Bernard Madoff: The Wizard of Lies

Si vous avez connu la crise des Subprimes, vous avez dû tous entendre parler de Mr Bernard Madoff. Il fut condamné à purger une peine de prison de 200 ans en 2009 pour avoir été le créateur de la plus grosse escroquerie financière de tous les temps. Il a créé une bulle financière d’un montant de 65 milliards de dollars américains grâce à un système de Ponzi.

Le film, The wizard of lies (le magicien des mensonges en traduction française) retrace l’histoire et surtout nous informe du comment à fait pour mentir à tout le monde. On retrouve le grand acteur Mr Robert de Niro dans le rôle principal. Il fait une belle interprétation, à mon sens, en jouant (il est vrai sans trop forcer) une personne froide, calculatrice et stressée.

Ce film nous invite à voir l’éclatement du scandale à l’intérieur de sa famille et de sa société. On y voit l’éclatement, la colère, le mensonge, la désillusion, etc.

Personnellement, je trouve que ce film est assez bon et nous montre une chose que les journalistes ont selon moi omis lors de son procès: sa réputation. En effet, on y apprend que Mr Bernard Madoff n’était pas un simple millionnaire, milliardaire et gros gérant d’un fonds. C’était une véritable légende. Et c’est d’ailleurs lors d’une confrontation entre la SEC (Securities and Exchange Commision, l’équivalent de notre AMF, Autorité des Marchés Financiers) et l’un de ses fils. ” Vous ne savez pas de quel genre d’homme il était […] il a créé le NASDAQ, dirigé le NASDAQ, président du comité national de la sécurisation et de clearing corporation, de l’Institut international de clearing, FINRA, du NASD […]”. Bref, il fût LE créateur du monde financier que nous connaissons. Les indices, mais également sa sécurisation. Pas étonnant que sa fraude fut possible, car un système de Ponzi n’est autre qu’un système basé sur la confiance. Les gens avaient confiance en lui et l’ont laissé faire. Mais ne jetons pas la pierre sur Mr Madoff pour autant. Lors d’un dialogue avec une enquêtrice il dit à juste titre que ses clients qu’il a arnaqués sont aussi coupables et sont en quelque sorte ses complices. Et je trouve qu’il a raison. Rendez-vous compte, il proposait un rendement, quelle que soit la conjecture économique, le prix de l’immobilier, crise ou pas crise, de 50% non pas par an mais en 90 jours. C’est-à-dire, que vous donniez de l’argent à Mr Madoff vous aviez au bout de 3 petits mois un retour sur investissement de 50%. Soyons sérieux, les arbres ne montent pas jusqu’au ciel.

Un film intéressant, qui montre les paradoxes de cet homme, le soucis de la confiance en finance et la cupidité des hommes.

 

Leave a Reply


About us

Bonds & Shares is a participatory non-Profit information platform for, through and by experts in finance and business.


CONTACT US

CALL US ANYTIME