre Blanc baissent de 9,40% sur le mois passant de 398,600 $/t à 357,600$/t.

Le sucre, souffre en effet, des prévisions de productions de l’Inde et de la Thaïlande qui sont évalués pour 2017/2018 à +9Mt à eux deux.

Opinion Personnelle :

Pour conclure, je pense que le principal catalyseur pour l’évolution des cours du sucre sera d’observer la production de sucre au Brésil (premier producteur mondial).

Il faudra observer le point de rupture entre le prix du sucre et le prix de l’éthanol.

Le Brésil est le 2 eme producteur mondial d’éthanol après les Etats-Unis et aujourd’hui cela rapporte plus au Brésil de se tourner vers l’éthanol que vers le sucre.

Je suis persuadé que la consommation d’éthanol va considérablement augmenter au Brésil durant les prochains mois du fait d’un certains nombre de signaux.

La nouvelle campagne brésilienne, devrait voir une allocation de la canne vers le sucre bien moins importante que vers l’éthanol, porté par un pétrole qui a gagné 40% depuis juillet. Elle a même déjà connu une baisse des broyages de la canne à sucre dans la région centre-sud sur les quinze premiers jours de janvier.

De plus, la consommation d’éthanol devrait être poussée par un certains nombre de pays qui entendent mener des politiques anti-pollutions. C’est le cas de géants comme la Chine (premier marché automobile mondial), qui a déjà, prévu de “soutenir d’ici 2020 l’usage d’éthanol carburant dans l’ensemble du pays”, selon le document émis par l’agence de planification économique, en lien avec l’Administration de l’Energie.

4



About us

Bonds & Shares is a participatory non-Profit information platform for, through and by experts in finance and business.


CONTACT US

CALL US ANYTIME