Accord transatlantique et matières premières agricoles, quelles conséquences pour l’union européenne ?

0
58
Abstract image of polygonal handshake in space above the globe. Connectivity concept. 3D Rendering. Elements of this image furnished by NASA
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Les Etats-Unis et l’Europe possèdent de réelle différence, sur le plan des matières premières agricoles exploités, sur le plan des politiques agricoles avec le Farm Bill qui met à disposition une aide assurantiel pour face à la volatilité des cours et la PAC qui elle, se contente de mettre à disposition des aides en fonction de la taille de l’exploitation. Les différences persistent également sur un ensemble de règles fiscales et normes administrative constituant une forme de protectionnisme caché.

Ces différences sont relativement prononcés sur l’aspect des organismes génétiquement modifier, les agriculteurs Américain utilise de nombreux procédé chimique ou biotechnologique afin d’augmenter leur rentabilité, procédé très décrié en Europe car leurs conséquences sur la santé des consommateurs reste très discutables.

L’ensemble de ces éléments constituent des sources de divergences quant à l’instauration d’un marché commun. Bien que l’intégration de différentes zones économiques constitue un point positif dans l’économie international comme l’évoque la théorie classique avec l’argument des « jeux à sommes positive », l’instauration de cette zone de libre-échange économique pourrait bien faire émerger un gagnant et un perdant.

L’Europe semble structurellement moins armée pour faire face à une intégration du marché Américain. La seul donné des droits de douanes constitue un avantage majeur pour les Etats-Unis, en effet, les taxes européennes sont relativement plus élevé et leurs suppression serait une véritable opportunité pour la première puissance mondiale alors même que la suppression de leur frais de douanes auraient un impact plus que limité pour l’industrie agricole européenne.

Les conséquences seraint ainsi multiples pour l’europe, d’une part de nombreuses filial comme celle des viandes bovines se retouverai face à un concurrent capable de produire à des couts plus faibles et ceux avec des contrôle de qualité et sanitaire totalement inférieur à ceux nécéssaires en Europe. Si un équilibrage sur les lois sanitaire n’est pas instaurer, cette accord pourrait totalement changer le visage de cette industrie en europe.

Par ailleurs, la réaction qui semble la plus probable de la parts de l’industrie agricole européenne serait une augmentation de la concentration dans l’ensemble du secteur afin d’effectuer des économie d’échelle et lutter plus éfficacement contre les producteurs Américains. Ce processus aurait de large impact sur les zones rurales européenne puisque de nombreux zone deviendrait inexploiter et la concentration en de grosse exploitations aurait des conséquences écologique beaucoup plus marqué.

Enfin, cet accord pourrait permettre aux citoyens européens de bénéficier d’une baisse durable des prix des produits augmentant de la même manière leur pouvoir d’achat. Cet impact serait une excellente nouvelle pour l’économie européenne puisque les agents pourraient dépenser cet argent dans d’autre domaine et relancer la consommation. Toutefois, proche de la déflation, une baisse des prix des matières premières pourrait ne constituer une bonne nouvelle que sur du très court terme. La BCE s’employant déjà au travers de son Quantitative Easing à faire repartir l’inflation. Les conséquences seraient donc économiquement positives pour les consommateurs mais toute relative pour les industriels du secteur se voyant en concurrence face à de solides acteurs. Tout dépendra de la capacité de la Commission européenne à négocier avec les Etats-Unis l’uniformisation des règles et normes.

Guilhem Mazerand

Sources:

Anon, UN.org, « ONU : la population mondiale devrait atteindre 9,6 milliards en 2050 », juin 2013

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=30521#.VmCAwHYvfIU

Anon, Lanouvellerépublique.com, « Que pèse l’agriculture des États-Unis dans le monde ? », octobre 2012

http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Dossiers-actualite/n/Contenus/Dossiers/Actualite/Presidentielle-americaine-2012/Que-pese-l-agriculture-des-Etats-Unis-dans-le-monde

Organisation Mondial du Commerce, «International Trade and Market Access Data »

https://www.wto.org/english/res_e/statis_e/statis_bis_e.htm

Anon, Terre-Net.fr, « Forte concentration des exploitations et vieillissement des agriculteurs », novembre 2015

http://www.terre-net.fr/actualite-agricole/economie-social/article/forte-concentration-des-exploitations-et-vieillissement-des-agriculteurs-202-114989.html

Banque de France, LesEchos.fr, « Union Européenne, Part de l’agriculture dans le PIB », 2014

http://data.lesechos.fr/pays-indicateur/union-europeenne/part-de-lagriculture-dans-le-pib.html

Anon, Touteleurope.eu, « La politique agricole commune », juillet 2013

http://www.touteleurope.eu/les-politiques-europeennes/agriculture.html

Thierry Pouch, Chambres-agriculture.fr, « L’agriculture américaine au milieu du gué », Mars 2013

http://www.chambres-agriculture.fr/fileadmin/user_upload/Revue/Article/Revue1021/Revue1021_dossier.pdf

Commission Européenne, agbp.com, « Union Européenne – Production céréalière par pays membres », septembre 2014

http://www.agpb.com/documentation-et-publications/recoltes/161-union-europeenne-production-cerealiere-par-pays-membre

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Leave a Reply